Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 26 octobre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour son premier album en tant que soliste, le contre-ténor polonais Jakub Józef Orliński a choisi d’explorer des répertoires parmi les plus rares, à telle enseigne que plusieurs des pièces ici présentées le sont en première discographique mondiale. C’est ainsi qu’on pourra faire connaissance de compositeurs quasiment inconnus de nos jours : Gaetano Schiassi (1698-1754), Domènec Terradellas (1711-1751), Nicola Fago (1677-1745), épaulés par quelques autres toujours célèbres aujourd’hui comme Hasse, Zelenka ou Durante. Comme on le voit, Orliński (aidé par le musicologue Yannis François) ratisse large, de la fin du XVIIe siècle au dernier tiers du XVIIIe, mais exclusivement dans le domaine spirituel, que ce soient des messes, des Dixit Dominus ou des oratorios sacrés. Cela dit, l’écriture vocale et instrumentale emprunte au monde lyrique baroque, avec ses vocalises, ses fioritures, ses éclats ; et l’ensemble il pomo d’oro se prête au jeu avec grande conviction. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Remarqué au Festival d’Aix-en-Provence 2017 dans la production de l’opéra Erismena de Cavalli, le contre-ténor polonais Jakub Józef Orliński fut propulsé un peu vite au rang de « star internationale » dans notre monde de paillettes, après qu’une vidéo de lui, vue par plus de 2 millions de personnes, a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Après Anima Sacra, paru en 2018, voici Facce d’Amore, son deuxième récital discographique. Le jeune homme au physique avantageux est pourtant bien plus qu’un phénomène médiatique. Après de solides études musicales à Varsovie, il commence à se produire sur scène avant d’aller parfaire sa voix auprès d’Edith Wiens à la Juilliard School de New York et de participer aux masterclasses de Pablo Heras-Casado. Ses goûts musicaux dépassent le cadre classique, Jakub Józef Orliński est également break-danceur et a participé à quelques compétitions. Il est aussi danseur, mannequin et acrobate pour des campagnes publicitaires dans le domaine de la mode ou des automobiles de luxe. Ce deuxième album imaginé par Yannis François, son « expert chercheur », couvre des airs d’opéras décrivant divers aspects de l’état amoureux, de Cavalli à Hasse, en passant par des compositeurs plus ou moins connus qui ont tous célébré l’amour heureux ou malheureux. Passant avec une insolente facilité de la voix de tête à la voix de poitrine, le jeune contre-ténor séduit par une voix charnue et incarnée, accompagné par un autre jeune phénomène, le pianiste et chef russe Maxim Emelyanychev à la tête de l’ensemble Il Pomo d’Oro. Un récital placé sous l’étincelle de la jeunesse et du talent. © François Hudry/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Contre-ténor polonais formé à l'Université Frédéric-Chopin et à l'Opéra de Varsovie, Jakub Józef Orliński a reçu de nombreux prix durant ses années d'apprentissage et après un passage par la Juilliard School de New York. Naturellement, sa tessiture le porte vers le chant baroque, dont le répertoire ne manque pas d'airs pour satisfaire les nombreux amateurs du genre.Cependant, si son nom est parvenu jusqu'à des oreilles non averties au Messie de Haendel (qu'il a chanté au Carnegie Hall), c'est pour d'autres raisons que la fluidité et la justesse de sa voix, puisqu'en juillet 2017, une vidéo tournée pour une émission classique le présentait en légère tenue d'été avec maillot, jean court et baskets, et non en costume d'apparat comme attendu, ce qui n'a pas manqué de faire le tour du monde via internet.Loin d'être un dilettante, le chanteur âgé d'à peine vingt-huit ans entre dans le cercle des artistes de récital avec ce premier enregistrement en soliste, après une sortie en duo avec Natalia Kawalek sorti la même année (Enemies in Love). Celui qui s'illustre aussi par sa souplesse corporelle dans la « breakdance » n'a pas choisi la facilité ni les canons du genre pour Anima Sacra, qu'il ouvre par des oeuvres de Nicola Fago (1677-1745), dit « Il Tarantino » (car né à Tarente, dans les Pouilles), un compositeur longtemps mis à l'écart des salles et des studios.Un extrait en première mondiale de l'oratorio Il Faraone Sommerso (1709) et huit du motet Confitebor pour trois voix et violons (1723), où brille le merveilleux « Fidelia omnia mandata ejus », voisinent avec le Tam non splendet sol creatus, que le fameux ensemble Il Pomo d'Oro dirigé par Maxim Emelyanychev souligne avec grâce. Également au programme, trois passages de l'Alma Redemptoris de Johann David Heinichen (1683-1729) et d'autres airs de Domènec Terradellas, Domenico Sarro, Francesco Feo et Jan Dismas Zelenka complètent cet enregistrement original, voire osé, du jeune premier parti pour un long chemin. © Loïc Picaud / Music-Story
CD2,29 €

Classique - Paru le 30 mars 2018 | Warner Classics

HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 30 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Warner Classics

Hi-Res
CD2,29 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Warner Classics