Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD8,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin EMI

Distinctions 4F de Télérama - Sélection du Mercury Prize
Dans la catégorie premier album, ce disque éponyme du jeune chanteur britannique natif de Nottingham est un effort particulièrement accompli. Alors que nombre d'autres formations anglaises se nourrissant encore et toujours à la source des travaux d'Oasis, The Jam ou The Strokes, Bugg porte son regard sur la période pré-Beatles de Buddy Holly et Richie Valens. Ces influences, combinées à une sensibilité folk et un jeu de guitare trahissant un amour de Dylan et Donovan, mènent à un disque pop cohérent et assumé qui ne court pas après l'innovation à tout prix. Si Bugg n'a pas la plume précoce d'un Conor Oberst ou la conscience politique d'un Willy Mason, c'est son enthousiasme et son don pour les accroches simples et efficaces qui remportent l'adhésion de l'auditeur. ~ James Wilkinson
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Hi-Res Distinctions 4 étoiles Rock and Folk
Le grand Bugg ! Petit à l’état-civil (19 ans seulement) mais grand niveau talent, Jake Bugg enfonce un peu plus le clou avec ce Shangri La, qui illumine le rock britannique de la fin d’année 2013… Conçu avec le grand Rick Rubin (et enregistré dans la tanière californienne du charismatique producteur barbu baptisée justement Shangri La), ce deuxième album utilise toutes les marottes du jeune surdoué de Nottingham : rock et folk sixties (du son Merseybeat à celui du jeune Dylan pour faire court), punk rock bubble-gum (des effluves Buzzcocks), gouaille Britpop (sa voix lorgne parfois vers celle de Liam Gallagher d’Oasis) et éclectisme contemporain (comme les Arctic Monkeys ?), Bugg aligne surtout de sacrées compositions à fredonner sous la douche. Et malgré tous ses nombreux tics 100% vintage, il réussit étonnamment à donner à ce Shangri La une cohérence et une identité qui lui sont propres. Bluffant ! © MD/Qobuz
CD8,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Distinctions 4 étoiles Rock and Folk
Le grand Bugg ! Petit à l’état-civil (19 ans seulement) mais grand niveau talent, Jake Bugg enfonce un peu plus le clou avec ce Shangri La, qui illumine le rock britannique de la fin d’année 2013… Conçu avec le grand Rick Rubin (et enregistré dans la tanière californienne du charismatique producteur barbu baptisée justement Shangri La), ce deuxième album utilise toutes les marottes du jeune surdoué de Nottingham : rock et folk sixties (du son Merseybeat à celui du jeune Dylan pour faire court), punk rock bubble-gum (des effluves Buzzcocks), gouaille Britpop (sa voix lorgne parfois vers celle de Liam Gallagher d’Oasis) et éclectisme contemporain (comme les Arctic Monkeys ?), Bugg aligne surtout de sacrées compositions à fredonner sous la douche. Et malgré tous ses nombreux tics 100% vintage, il réussit étonnamment à donner à ce Shangri La une cohérence et une identité qui lui sont propres. Bluffant ! © MD/Qobuz
CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 novembre 2019 | RCA Records Label

CD13,49 €

Pop - Paru le 1 septembre 2017 | Virgin EMI

Depuis son premier album paru en octobre 2012 (il n’a alors que 18 ans !), Jake Edwin Charles Kennedy alias Jake Bugg utilise impeccablement toutes ses marottes : rock et folk sixties (du son Merseybeat à celui du jeune Dylan pour faire court), punk rock bubble-gum (des effluves Buzzcocks), gouaille Britpop (sa voix lorgne parfois vers celle de Liam Gallagher d’Oasis) et éclectisme contemporain (comme les Arctic Monkeys ?). Le jeune surdoué de Nottingham aligne surtout de sacrées compositions à fredonner sous la douche. Avec Hearts That Strain, Bugg confirme qu’il sait toujours bien s’entourer. Après Rick Rubin, producteur de son album Shangri La en 2013, il enrôle cette fois pour son quatrième album le très occupé Dan Auerbach des Black Keys mais aussi les Memphis Boys, le fameux groupe de l’American Sound Studio, ces vieux musiciens épatants comme Gene Chrisman et Bobby Woods qui épaulèrent notamment Elvis Presley sur les séances de Suspicious Mind et participèrent à Dusty In Memphis de Dusty Springfield. Car c’est à Nashville que le Britannique a enregistré son disque, histoire de lui donner une saveur locale différente de ses précédents opus. Et force est de constater que Jake Bugg offre ici une facette inédite de son art. Bien plus soul que précédemment. Moins agressif, il montre la nouvelle densité de sa plume. Sur Waiting, il chante même avec Noah Cyrus (petite sœur de Miley) pour un duo rétro assez savoureux. A l’arrivée, Hearts That Strain impressionne par sa maturité. Celle d’un musicien de seulement 23 ans qui n’a pas fini d’épater la galerie… © MD/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Virgin EMI

Hi-Res
En l’espace de seulement quelques années, le jeune Britannique est devenu la coqueluche d’un public dans l’attente d’un renouveau de la brit-pop. Jake Bugg endosse alors ce costume et fait de la guitare sa partenaire privilégiée lorsqu’il chante ses ballades à ambiance folk. Pour On My One, le petit prodige déroute et décide de sortir de sa zone de confort. Avec Gimme The Love, il distribue un rock électro énervé où la guitare acoustique n’a pas lieu d’être, alors qu’avec Ain’t No Rhyme, il se lance dans un rap sur fond rock (étonnant lorsqu’on sait qu’il a fait appel à Mike D, des Beastie Boys, pour l’aider à la réalisation de On My One)… Ayant composé et produit l’album presque entièrement seul, Jake Bugg fait preuve de maturité et montre qu’il a les épaules assez larges pour assumer les attentes placées en lui. Reconnaissant l’influence et l’aura de ses brillants prédécesseurs, Jake Bugg se permet même de faire une référence au Bohemian Rhapsody de Queen sur le couplet de Love, Hope & Misery. © RB/Qobuz

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Téléchargement indisponible
CD13,49 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Virgin EMI

Succédant à Shangri La, son effort de 2013, On My One, sorti en 2016, est le troisième effort du jeune auteur-compositeur-interprète britannique Jake Bugg, apparu sur la scène musicale avec un premier opus éponyme livré en 2012 à l'âge de 18 ans. Si les bases folk de Bugg restent bien présentes sur des titres comme "On My One", "Livin' Up Country" ou "Put Out the Fire", ce sont les tendances rock du musicien qui tendent à s'effacer sur ce nouvel effort au profit d'une recette légèrement plus pop à l'instar des sonorités du single "Gimme the Love" ou de titres comme "Bitter Salt". Une orientation risquée mais payante, On My One s'imposant à l'instar de ses prédécesseurs dans les charts mondiaux et dans le Top 50 hexagonal.
CD3,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2014 | Virgin EMI

CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 janvier 2020 | RCA Records Label

CD1,99 €

Dance - Paru le 5 août 2016 | Virgin EMI

CD1,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2014 | Virgin EMI

L'interprète

Jake Bugg dans le magazine
  • La Minute Qobuz #14
    La Minute Qobuz #14 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale en une émission, 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Nick Cave, Bernard Lavilliers, Clara Moto, Britney Spears et Jake Bugg.
  • Le petit Jake et la grand Rick
    Le petit Jake et la grand Rick A 19 ans seulement, Jake Bugg, le surdoué de Nottingham, sort déjà son deuxième album...