Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 septembre 2019 | Mi'ster

Hi-Res Livret
Ibrahim Maalouf est un hyperactif polymorphe. En septembre 2018, il sortait son ambitieuse Levantine Symphony n° 1, et deux mois plus tard, il lançait sur le marché l’enregistrement de son live de fin 2016 à l’AccorHotels Arena. L’été suivant, il présentait sur les routes de France une création balkanique avec l’Haïdouti Orkestar. À l’automne 2019, son 14e album en douze ans, S3NS, s’aventure notamment en terre cubaine. La fameuse trompette quart de ton d’Ibrahim Maalouf ne connaît pas de frontières ni n’a le temps de refroidir. Au début de S3NS, le piano d’Harold Lopez-Nussa la précède d’une poignée d’accords tempérés avant qu’elle ne dessine le thème d’Una Rosa Blanca qui, au cours de son déroulement, laisse aux deux instruments le temps de s’envoler en un dialogue fébrile sur une rythmique caliente. La suite immédiate Happy Face pourrait se faufiler au centre d’une BO de film d’action signé par le compositeur argentin Lalo Schifrin (Bullitt, Mission Impossible, Starsky & Hutch…). Le morceau-titre est assez typique du lyrisme romantique du Libanais et se déploie de la saudade vers l’euphorie. Retour à Cuba sur Harlem, où le protégé de Chucho Valdès Irving Calao s’installe derrière le piano pour un latin-jazz pur jus. Le pianiste cède ensuite sa place de guest à la violoniste Yilian Canizares sur le joyeux Na Na Na où, au final, elle n’occupe pas beaucoup de place. Un nouveau pianiste de La Havane, Alfredo Rodriguez, vient ensuite imprimer son swing sur N.E.G.U. Gebrayel bénéficie de la présence du pianiste cubain Roberto Fonseca, mais aussi du pianiste belge Eric Legnini et de ses compatriotes François Delporte (guitare) et Stéphane Galland (batterie). Après cette effusion de latino, retour au calme avec le suave duo trompette-piano All I Can't Say, relevé juste à la fin d’une guitare acoustique. Piano et trompette se tiennent aussi la main au début de Radio Magallanes, une radio chilienne qui a soutenu la politique socialiste de Salvador Allende. Le morceau démarre sur une pointe de tristesse avant de reprendre de l’emphase au centre d’un torrent de guitares, cuivres et basse batterie et de laisser entendre la voix de l’ancien président renversé par le dictateur Augusto Pinochet. Tout au long de S3NS, la trompette d’Ibrahim Maalouf aura glorieusement fait résonner ses accents inimitables et sa verve reconnaissable entre toutes. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 février 2019 | Mi'ster

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 7 février 2019 | Mi'ster

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 19 décembre 2018 | Mi'ster

Hi-Res
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 19 décembre 2018 | Mi'ster

HI-RES31,99 €
CD22,49 €

Jazz - Paru le 30 novembre 2018 | Universal Music Distribution Deal

Hi-Res Livret
CD22,49 €

Jazz - Paru le 30 novembre 2018 | Universal Music Distribution Deal

Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 octobre 2018 | Mi'ster

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 14 septembre 2018 | Universal Music Distribution Deal

Hi-Res Livret
Depuis qu’Ibrahim Maalouf a décidé de tracer sa route avec son premier album personnel (Diaspora en 2007), il n’a cessé de multiplier les défis ambitieux et de franchir, trompette microtonale en mains, les étapes qui l’ont propulsé du statut de musicien de studio à celui d’artiste pouvant remplir une salle aussi immense que l’AccorHotels Arena le 14 décembre 2016. Après avoir habilement mêlé les genres (jazz, rock, hip-hop, latino et musiques orientales), ce travailleur infatigable et inspiré s’attaque aujourd’hui au genre symphonique. A l’instigation de l’organisation américaine New Levant Initiative qui promeut et soutient l’économie et la culture de l‘aire du Levant (les pays de la rive orientale de la Méditerranée), dont le Libanais est devenu un des artistes les plus emblématiques, il a donc écrit cette suite orchestrale constituée d’un prologue, d’une ouverture de 7 mouvements alternant avec 5 thèmes qui se résolvent par un épilogue et final pour un orchestre, le symphonique de Paris, une chorale d’enfants, son groupe de scène guitare, piano, batterie, basse et quatre trompettes soutenant la sienne. Les genres musicaux, symphonique, jazz et musique orientale s’interpénètrent dans une osmose qui lui est habituelle, les intensités sont équilibrées par des passages d’apaisement contemplatifs, tout en respectant les mécanismes narratifs. Le faste étincelant de l’Orient s’y réconcilie avec le romantisme européen et la fièvre des musiques urbaines, tous unis dans un dialogue pacifiant. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 14 septembre 2018 | Universal Music Distribution Deal

Livret
Depuis qu’Ibrahim Maalouf a décidé de tracer sa route avec son premier album personnel (Diaspora en 2007), il n’a cessé de multiplier les défis ambitieux et de franchir, trompette microtonale en mains, les étapes qui l’ont propulsé du statut de musicien de studio à celui d’artiste pouvant remplir une salle aussi immense que l’AccorHotels Arena le 14 décembre 2016. Après avoir habilement mêlé les genres (jazz, rock, hip-hop, latino et musiques orientales), ce travailleur infatigable et inspiré s’attaque aujourd’hui au genre symphonique. A l’instigation de l’organisation américaine New Levant Initiative qui promeut et soutient l’économie et la culture de l‘aire du Levant (les pays de la rive orientale de la Méditerranée), dont le Libanais est devenu un des artistes les plus emblématiques, il a donc écrit cette suite orchestrale constituée d’un prologue, d’une ouverture de 7 mouvements alternant avec 5 thèmes qui se résolvent par un épilogue et final pour un orchestre, le symphonique de Paris, une chorale d’enfants, son groupe de scène guitare, piano, batterie, basse et quatre trompettes soutenant la sienne. Les genres musicaux, symphonique, jazz et musique orientale s’interpénètrent dans une osmose qui lui est habituelle, les intensités sont équilibrées par des passages d’apaisement contemplatifs, tout en respectant les mécanismes narratifs. Le faste étincelant de l’Orient s’y réconcilie avec le romantisme européen et la fièvre des musiques urbaines, tous unis dans un dialogue pacifiant. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 17 novembre 2017 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res
Il y a 30 ans, le 3 mai 1987, Dalida disparaissait à seulement 54 ans. Six mois après cet anniversaire, Ibrahim Maalouf rend hommage à « cette femme touchante qui a fait danser la francophonie pendant plusieurs décennies sur des mélodies envoutantes et des paroles profondes qu'on n'écoute pourtant pas assez. » Avec Dalida By Ibrahim Maalouf, le trompettiste a à ses côtés des artistes qu’il aime et respecte, tous capables d'incarner, selon lui, l'une des nombreuses facettes de la voix et de la personnalité de Dalida, « cette femme multiculturelle, à la fois orientale et européenne, à la fois latine, passionnée et timide, secrète, capable de faire danser et groover, comme de faire pleurer et rêver. » Internationale, l’affiche épate avec son casting à 360° avec Souchon, Melody Gardot, Matthieu Chedid, Monica Bellucci, Izia, Mika, Thomas Dutronc, Rokia Traore, Arno, Ben l’Oncle Soul et la comédienne Golshifteh Farahani. Evidemment les talents d’arrangeurs de Maalouf lui permettent d’unifier un brin cet éclectisme vocal et de proposer une partition soignée, très éloignée de celle d’origine. Une façon d’ancrer un peu plus le patrimoine de Dalida dans l’époque actuelle. © CM/Qobuz
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 17 novembre 2017 | Universal Music Division Barclay

Il y a 30 ans, le 3 mai 1987, Dalida disparaissait à seulement 54 ans. Six mois après cet anniversaire, Ibrahim Maalouf rend hommage à « cette femme touchante qui a fait danser la francophonie pendant plusieurs décennies sur des mélodies envoutantes et des paroles profondes qu'on n'écoute pourtant pas assez. » Avec Dalida By Ibrahim Maalouf, le trompettiste a à ses côtés des artistes qu’il aime et respecte, tous capables d'incarner, selon lui, l'une des nombreuses facettes de la voix et de la personnalité de Dalida, « cette femme multiculturelle, à la fois orientale et européenne, à la fois latine, passionnée et timide, secrète, capable de faire danser et groover, comme de faire pleurer et rêver. » Internationale, l’affiche épate avec son casting à 360° avec Souchon, Melody Gardot, Matthieu Chedid, Monica Bellucci, Izia, Mika, Thomas Dutronc, Rokia Traore, Arno, Ben l’Oncle Soul et la comédienne Golshifteh Farahani. Evidemment les talents d’arrangeurs de Maalouf lui permettent d’unifier un brin cet éclectisme vocal et de proposer une partition soignée, très éloignée de celle d’origine. Une façon d’ancrer un peu plus le patrimoine de Dalida dans l’époque actuelle. © CM/Qobuz
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz - Paru le 8 septembre 2017 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz - Paru le 8 septembre 2017 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res
CD1,99 €

Jazz - Paru le 8 septembre 2017 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Jazz - Paru le 8 septembre 2017 | Universal Music Division Barclay

HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Bandes originales de films - Paru le 9 septembre 2015 | Mi'ster

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD12,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret + Vidéos
Note : pour un enregistrement optimal sur votre support, les 14 vidéos incluses dans cette version Deluxe sont à télécharger manuellement une à une via l'écran de Téléchargement (Cliquez sur le lien TELECHARGEMENT MANUEL se situant sous les boutons bleu et vert)Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce copieux live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 14 titres captés entre 2011 et 2016 accompagnés ici par 14 vidéos. Plus d’une heure cinquante de musique (et d’images !) pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret
Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce best of live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 9 titres captés entre 2011 et 2016. Plus d’une heure de musique pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 10 juin 2016 | Mi'ster

Hi-Res
Ibrahim Maalouf est fait décidément partie des musiciens français très en vogue. Entre album à succès et invitation sur tous les plateaux télé tendances du moment, voilà que le cinéma fait une nouvelle fois appel aux services du trompettiste pour la bande son de Dans les forêts de Sibérie (il avait déjà travaillé pour plusieurs films, notamment Yves Saint-Laurent). Le musicien se voit responsable de retranscrire le souffle glaciale des plaines russes, là où le froid transperce la chair et atteint le cœur. Dans un film où la trame se veut contemplative, il est bon d’avoir une musique à la hauteur afin de compléter un tableau qui se veut esthétique. © AR/Qobuz

L'interprète

Ibrahim Maalouf dans le magazine