Artistes similaires

Les albums

21,49 €
14,99 €

Chanson française - Paru le 2 novembre 2018 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Avec ce premier album au titre lynchien, les Parisiens de Hollydays (Sébastien Delage et Élise Preys) se situent dans la lignée électro-mélancolique d’une Fishbach – ce qui n’est guère surprenant puisqu’ils travaillent avec le même producteur (Antoine Gaillet). Entre la chanson pop et le trip hop, ce dernier sublime leurs compositions en mode mineur, lesquelles sont portées par la voix triste et brûlante d’Élise. En matière d’arrangements, on retiendra notamment les boucles de piano d'On a déjà, les arpèges synthétiques de Folle, ou bien la basse menaçante du Démon. Mais à vrai dire, malgré cette production musicale impeccable, ce sont les paroles qui font de cet album un objet particulièrement fort, audacieux et contemporain. Le tandem ne fait pas dans la facilité au niveau des thèmes abordés et le style d’écriture a le mérite d’être à la fois direct et plein de tact. Ainsi, dans Léo, ils évoquent l’adultère (« Les garçons c'est pas toi/Ce ne sont que des mains sans tes doigts ») et ils ont conçu la chanson Minuit (La Baie noire) comme un pendant musical du film Shortbus. Cette vision libertaire de la vie caractérise profondément Hollydays, comme le prouve le morceau L’Odeur des joints, ainsi que celui qui clôt l’album (Monsieur Papa), plaidoyer cinglant contre l’homophobie. ©Nicolas Magenham/Qobuz
3,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 janvier 2018 | Universal Music Division Polydor

3,49 €

Chanson française - Paru le 2 octobre 2017 | Universal Music Division Polydor

14,99 €

Chanson française - Paru le 2 novembre 2018 | Universal Music Division Polydor

Avec ce premier album au titre lynchien, les Parisiens de Hollydays (Sébastien Delage et Élise Preys) se situent dans la lignée électro-mélancolique d’une Fishbach – ce qui n’est guère surprenant puisqu’ils travaillent avec le même producteur (Antoine Gaillet). Entre la chanson pop et le trip hop, ce dernier sublime leurs compositions en mode mineur, lesquelles sont portées par la voix triste et brûlante d’Élise. En matière d’arrangements, on retiendra notamment les boucles de piano d'On a déjà, les arpèges synthétiques de Folle, ou bien la basse menaçante du Démon. Mais à vrai dire, malgré cette production musicale impeccable, ce sont les paroles qui font de cet album un objet particulièrement fort, audacieux et contemporain. Le tandem ne fait pas dans la facilité au niveau des thèmes abordés et le style d’écriture a le mérite d’être à la fois direct et plein de tact. Ainsi, dans Léo, ils évoquent l’adultère (« Les garçons c'est pas toi/Ce ne sont que des mains sans tes doigts ») et ils ont conçu la chanson Minuit (La Baie noire) comme un pendant musical du film Shortbus. Cette vision libertaire de la vie caractérise profondément Hollydays, comme le prouve le morceau L’Odeur des joints, ainsi que celui qui clôt l’album (Monsieur Papa), plaidoyer cinglant contre l’homophobie. ©Nicolas Magenham/Qobuz