Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Rock - Paru le 30 novembre 1970 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En solo, les Beatles n’y sont pas allés de main morte. Mais cette quantité n’a pas toujours été synonyme de qualité. Avec All Things Must Pass qui parait en novembre 1970 dans la foulée de la séparation du groupe, on est pourtant sans doute dans le tiercé de tête des disques solo des Fab Four. Mélodies bouleversantes, instrumentarium totalement fou, production ample et luxueuse, invités de marque (Eric Clapton, Peter Frampton, Ginger Baker, Bobby Womack, Billy Preston, Dave Mason, Klaus Voorman, Bobby Keys, Ringo Starr et, derrière la console, un certain Phil Spector… ), ce triple album de George Harrison est d’une richesse folle : de l’hymne hippie My Sweet Lord au trip psyché-barge Wah Wah, le plus habité et mystique des Fab Four excelle aussi bien dans la ballade à tiroirs que dans le rock’n’roll coloré. A l’arrivée, All Things Must Pass prouve que derrière la montagne Lennon/McCartney se cachait une autre montagne nommée Harrison… © MZ/Qobuz
CD16,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En solo, les Beatles n’y sont pas allés de main morte. Mais cette quantité n’a pas toujours été synonyme de qualité. Avec All Things Must Pass qui parait en novembre 1970 dans la foulée de la séparation du groupe, on est pourtant sans doute dans le tiercé de tête des disques solo des Fab Four. Mélodies bouleversantes, instrumentarium totalement fou, production ample et luxueuse, invités de marque (Eric Clapton, Peter Frampton, Ginger Baker, Bobby Womack, Billy Preston, Dave Mason, Klaus Voorman, Bobby Keys, Ringo Starr et, derrière la console, un certain Phil Spector… ), ce triple album de George Harrison est d’une richesse folle : de l’hymne hippie My Sweet Lord au trip psyché-barge Wah Wah, le plus habité et mystique des Fab Four excelle aussi bien dans la ballade à tiroirs que dans le rock’n’roll coloré. A l’arrivée, All Things Must Pass prouve que derrière la montagne Lennon/McCartney se cachait une autre montagne nommée Harrison… © MZ/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 mai 2012 | Hip-O (UC Admin)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
En 2009, Olivia Harrison (épouse de feu George) invite Giles Martin, le fils du légendaire producteur George Martin, à venir écouter des cassettes que George avait stocké dans sa bibliothèque de Friar Park. Avec l'aide de l'ingénieur du son Paul Hicks, Giles restaure les bobines que George avait laissées derrière lui. Cette première collection en donne un premier aperçu. Des premières prises directes multipistes des classiques My Sweet Lord et All Things Must Pass à des morceaux plus récents comme Mama You've Been On My Mind, en passant par des maquettes jamais entendues de Behind That Locked Door ou Run Of The Mill, ce premier volet des "Early Takes" est une plongée dans l'intimité de George (voix, guitare) habituellement masquée par la production.
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Parlophone

Après la sortie de Gone Troppo, les fans même les plus inconditionnels avait relégué George Harrison au rang des souvenirs. Avec la création de HandMade films, sa société de production cinématographique, lui-même semblait se désintéresser complètement de la musique jusqu’à ce qu’il produise Shangaï Surprise avec Madonna. Amené à composer pour la bande originale du film, l’envie d’enregistrer un autre album s’insinue dans son esprit et se concrétise quand le film fait un bide. L’idée d’en éditer la bande originale est abandonnée au profit d’un nouvel effort solo. Pour ce faire, George le virtuose s’entoure des meilleurs (notamment Eric Clapton, Jeff Lynne, Ringo Starr, Elton John) et produit l’album dont le public n’osait plus rêver : Cloud Nine. Son excellente reprise de « Got My Mind Set On You » lui offre même son premier n°1 depuis longtemps. Il parle toujours d’amour (« This is Love »), ses riffs son plus acérés que jamais (« Cloud Nine », « Devil’s Radio ») et ses clins d’œil aux Beatles sont maintenant dénués de tous regrets (« When We Was Fab »). Les années passent mais George Harrison s’est accroché et il est de nouveau en haut de l’affiche. © Stephen Des Aulnois / Music-Story
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | EMI Catalogue

Livret
CD16,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Parlophone

HI-RES118,49 €
CD84,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Livret
Ce coffret de 6 albums de George Harrison retrace son parcours chez Apple Records de 1968 à 1975. Il comprend des enregistrements entièrement remastérisés par une équipe d’ingénieurs du son qui a même gagné un Grammy Award pour cela, avec notamment Paul Hicks, Gavin Lurssen et Reuben Cohen. Le premier opus solo de George Harrison, Wonderwall Music, est au départ la bande originale du film Wonderwall de Jean Massot. Uniquement instrumental, très axé sur la musique indienne, Harrison voulait faire une « mini-anthologie » de l’évolution de cette musique aux instruments intemporels afin de sensibiliser son public. Electronic Sound, composé de deux titres seulement, est assez expérimental et favorise une recherche timbrale intéressante. Enregistré en 1970, All Things Must Pass est une coproduction de Harrison et du monstre de la production de l’époque Phil Spector. Sur quelques titres il reçoit la participation de grands artistes comme entre autres Eric Clapton, le Beatle Ringo Starr, Billy Preston, Pete Drake. Considéré comme un chef d’œuvre du rock, il inclut le titre « My Sweet Lord », qui définira le slide comme la signature du grand George. On trouve également « I’d Have You Anytime », co-écrit avec son ami folkeux Bob Dylan. Le hit « Give Me Love (Give Me Peace On Earth) » charpente le 4ème album Living In The Material World. Puis vient Dark Horse, à l’occasion de la création du label éponyme par Harrison et de son premier studio d’enregistrement à Friar Park. Enfin, Extra Texture (Read All About It), le dernier album enregistré chez Apple Records, comprend les chansons préférées de sa fille, en raison de textes plus complexes, par exemple Tired Of Midnight Blue avec Leon Russell au piano. En bref, un coffret de petites perles à la Harrison, avec des faces B et des titres inédits, pour un joli voyage dans les années 60-70 sur un son de qualité. © HR/Qobuz
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Parlophone

CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Parlophone

Après Dark Horse (1974) et Extra Texture (1975), rares sont ceux qui croient à un possible retour de George Harrison sur le chemin du succès. Pourtant, alors qu’il vient de vaincre une hépatite, il commence à travailler sur de nouvelles chansons à l’été 1976. Thirty Three and a Third, comme le nombre de tours par minute qu’effectue un vinyle sur une platine ou comme son âge au moment de la sortie de l’album, signe un retour timide mais réel du « troisième Beatle » et devient disque d’or. Comme si sa guérison lui avait rappelé que la musique était l’une de ses raisons de vivre, George Harrison semble prendre à nouveau plaisir à en faire et si la voix reste douce et posée, le rythme, tout en ruptures et variations, s’accélère plus souvent qu’à l’accoutumée (« Woman Don’t You Cry For Me », « See Yourself »). Notre homme semble même prêt à aborder les sujets qui fâchent en évoquant l’affaire « My Sweet Lord » (toujours en cours) dans « This Song ». Accompagné du toujours fidèle Billy Preston aux claviers, George Harrison livre ici l’un de ses albums les positifs depuis longtemps et la résurrection s’accompagne d’une tournée qui le mènera à travers l’Europe et les États Unis.   © Pricilia Decoene / Music-Story
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 décembre 1974 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Livret
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2002 | Parlophone

CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2007 | Parlophone

CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Parlophone

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 novembre 1968 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Livret
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 mai 2012 | Universal Music Enterprises

En 2009, Olivia Harrison (épouse de feu George) invite Giles Martin, le fils du légendaire producteur George Martin, à venir écouter des cassettes que George avait stocké dans sa bibliothèque de Friar Park. Avec l'aide de l'ingénieur du son Paul Hicks, Giles restaure les bobines que George avait laissées derrière lui. Cette première collection en donne un premier aperçu. Des premières prises directes multipistes des classiques My Sweet Lord et All Things Must Pass à des morceaux plus récents comme Mama You've Been On My Mind, en passant par des maquettes jamais entendues de Behind That Locked Door ou Run Of The Mill, ce premier volet des "Early Takes" est une plongée dans l'intimité de George (voix, guitare) habituellement masquée par la production.
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret

L'interprète

George Harrison dans le magazine