Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Hi-Res Audio
La composition la plus ambitieuse de Johann Ludwig Bach, issu d'une branche séparée de celle de Johann Sebastian. Les circonstances de sa composition sont singulières : Johann Ludwig Bach avait été amené à composer ses cantates sur les textes de son patron, le duc Ernst Ludwig, y compris ceux qu'il destinait à ses funérailles. Cette partition de Ludwig Bach fait appel à deux chœurs vocaux et à un instrumentarium de grande ampleur.
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 25 octobre 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Choc Classica de l'année - Hi-Res Audio
Après Johann Ludwig Bach, plébiscité, Hans Christoph Rademann poursuit son exploration passionnante de la plus célèbre dynastie musicale. Né en 1735, le “Bach de Londres” était le plus jeune des fils Bach. Il semble avoir été peu visible dans le sillage paternel jusqu’à ses 19 ans, lorsqu’il eut l’occasion de partir en Italie pour y profiter très plausiblement des conseils du célèbre Padre Martini, comme son (futur) ami Mozart le fera après lui. C’est à Milan qu’il compose les deux œuvres du présent enregistrement, dont cet incroyable Requiem.
HI-RES12,24 €17,49 €(30%)
CD8,74 €12,49 €(30%)

Musique vocale sacrée - Paru le 10 février 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Selon Gilles Cantagrel (qui vient de publier une remarquable biographie consacrée à CPE Bach aux Editions Papillon), il n'est pas impossible que Carl Philipp Emanuel Bach se soit présenté à Leipzig pour remplacer son père avec ce Magnificat en ré majeur. Ce qui expliquerait sa proximité avec le célèbre Magnificat paternel. En poussant la comparaison un peu plus loin, on reste étonné du presque décalque du Fecit potentiam ou du Deposuit entre le père et le fils. Exemple unique, car Carl Philipp Emanuel a très vite possédé son style propre tout en vénérant la musique de son père. Le calcul n'était pas bon, car c'est justement cette proximité qui l'a probablement empêché d'avoir le poste. Il reste que la découverte est passionnante grâce à une interprétation très vivante, pleine de rythme et de couleur. Les 300 ans de sa naissance permettent d'évaluer enfin à sa juste valeur un des grands compositeurs de l'histoire de la musique. FH
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 4 mars 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« Alfred Schnittke a tracé une voie éminemment personnelle et signé quelques chefs-d’œuvre dans le domaine de la musique chorale d’inspiration sacrée. Dans la lignée du célèbre Concerto pour chœur, de trois ans antérieur, les Douze psaumes de la pénitence (1988) pour chœur mixte a cappella, composés à l’occasion du millénaire de la christianisation de la Russie, se singularisent par une osmose de styles – médiéval, renaissant, Schütz, contemporain – organisée avec une densité et une rigueur de pensée exceptionnelles. [...] Les quarante-deux voix du Chœur de chambre du RIAS de Berlin, guidées par plusieurs chefs de chant russes sont fort bien dirigées par Hans-Christoph Rademann. Au-delà d’un arrière-fond sombre et méditatif, elles ménagent des contrastes accusés qui projettent sur chaque psaume une lumière étonnamment vive et entretiennent dans l’œuvre entière, par la vertu de progressions judicieusement réglées, une intensité expressive toujours croissante. [...] une même ferveur semble animer les interprètes dans les Trois hymnes (1983), plus intimes et concis, qui s’ancrent davantage dans la tradition romantique de la musique sacrée russe. » (Diapason, mai 2016 / Patrick Szersnovicz)« […] Pour Schnittke, catholique par sa mère, juif par son père et orthodoxe par la Russie, la musique chorale était comme un retour aux origines de la musique. Ainsi, les douze Psaumes de la pénitence forment un cycle d’une rare densité, qui compte parmi ses chefs-d’œuvre. […] Il s’agit de l’une de ses partitions les plus dépouillées et les plus profondes. […] Il abandonne ses techniques habituelles de collage et cherche au contraire l’intensité dans la raréfaction. […] Schnittke s’inspire du chant byzantin et de la déclamation syllabique traditionnelle, qu’il associe des techniques plus "modernes". […] Hans-Christoph Rademann, qui a travaillé partir du manuscrit autographe, offre avec l’extraordinaire RIAS Kammerchor une lecture exemplaire, d’une lisibilité constante, qui sait préserver les richesses de cette œuvre étrange, aux mystères inépuisables. » (Classica, mai 2016 / Bertrand Dermoncourt)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 6 mars 2012 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Wolfgang Rihm n’a pas volé l’immense notoriété dont il jouit dans la vie artistique contemporaine. En digne héritier de la tradition musicale allemande, ses œuvres oscillent toujours entre monumentalité, masses sonores immuables, et mouvement éthéré, lignes instrumentales ou vocales engagées dans l’infini… Sa musique pour chœur témoigne pour sa part d’un syncrétisme mêlant les influences de différentes époques, qu’il met au service d’une transcendance et d’une méditation poétique et philosophique dont il est l’unique maître !
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Noëls incontournables avec le Rias Kammerchor et autres artistes harmonia mundi ! Avec ce disque, retrouvez les plus beaux moments d'une édition spéciale exclusivement consacrée à Noël pour une veillée constellée de "Christmas hits" — qu'ils soient chantés en solo (Pastorale de Charpentier) ou en chœur (Stille Nacht, L'Adieu des bergers…), joués à l'orgue ou à l'orchestre (Concerto de Noël de Corelli)…
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 août 2012 | Carus

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Exactement un siècle avant Bach naissait Johann Hermann Schein. Lui aussi fut Kantor de Saint-Thomas à Leipzig, lui aussi fut un grand compositeur, mais la postérité l’a arbitrairement coincé dans le giron des « Trois Sch », Schein-Schütz-Scheidt – tous trois nés à un an d’intervalle ! – d’où il semble désormais difficile de sortir individuellement. Or son recueil de motets Israelsbrünnlein de 1623 est l’un des plus sublimes monuments de l’art madrigalesque allemand de son temps – de tous les temps, en vérité. On y trouve exploité jusqu’à l’extrême l’art de la figuration, la « peinture en musique », où les mélismes évoquent quasi-picturalement les propos textuels. Schein emprunte certes au très libre style du madrigal italien, tout en le soumettant à la rigueur contrapuntique et harmonique typiquement allemand. Les chœurs en manque de répertoire, plutôt que d’enchaîner Requiem de Mozart sur Messie de Haendel, seraient bien inspirés d’aller voir du côté de cet immense chef-d’œuvre qu’est Israelsbrünnein, ici merveilleusement chanté par le chœur de chambre de Dresde sous la direction éclairée de Hans-Christoph Rademann. (MT)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 1 avril 2016 | Carus

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Voici donc encore le récit de l’Evangéliste modelé sur les tons de lecture issus du chant grégorien. [...] Malgré l’apparente sécheresse du dispositif, cette Passion relate avec une grande force les dernières heures de la vie du Christ. Les chœurs regorgent de trouvailles mélodiques et agogiques reflétant l’agitation menaçante de la foule. [...] Devant une œuvre dont la puissance ne se révèle qu’à la lumière d’une fine interrogation de la partition, les forces dirigées par Hans-Christoph Rademann convainquent une nouvelle fois après une Matthäuspassion de haute volée. [...] Les compléments du programme dévoilent leur maîtrise d’autres registres : inédites au disque, deux pièces d’attribution plus ou moins probable à Schütz (la Deutsche Litanei et le double chœur Ach Herr du Sohn Davids) permettent à Rademann de mettre en valeur la palette expressive de ses chanteurs [...] » (Diapason, septembre 2016 / Xavier Bisaro)
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Carus

Livret Distinctions 5 de Diapason
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 janvier 2012 | Carus

Livret Distinctions 5 de Diapason
Hans-Christoph Rademann et le Dresdner Kammerchor ont entamé une intégrale des œuvres de Schütz qui prendra fin en 2017. Le volume 3 comprend les "Musikalischen Exequien" (Obsèques Musicales), composées en 1635-36 pour les funérailles du Souverain Heinrich von Reuss, ainsi que certaines pièces funèbres enregistrées pour la première fois. Dorothe Mields, Harry van der Kamp et Jan Kobow sont les solistes de cet excellent volet au son exceptionnel.
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 3 avril 2012 | Carus

Distinctions 5 de Diapason
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 3 mars 2015 | Carus

Distinctions 5 de Diapason
" Sans surprise, le geste affirmé et assez distant qui unifie l'intégrale Schütz de Hans-Christoph Rademann réussit à l'une de ses partitions les moins courues, sa Passion selon saint Matthieu. Se conformant à l'exigeante austérité en vigueur durant la Semaine Sainte dans les temples de Dresde au XVIIe siècle, le compositeur modèle le texte biblique sans instruments de dessus ni basse continue. [...] Cet opus crucial, dont la sobriété et le hiératisme ont tenu à l'écart de nombreux interprètes majeurs de Schütz (Junghänel et Bernius, notamment), reçoit ici une version de référence. [...] Le chœur mené par Hans-Christoph Rademann parvient à animer d'un bout à l'autre les tableaux de la Passion, jusqu'à la bouleversante supplication finale. Georg Poplutz, Evangéliste objectif, et Felix Rumpf, Christ jeune et noble, sont impeccables [...] et hissent l'album au sommet de la discographie de cette œuvre inclassable." (Diapason, avril 2015 / Xavier Bisaro)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Carus

Hi-Res Livret
Le Te Deum d’Utrecht, composé en 1713 pour célébrer la paix revenue après la guerre de succession d’Espagne, marque les débuts fracassants de Haendel à Londres. Les trois œuvres présentées sur cet album par la Gächinger Cantorey sous la direction de Hans-Christoph Rademann datent d’ailleurs toutes de la même époque qui voit l’établissement définitif du compositeur allemand dans la capitale anglaise. Il prendra très vite le statut de « musicien national », multiplie les commandes officielles et s’impose tant à l’église qu’à l’opéra. Créé avec un immense succès à la cathédrale Saint-Paul de Londres, l’Utrecht Te Deum and Jubilate présente une très habile synthèse des genres, rendant hommage à Purcell tout en évitant un italianisme trop voyant. Tour l’art de Handel est là qui parvient à une grande expression lyrique avec des moyens dépouillés et loin de toute ostentation. Capté lors d’un concert donné à la Liederhalle de Stuttgart, le Te Deum est précédé de la suite d’Il Pastor fido (« Le Berger fidèle »), un opéra pastoral que le compositeur avait apporté dans ses bagages. Devenu en quelques mois le compositeur de la Couronne, Handel composa une Ode for the Birthday of Queen Anne, première de ses nombreuses partitions officielles où éclate d’emblée son génie mélodique, juste avant la composition du spectaculaire Te Deum. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2015 | Carus

Johann David Heinichen aurait pu être contemporain de Bach – né en 1683 – s’il n’était pas mort bien plus tôt que le célèbre Cantor, en 1739. Son parcours le porta plutôt vers l’Italie où ses opéras connurent un immense succès à Venise. En 1716, il fut nommé Kapellmeister de l’électeur de Saxe à Dresde, un poste prestigieux qui lui offrit l’occasion de se singulariser dans le répertoire sacré avec quelque vingt-cinq messes, quelque soixante cantates, des litanies, des motets, des cantiques, des psaumes. Un richissime répertoire dont voici quelques exemplaires : deux messes complètes, d’une grande tendresse mélodique où se mêlent la technique allemande contrapuntique et l’art beaucoup plus italianisant de l’aria très mélodique. Hans-Christoph Rademann est un défenseur aiguisé et énergique de ce compositeur encore négligé, en dépit des anthologies extraordinaires réalisées il y a déjà vingt ans par Reinhard Goebel à la tête du Musica Antiqua Köln (Archiv Produktion), et qu’il convient d’enfin redécouvrir. © SM/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Accentus Music

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 7 juin 2011 | Carus

Livret
Après un flamboyant volume dédié au Requiem en mi bémol majeur, Hans Christoph Rademann et ses troupes de Dresde récidivent avec une autre ode funèbre de Johann Adolf Hasse, le Requiem en ut, qui surprend encore par ses hésitations stylistiques, entre baroque crépusculaire et prémices classiques. L'interprétation, dynamique, élancée, colorée est idéale ! L'un des événements baroque de ce printemps.
CD11,49 €

Musique vocale profane - Paru le 28 octobre 2008 | harmonia mundi

CD9,99 €

Classique - Paru le 30 juillet 2013 | Carus

Max Reger se situe dans la grande tradition chorale germanique. Son grand cycle de Geistliche Lieder (chants spirituels) écrit en 1914 est une de ses dernières oeuvres. D'une grande élévation de pensée, ils sont écrits pour un choeur à 4 et 8 voix. Légèrement antérieurs, les Trois Motets à 5 voix a capella sont eux aussi essentiels dans la production d'un compositeur allemand délibérément tourné vers le passé. Deux cycles qui illustrent à merveille les derniers feux du romantisme tardif. SH
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 1 janvier 2000 | Carus