Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Baryton, Gracias a la Vida est un album de reprises de chansons hispanophones du chanteur de variété porté sur le lyrique Florent Pagny. Faisant écho à Baryton (2004) et ses titres italiens déjà enregistrés avec l'aide d'Yvan Cassar, ce nouveau recueil regroupe des titres comme les classiques "Piensa en mi", "Quizas Quizas Quizas", des morceaux popularisés par Mercedes Sosa ("Un Vestido y un amor", "Gracias a la vida") ou Carlos Gardel ("El Dia que me quieras", "Volver") ou encore le "Clandestino" de Manu Chao. L'album entre en deuxième position des charts français à sa sortie en octobre 2012. © TiVo
A partir de :
CD22,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Capitol Music France

A partir de :
CD4,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | Universal Music Division Capitol Music France

Nullement choisies au hasard, les couleurs de la pochette et du livret de cet album, sorti fin 1997, sont le reflet d’une empreinte d’amour de Florent Pagny. Azucena, la compagne de Florent, sa « moitié », y pose sa touche artistique de peintre de l’âme de l’interprète. On retrouve ici des protagonistes de l’opus Rester vrai (1994) tels que Pascal Obispo, Lionel Florence et Jean-Jacques Goldman qui se rallient notamment à Peter Kingsberry, Art Mengo et Leon Gieco. Les accords pianistiques ouvrant le « Savoir aimer » ne démentent pas le talent d’Obispo et de Florence. Même accompagnée du langage des signes, pour faire partager d’une autre manière, la chanson est portée vers un public affectueux. Ce titre vaudra par ailleurs au chanteur la Victoire du meilleur artiste masculin. Florent Pagny ne manquera pas, dans cet opus, de saluer l’Argentine en proposant « Solo Le Pido A Dios », une chanson ancienne exprimant la douleur, résultat d’un régime oppressif. L’homme à l’aisance vocale livre ses sentiments à l’état brut, même dans l’enveloppe protectrice de « Dors », entre équilibre rythmique et harmonies berçantes. © ©Copyright Music Story Françoise Bachmann 2021
A partir de :
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 7 juin 2019 | Universal Music Division Capitol Music France

Publié en 2019 et succédant dans l'exercice à l'opus Le Présent d'abord (2017), Aime la vie constitue le dix-neuvième effort studio du chanteur français Florent Pagny. Bénéficiant majoritairement des plumes de Mathias Giunta et de compositions signées Manu Martin comme sur son morceau titre ou "Rafale de vent", Aime la vie contient en outre le single "Si une chanson", signée Emmanuelle Cosso et Daran, et décroche une entrée en seconde place des charts hexagonaux à sa sortie. © TiVo
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 24 novembre 2014 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret
Vieillir avec toi devient Vieillir ensemble. Le début théâtral du live, qui s’ouvre sur Les murs porteurs, promet un show rythmé par les applaudissements de la foule. Pagny interprète Calogero, Daran, Obispo, mais aussi Bashung avec Gaby Oh Gaby. A 53 ans, 25 ans de carrière, un disque de diamant, la tournée Vieillir ensemble sold-out qui demande des dates supplémentaires, Florent Pagny ne finira pas sa carrière de sitôt. © HR/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 22 novembre 2019 | Universal Music Division Capitol Music France

Publié en 2019 et succédant dans l'exercice à l'opus Le Présent d'abord (2017), Aime la vie constitue le dix-neuvième effort studio du chanteur français Florent Pagny. Bénéficiant majoritairement des plumes de Mathias Giunta et de compositions signées Manu Martin comme sur son morceau titre ou "Rafale de vent", Aime la vie contient en outre le single "Si une chanson", signée Emmanuelle Cosso et Daran, et décroche une entrée en seconde place des charts hexagonaux à sa sortie. © TiVo
A partir de :
CD59,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret
Dans sa présentation au format livre agrémenté d'illustration en noir et blanc, la quasi-intégrale Panoramas fait penser à l'album Abracadabra paru en 2006. Le chanteur qui totalisait presque vingt ans de carrière livrait alors un recueil truffé de plumes nobles (Gérard Manset, Raphaël, Miossec, Oxmo Puccino, Ben Ricour), duquel s'échappait l'un de ses titres les plus fameux, « Là où je t’emmènerai ». Par la suite, Florent Pagny a prêté sa voix large et puissante à la chanson réaliste (Pagny Chante Brel, 2007) la variété hispanophone classique (C'est Comme Ça, 2009) et moderne (Baryton - Gracias a la Vida, 2012), et deux ouvrages francophones : Tout et Son Contraire (2010, portant les signatures de Marc Lavoine, Grégoire, Vincent Baguian, John Mamann, Daran, Calogero et Pascal Obispo) et Vieillir Avec Toi (2013), confié à Calogero.Ces six albums d'une grande diversité de répertoire sont bien entendu inclus à ce coffret-livre proposant les dix-sept productions enregistrées en studio de l'artiste depuis Merci (1990), ainsi que plusieurs duos (en sus de deux de l'album 2 de 2001) et de nombreux inédits (vingt-cinq au total). Sept ans et trois albums plus tard, Florent Pagny s'installait au firmament des meilleures ventes avec les succès fédérateurs de Savoir Aimer (1997), Châtelet-Les Halles (2000) et Ailleurs Land (2003). L'interprète de « Ma liberté de penser », exilé en Patagonie, connaît son âge d'or et impose son style en faisant fi des critiques, musicales ou pas, qui s'abattent sur lui. À l'instar de son coffre vocal, Pagny est un roc possédant du répondant. Ce qui était le cas à l'époque de « Presse qui roule » est toujours d'actualité avec « Demandez à mon cheval » ou « Le Mur anticon ». Et à ceux qui le traitent de « chanteur à voix » leur est retourné en 2004 le lyrique Baryton, dans lequel Verdi et Puccini voisinent avec ses complices Calogero et Daran. Les nombreuses et constantes attaques dont il a fait l'objet l'ont rendu insubmersible et, artistiquement, imprévisible.Plus que toute autre compilation, et il en existe beaucoup, Panoramas est une rétrospective de ce parcours hors-norme, généreuse de surcroît puisqu'elle propose en dix-huitième album l'enregistrement acoustique Ma Liberté de Chanter et les pièces rares que les inconditionnels attendaient : les duos des émissions Taratata avec Johnny Hallyday (« Quelque chose de Tennessee »), Zazie (« Dans la maison vide » de Michel Polnareff), I Muvrini (« Terra ») ; d'autres tirés d'émissions diverses, voyant le baryton s'enflammer aux côtés de Luciano Pavarotti (« La Donna e mobile » de l'opéra Rigoletto), Pascal Obispo (« Un jour, une femme »), Gérard Lenorman (« Si tu n'me laisses pas tomber »), Marc Lavoine (« Un ami »), Cunnie Williams (« Are You My Friend »), Big Ali (« Des larmes de sang »), l'harmoniciste Jean-Jacques Milteau (« J'irai quand même ») et, toujours, le rocker Hallyday (« Le Pénitencier » et « Toute la musique que j'aime »).Loin de s'arrêter là, le bel objet est garni d'un livret de quarante-huit pages illustré en couleurs et annoté par quelques-uns de ses auteurs (Lionel Florence, Marie Bastide et Emmanuelle Cosso-Merad livrent leurs anecdotes). En sus, et c'est la cerise sur le gâteau, il ajoute trois reprises rares (« L'Homme à la moto », « Vendeur de larmes » et « Celui qui dit non ») et pas moins de vingt-cinq titres inédits. Parmi ces chutes de séances ou chansons de circonstance (« Ça va vite ») figurent les reprises de « Comme d'habitude » (Claude François), « Proud Mary » (Creedence Clearwater Revival), « Je resterai là » (Roch Voisine) et toute une série datant de Pagny Chante Brel : « Les Remparts de Varsovie », « Zangra », « Madeleine », « Le Prochain amour », « Fernand », « Bruxelles », « Quand ma maman reviendra », « Amsterdam », « Quand on n'a que l'amour » et « Le Plat pays ». Au total, pas moins de deux cent cinquante deux pistes chantées font de Panoramas un bilan indispensable à tout amateur de ce monstre sacré de la scène française. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 22 septembre 2017 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res
Pour ses deux projets précédents, Florent Pagny avait délégué les compositions à Calogero, sur l'album Vieillir Avec Toi (2013), puis à Raul Paz sur Habana (2016). Un peu plus d'un an après l'excursion cubaine, c'est avec un éventail d'auteurs et de musiciens qu'il collabore pour son quatorzième recueil studio Le Présent d'Abord.Cet intitulé, qui donne également son nom au premier extrait signé Lionel Florence, Maître Gims et son acolyte Danny Synthé, révèle son envie de se mettre au diapason des nouveaux codes de la chanson et de faire évoluer son style musical. Si l'intention est louable, le résultat qui mélange accord accrocheur de guitare acoustique et choeurs monumentaux ne bousculera pas les fidèles de l'interprète.Le deuxième extrait « La Beauté du doute », écrit et composé par Nazim Khaled, reste tout aussi classique malgré sa production electro. L'important est le message que souhaite faire passer l'artiste, dans une thématique humaine et universaliste qui parcourt la dizaine de morceaux, incluant la parenthèse electro-acoustique « L'Âge de raison », pleine de sagesse, introduite par un interlude à la guitare. Sur des textes de Thomas Laroche, habillés par divers divers décorateurs sonores sur « Je veux en voir encore » et « Je connais personne », le chanteur déraciné, passé de la Patagonie au Portugal via Miami, navigue entre la soif d'un nouvel horizon et la ballade consolatrice.Ce parcours dans les sons du moment, empruntant au courant fokltronica britannique, se poursuit sur les autres titres dont ressort « C'est peut-être », exercice de coupé-décalé léger inspiré par Slimane Nebchi, tandis que « Gandhi », lui aussi doté d'un interlude, incite au voyage sans succomber aux sonorités indiennes. Le chanteur épris d'aventures terrestres se fait plus que jamais philosophe, dans sa quête de la voie menant à la sagesse. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
CD22,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2006 | Universal Music Division Capitol Music France

A partir de :
CD22,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Capitol Music France

Alors qu’il cherche The Voice, Florent Pagny offre la sienne à ses fans dans un live acoustique (Acoustic...), enregistré à Nice. Un double album composé de ses succès et de nombreux standards français.Accompagné d’un piano, d’une contrebasse et d’une batterie, le baryton interprète des extraits de son dernier album Tout & Son Contraire dont « Si tu n’aimes pas Florent Pagny » en introduction et « Te jeter des fleurs » en fermeture. Entre les deux, il se fait chanter « Bon anniversaire » par son public puisque c’était le jour de ses 50 ans en 2011, avant d'écumer son répertoire. Des titres connus, certains épurés dès l’origine (« Et un jour une femme », « Savoir aimer », « Ma liberté de penser »). Très bavard, Florent Pagny se laisse aller à de nombreux commentaires sur l’histoire de ses chansons. C’est surtout le répertoire des autres que le coach a investi, un travail déjà fait dans Ré-Création. Pagny chante ici de grands classiques sans chercher à les réinventer mais mise sur sa force d’interprétation : « L’Hymne à l’amour », « L’Aigle noir », « Comme d’habitude », « La Javanaise », « Et maintenant », « Le Jazz et la java », etc. Le chanteur explique par des anecdotes ses liens avec chacun des artistes repris, qu’il a pour certains rencontrés. Toutefois, il livre une sympathique version de « À bicyclette », reprend Freddie Mercury (« Guide Me Home ») et honore un des rares artistes en vie de la liste, à savoir Pierre Perret avec « Le Cul de Lucette » ! © ©Copyright Music Story Paula Haddad 2015
A partir de :
CD8,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 1995 | Universal Music Division Capitol Music France

A partir de :
CD8,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2000 | Universal Music Division Capitol Music France

An 2000. Nous sommes en plein cœur de Paris. Station de métro Châtelet-Les Halles : la foule se presse, mélange de cris de détresse, de consommation effrénée, de solitudes. Ici, Pagny, nous le savons, chante encore juste ; et il chante fort. Finis les murmures et les effusions ; et pourtant, c’est un passionné de liberté qui livre toute la puissance de sa réflexion, de plaies à soigner, de douleurs puisées dans les entrailles des lésions humaines. Le plan est tout tracé, avec la complicité de Pascal Obispo, de David Hallyday, de Lionel Florence et d’Art Mengo. Nous passons de « La Légende de Carlos Gardel » au son d’une impertinente guitare flamenca à l’âme humaniste d’ « Un mot pour Prévert ». « L’Air du temps » à l’italienne touche le chimérique, puis les cordes, la guitare acoustique et un brin d’électronique cohabitent. Se pourrait-il que Florent Pagny, pris par son Moi démesuré, soit affublé d’une ambition trop étalée ? Une nouvelle écoute de « Y’a pas un homme qui soit né pour ça », peut faire changer d’avis. © ©Copyright Music Story Françoise Bachmann 2021
A partir de :
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret
Faisant suite à un live et à deux parenthèses hispanophones avec le second volume de Baryton et C'est comme ça, Florent Pagny livre en 2013 son premier disque de nouveaux titres chantés en français depuis Abracadabra en 2006. Entièrement écrit par Calogero, bénéficiant d'arrangements soignés et mené par le morceau titre et "Les Murs porteurs", Vieillir avec toi devrait ravir les fans de la première heure. © TiVo
A partir de :
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | Universal Music Division Capitol Music France

2003 : il y a six ans, Florent Pagny migrait vers les terres reculées de Patagonie. D’aucuns diront qu’il a fui ; vêtu d’un poncho jaune, lui chante : « Si on te demande/ Dis-leur d'oublier de m'attendre/ Car ici c'est ailleurs, Ailleurs Land / Et si on te demande dis-leur / Je travaille de mes mains / Je regarde le ciel / Je vais à l'essentiel / Ailleurs Land ». À la fois adroit et acerbe, l’homme de l’ailleurs répondra musicalement « Demandez à mon cheval », un peu de rock, un peu de pop. C’est loin de sa terre natale qu’il donne de sa voix pour produire ce nouvel album, son événement de l’année, certifié trois fois disque de platine. Il emmène l'auditeur dans des mondes parallèles, servis par « Je trace », composé par Calogero, puis propose « La Folie d’un ange », signé Daran. Lionel Florence et Pascal Obispo, présents plus que jamais, savent comment doser chaque instant de « Ma Lliberté de penser ». Laissant de côté la colère et la fureur d’un marginal, le chanteur peut bien vendre son âme au diable, dans l’intimité autobiographique, dans la paisible intensité de l’amour qui guide « Sur mesure », servi par le cœur des cordes et des archets. © ©Copyright Music Story Françoise Bachmann 2021
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 18 novembre 2016 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret
Ce n'est finalement pas un album de jazz swing en anglais avec grand orchestre, qui ne correspondait pas à son feeling selon lui, mais un recueil espagnol dédié à Cuba qui fait suite à Vieillir Avec Toi, paru trois ans auparavant, en 2013, si l'on excepte le document de la tournée, Veillir Ensemble, distribué entre temps.Pour l'accompagner dans une aventure qui parle à son âme latine, l'ex-résident de Patagonie, désormais partagé entre l'Argentine et Miami, a choisi un auteur et compositeur de choix en la personne de Raúl Paz, qui a fait de la France sa terre d'adoption avant de retrouver La Havane de sa jeunesse. Une fois le projet lancé, le chanteur à forte voix et tempérament et le multi-instrumentiste, auteur de huit albums originaux en son nom, ont opté pour un répertoire varié entre tradition et modernité.C'est par les frémissements de cordes de la ballade nostalgique « Donde Va La Vida » et le jeu musclé de percussions, d'orgue et de guitare électrique de « Viviré » que commence l'excursion, qui prend ensuite un rythme de croisière au fil des chansons originales, couchées en studio sous l'oeil expert du producteur Julio Reyes Copello.Sitôt éteint le choeur viril de « Volver A Cantar », l'interprète alterne ses deux cultures dans l'extrait sentimental « Encore », puis emboîte le pas à l'orchestre dans la rumba qui donne son titre à l'album. Dernier volet d'une trilogie espagnole, Habana visite la capitale cubaine dans un esprit d'immersion, de « Agua Salada » à « Voz de Bolero », et donne la parole à son éminence grise Raúl Paz dans « Donde Estan », sans éviter la tonalité de carte postale inhérente au genre. C'est par le refrain du début, en français cette fois, que s'achève le périple. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret
Il faut remonter trois ans en arrière pour trouver le dernier album original francophone de Florent Pagny. C'était Tout et Son Contraire, quatre ans après Abracadabra. Car malgré son titre, C'est Comme Ça, sorti en 2009, l'était en espagnol et Baryton - Gracias a La Vida, paru en 2012, reprenait des classiques hispanophones après le live acoustique Ma Liberté de Chanter.Pour ce nouvel album de dix titres, enrichi de quatre versions acoustiques au piano ou à la guitare pour l'édition limitée, le chanteur au collier de barbe s'est entiché des propositions faites par son ami Calogero, qui a écrit et composé le disque dans son intégralité. C'est donc en tant qu'interprète que Florent Pagny fait son entrée avec le titre le plus grandiloquent de la sélection, « Les Murs porteurs », à la symbolique lourde. Les choses s'arrangent avec les arrangements plus légers de « Combien de gens », évocation de séparations forcées au parfum bohème et « Vieillir avec toi », au refrain entêtant sur fond d'harmonium. « Le Soldat », qui suit, est une lettre d'un mobilisé à son Augustine, à la mélodie un peu faible pour la commémoration de la guerre de 1914, tandis qu'« Après nous » chante la mort sur un air insouciant de symphonie spectorienne. La Faucheuse est encore au programme de « Condoléances », pièce classique au piano glissée entre le morceau pop rock « Parle », bien équilibré, et le folk baba cool de « On sera là ». L'atmosphère de gravité qui tourne autour des thèmes est rattrapée par les sonorités allègres, à l'instar de « Quand on est seul en décembre » et « Souviens-toi », qui ferment la marche. L'ensemble, aux arrangements soignés, se révèle de bonne facture. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2016
A partir de :
CD15,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Capitol Music France

A partir de :
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Capitol Music France

Un an après le triomphal Abracadabra, qui a ouvert une brèche entre la variété et le rock français, le très imprévisible Florent Pagny sort Pagny Chante Brel, tribut à l’immense chanteur-compositeur belge. Plutôt que de réinterpréter la musique de Brel avec une production et une instrumentation modernes, Pagny a eu recours aux mêmes studios et aux mêmes techniques que son héros, à quelques exceptions près, comme les percussions latino d’"Au Suivant". Partout ailleurs, les relectures de Pagny de "La Chanson Jacky", "Les Bourgeois", "Orly", et "Les Vieux" sont étonnamment traditionnelles. Sa voix est plus aiguë que celle de Brel d’une demi-octave, et la différence d’intonation et de timbre est notable. Il compense en enregistrant directement en studio et en interdisant l’overdubbing, donnant à son chant une qualité immédiate, présente et même inhabituellement brute. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Chanson française - Paru le 7 mai 2021 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res
A partir de :
CD10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Capitol Music France

En 2005, le chanteur français Florent Pagny met temporairement de côté la variété pour sortir Baryton, album de thèmes lyriques mettant en avant sa voix taillée pour l'exercice, le tout sur une musique dirigée par Yvan Cassar. On y trouve bien entendu quelques grands airs d'opéra comme "Nessun Dorma" (Turandot de Puccini), "La Donna è mobile" (Rigoletto de Verdi) ou "E lucevan le stelle" (Tosca de Puccini) mais également une très belle version du "Maria" extrait de la comédie musicale de Bernstein et Sondheim, West Side Story. © Olivier Duboc /TiVo