Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Sorti en 1973, Goodbye Yellow Brick Road est considéré comme l’un des albums majeurs d’Elton John. En l’espace de 17 titres sans temps mort, le chanteur anglais montre toute l’étendue de son talent de songwriter. Au sommet de son art, il livre certains de ses morceaux les plus inspirés, qui font aujourd’hui figure de classiques et nous rappellent l’immense talent de l’un des chanteurs les plus influents du XXe siècle. © NG/QOBUZ
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | Virgin EMI

Distinctions 3F de Télérama
Fruit d'un travail en commun entre Elton John et Leon Russell, deux monuments qui travaillent ensemble depuis 1970, The Union a été produit par T-Bone Burnett. L'opus contient des chansons écrites par Elton John et Bernie Taupin combinées à celles de Leon Russell et T-Bone Burnett.
CD29,99 €

Pop - Paru le 10 novembre 2017 | UMC (Universal Music Catalogue)

Le tandem Elton John/Bernie Taupin compte parmi les plus créatifs de l’histoire de la pop music anglo-saxonne. La preuve avec cette copieuse compilation de plus de 50 titres regroupant des enregistrements piochés dans cette collaboration d’un demi-siècle ! De Your Song à Rocket Man en passant par Crocodile Rock, Daniel, Candle In The Wind ou bien encore Goodbye Yellow Brick Road, Bennie And The Jets, Don't Let The Sun Go Down On Me, l’association entre une plume parfaite et des mélodies de toute beauté fait des étincelles dans tous les contextes. De la ballade romantique au thème plus up tempo, Elton John a toujours maîtrisé chaque recoin d’un genre musical dont il est l’un des plus impressionnants artisans. © CM/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Hi-Res
Véritable album-lancement d’Elton John, ce disque homonyme inclut le standard immortel « Your Song », dont la puissance d’émotion demeure intacte après 37 ans. Sur les 13 chansons, la plupart, comme « Take Me To The Pilot » ou « Rock ‘n’ roll Madonna », sont du pop-rock de remarquable tenue, contenant en germe les registres d’un Elton John déjà aussi à l’aise dans les ballades langoureuses que dans le rock vitaminé.   © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2016
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 24 mai 2019 | Virgin EMI

Hi-Res
C’est le producteur Giles Martin, le fils du mythique George Martin, qui est aux commandes de la bande originale de ce film qui raconte l’avènement – pour ne pas dire le couronnement – d’Elton John dans le monde de la musique. Autrement dit, le parfum rétro de ce biopic et de sa BO fonctionne à plein régime, surtout lorsqu’on sait que Giles Martin était aux premières loges de la frénésie pop qui secouait l’Angleterre des années 1960 et 1970. Ses arrangements élégants et punchy sont certes très proches du son de l’époque, mais il apporte aussi parfois, dans certaines textures, un vent de fraîcheur qu’on pourrait qualifier de « postmoderne ».Le disque ne propose aucune musique instrumentale tirée du film, mais uniquement des tubes de la star interprétés par Taron Egerton, l'acteur qui l'incarne à l’écran. Certes, Ergeton subjugue par ses prouesses vocales, mais il ne faudrait pas oublier la présence d’autres acteurs dans certaines chansons :  I Want Love est interprété par Kit Connor, Gemma Jones, Bryce Dallas Howard et Steven Mackintosh, tandis que The Bitch Is Back, Don’t Go Breaking My Heart et Goodbye Yellow Brickroad sont des duos avec, respectivement, Sebastian Rich, Rachel Muldoon et Jamie Bell (qui a la lourde tâche d’interpréter Bernie Taupin, le parolier de prédilection d’Elton John). Mais le morceau de bravoure de cette BO, c’est certainement le délire schizophrène que constitue la chanson qui clôt le disque puisqu’il s’agit d’une reprise de (I’m Gonna) Love Me Again par Taron Egerton en duo avec… Elton John lui-même. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2013 | Virgin EMI

Hi-Res
Album composé de 13 chansons aux textes fortement autobiographiques, Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy est à conseiller aux amateurs de musique des années 1970 ; la voix d’Elton John s’épanouit à merveille dans des harmonies riches et puissantes, parmi lesquelles se détachent nettement la chanson-titre de l’album et le très émouvant « Someone Saved My Jife Tonight ». Comme pour mieux en marquer la période artistique, l’album comprend également une reprise de « Lucy in the Sky with Diamonds » qui n’égale pas celle des Beatles mais s’avère bien plus qu’honorable et ajoute au disque un agréable frisson de nostalgie.     © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2016
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1972 | Virgin EMI

Un album plus jazzy que ce Honky Château (enregistré au château d’Herouville en région parisienne), où les sons se font plus sobres et épurés, Elton John retrouvant l’ambiance « intimiste » du début de sa carrière de pianiste. On y perd en luxuriance musicale ce que l’on y gagne en authenticité. Des morceaux enjoués comme « Honky Cat » sont fort bien équilibrés par des chansons plus sentimentales comme le très touchant « Mona Lisa and Mad Hatters », où le registre vocal d’Elton John se déploie avec le plus d’aisance.   © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2016
CD18,99 €

Pop - Paru le 24 janvier 2020 | UMC (Universal Music Catalogue)

La musique pop ne se mêle que rarement de politique, mais lorsqu’en pleine Guerre froide, une star occidentale telle qu’Elton John enflamme une salle de concert moscovite, on assiste avec joie à une tentative d’apaisement entre l’Ouest et l’Est. La tournée d’Elton John en URSS a eu lieu peu de temps après que celui-ci a annoncé qu’il se retirait un temps de la musique, invoquant l’épuisement professionnel et moral. Malgré cela, et bien que la formation soit réduite au minimum (Elton John avec ses pianos Steinway et Yamaha CP80, accompagné du percussionniste Ray Cooper), le chanteur anglais électrise littéralement le public russe en ce mois de mai 1979. Galvanisé par le fait que son album A Single Man (paru un an auparavant) fut la première sortie officielle d’un album de pop occidentale en URSS, l’interprète de Rocket Man semble retrouver l’énergie qui commençait alors à lui manquer. A cette époque, le gouvernement soviétique levait du bout des lèvres les restrictions culturelles.Ce concert fut retransmis par la BBC, et c’est à partir des bandes analogiques originales récupérées dans les archives de la radio anglaise que ce disque fut totalement remastérisé par Elton John et Bob Ludwig. Au programme, on pourra se délecter de versions épiques (12 minutes chacune) de I Heard It Through the Grapevine et Bennie and the Jets, d’un émouvant Tonight, ainsi que d’un pot-pourri diabolique comprenant Crocodile Rock, Get Back et Back in the USSR. Concernant cette dernière, les autorités russes auraient demandé à Elton John de ne pas l’exécuter. C'était sousestimer l'esprit libre du chanteur. Enfin, ce live nous enseigne que la musique n’apaise que provisoirement les mœurs puisque quelques mois plus tard, la tension entre les deux superpuissances reprit de plus belle avec l’invasion de l’Afghanistan et l’élection de Ronald Reagan à la tête des États-Unis. Nicolas Magenham/Qobuz
CD9,49 €

Pop - Paru le 6 novembre 1995 | Virgin EMI

Publiée chez Mercury en 1995, la compilation Love Songs propose de revenir sur les plus grandes ballades de l'un des spécialistes du genre, le musicien britannique Elton John. L'occasion, au fil d'un recueil de dix-sept titres, de retrouver des incontournables comme "Sorry Seems To Be the Hardest Word" (1976), "Daniel" (1973), "Sacrifice" (1989), "Nikita" (1985), l'instrumental "Song For Guy" (1978), "Can You Feel the Love Tonight" (1994), extrait de la bande originale du Roi Lion des studios Disney, "Don't Let the Sun Go Down On Me", initialement publiée en 1974 et ici présentée dans sa version de 1991 en duo avec George Michael, ou encore "Candle in the Wind", dans sa version de 1973, écrite en l'honneur de Marilyn Monroe et qui sera adaptée en 1997 pour le décès de Lady Diana. © TiVo
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 24 mai 2019 | Virgin EMI

C’est le producteur Giles Martin, le fils du mythique George Martin, qui est aux commandes de la bande originale de ce film qui raconte l’avènement – pour ne pas dire le couronnement – d’Elton John dans le monde de la musique. Autrement dit, le parfum rétro de ce biopic et de sa BO fonctionne à plein régime, surtout lorsqu’on sait que Giles Martin était aux premières loges de la frénésie pop qui secouait l’Angleterre des années 1960 et 1970. Ses arrangements élégants et punchy sont certes très proches du son de l’époque, mais il apporte aussi parfois, dans certaines textures, un vent de fraîcheur qu’on pourrait qualifier de « postmoderne ».Le disque ne propose aucune musique instrumentale tirée du film, mais uniquement des tubes de la star interprétés par Taron Egerton, l'acteur qui l'incarne à l’écran. Certes, Ergeton subjugue par ses prouesses vocales, mais il ne faudrait pas oublier la présence d’autres acteurs dans certaines chansons :  I Want Love est interprété par Kit Connor, Gemma Jones, Bryce Dallas Howard et Steven Mackintosh, tandis que The Bitch Is Back, Don’t Go Breaking My Heart et Goodbye Yellow Brickroad sont des duos avec, respectivement, Sebastian Rich, Rachel Muldoon et Jamie Bell (qui a la lourde tâche d’interpréter Bernie Taupin, le parolier de prédilection d’Elton John). Mais le morceau de bravoure de cette BO, c’est certainement le délire schizophrène que constitue la chanson qui clôt le disque puisqu’il s’agit d’une reprise de (I’m Gonna) Love Me Again par Taron Egerton en duo avec… Elton John lui-même. © Nicolas Magenham/Qobuz
CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1970 | Virgin EMI

CD10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1973 | Virgin EMI

CD10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Virgin EMI

CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1974 | Virgin EMI

CD11,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Virgin EMI

CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1975 | Virgin EMI

CD29,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1990 | Virgin EMI

CD17,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1976 | Virgin EMI

CD9,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Virgin EMI

S’il n’est pas le plus illustre des albums d’Elton John, Ice on Fire a l’avantage de contenir le merveilleux sirop « Nikita », qui inspira indirectement le film de Luc Besson, tout en féminisant odieusement aux yeux du public un prénom slave tout à fait masculin. Des slows langoureux (« Cry To The Moon ») côtoient, comme d’habitude chez Elton John, des morceaux de jazz-rock particulièrement swinguants (« Wrap Her Up », « Tell Me What The Papers Say »). Un duo particulièrement explosif avec Millie Jackson (« Act of War ») n’est malheureusement pas présent dans toutes les éditions de l’album, dont la plus récente comprend une version live de « I’m still standing ».   © ©Copyright Music Story Nikita Malliarakis 2016

L'interprète

Elton John dans le magazine
  • Elton John fait son cinéma
    Elton John fait son cinéma Réalisé par Dexter Fletcher, le film "Rocketman" qui sort en France le 29 mai 2019 est un brillant portrait d'Elton John interprété par Taron Egerton...
  • QIBUZ / Lundi 28 mai 2012
    QIBUZ / Lundi 28 mai 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Et le Capitaine Kirk chanta…
    Et le Capitaine Kirk chanta… Quand William Shatner, l’acteur principal de Star Trek, se prend pour Elton John…