Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Avec Nothing Was The Same, Drake ne se contente pas de confirmer tout le bien qu’on pensait de lui mais signe surtout son meilleur album à ce jour. Pour ce troisième opus, le Canadien a aiguisé sa plume et assombri ses beats pour un trip lorgnant tant vers le hip hop ténébreux voire cotonneux que la R’n’B le plus sensuel. Il alterne de la sorte avec une vraie aisance, passant de l’obscurité à la lumière en un claquement de doigt. Du grand art. © CM/Qobuz
CD13,49 €

Rap - Paru le 12 février 2015 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Au fil des mois et surtout des albums, Drake grandit, mûrit et devient de plus en plus incontournable. Surtout le rappeur canadien est l’une des voix les plus originales du genre. C’est désormais la mode et If You're Reading This It's Too Late a surgi sans prévenir, sans être annoncé. La surprise est aussi qu’il n’y a justement pas de surprise. Non pas que ce quatrième album de Drake soit à éviter – bien au contraire – mais juste que tous les éléments qui rendent Drake grand sont à nouveau réunis. Les beats à la fois lourds et incisifs et flow faussement lancinant et d’une rare précision, If You're Reading This It's Too Late accueille aussi quelques jolis featurings, certes assez classiques, signés Lil Wayne, Partynextdoor et Travi$ Scott. Epaulé par ses proches Matthew Jehu Samuels alias Boi-1da et Noah "40" Shebib, le MC de Toronto impose aussi une forme de minimalisme avec cet opus (less is more comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique…) et ne s’est pas clamé quant à l’auto-confession et à la mise à nue de son âme. Un Drake en tout cas qui a faim et ne compte pas s’arrêter là en 2015 puisqu’il annonce déjà l’album Views From The 6, pour l’été… © MD/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 29 juin 2018 | Republic Records

Hi-Res
Porté par les mastodontes God’s Plan et Nice For What, Drake sort son cinquième album, Scorpion. Pour succéder au contrasté Views en passant par la playlist touche-à-tout More Life, l’idole de Toronto propose un panel complet de 25 titres répartis sur deux faces comme un vinyle mythique ou une cassette poussiéreuse. Drake cherche ainsi à atteindre tous les angles de sa personnalité musicale avec un premier ensemble plus rap et un autre tirant vers la pop. Dans Scorpion, Drake cherche aussi à englober toute sa dynastie, invitant à cette grande célébration ses deux modèles de toujours : Jay Z pour un couplet rouge incandescent et Michael Jackson sur un air fantomatique. Se voulant plus sombre et tranchant sur la première partie, Drake arrive plus tard à quelques moments solaires comme Blue Tint ou Ratchet Happy Birthday. Mais pour la première fois depuis de nombreuses années, l’empereur de la musique mondiale semble vaciller sur son trône et offre des petits moments plus fragiles. Avec les attaques répétées de Pusha T, Drake dévoile sa paternité peut-être plus rapidement que prévu. Alors qu’il se réclame le plus souvent Emotionless, Aubrey Graham prouve qu’il ne peut pas toujours être dans le contrôle. Il apparaît urgent sur le Nonstop emprunté à BlocBoy JB, nostalgique sur le soulful 8 out of 10 et agacé sur le prenant Sandra’s Rose produit par DJ Premier. Par bribes, il cherche toujours à démontrer sa légitimité, son succès, son accomplissement. Scorpion est une charnière dans sa discographie, une transition avec ses petites fulgurances et ses moments poussifs qui gratte la surface de l’artiste. Au fil de l'album, Drake ne répond pas directement à ses détracteurs mais donne beaucoup de matière sur sa position et son état d’esprit. Lisse mais tourmenté. Le meilleur mix canadien. © Aurélien Chapuis/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 1 mai 2020 | OVO

Hi-Res
Puisque la décennie 2010 a incontestablement été celle de Drake, dominateur dans l’imagerie pop, les ventes et l’impact, sa façon d’aborder les années 2020 était forcément très attendue. Avec Dark Lane Demo Tapes, sa dernière mixtape depuis More Life trois ans auparavant (avec, entre les deux, l’album Scorpion), le natif de Toronto garde un cap clair : raconter un certain romantisme en s’adressant directement à l’auditeur, inviter des poids lourds (Future, Playboi Carti ou encore Chris Brown), et en profiter pour régler quelques comptes. Il y a peu de surprise sur ce nouveau projet, et après tout, pourquoi en faudrait-il absolument ? Drake est en pilotage automatique et fait presque du fan-service. Ce n’est pas avec Dark Lane Demo Tapes que les avis sur lui changeront, positifs ou négatifs. Et ce malgré des titres forts comme Time Flies, ou la prod drill de Demons (en featuring avec l’un des grands noms du genre actuel, Fivio Foreign). Drake a en réalité fait un choix fort : enchaîner les instrus et divaguer dessus sans réellement réfléchir en termes de morceaux élaborés. C’est une mixtape, après tout, pas un album. La différence est là. Mais via ce format, il est souvent plus aisé d’exploiter pleinement les productions les plus raps. Il n’est donc pas surprenant de constater que les titres les plus marquants, de War à Desires (en featuring avec Future) en passant par D4L (avec Young Thug et Future une nouvelle fois), sont les moins chantés. En attendant le prochain album, donc. © Brice Miclet/Qobuz
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Rap - Paru le 6 mai 2016 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Hi-Res Livret
Lorsque parait son quatrième album en mai 2016, Drake est l’un des artistes les plus populaires du moment. En grand fédérateur rusé, agile mais surtout doué, le Canadien a su trouver l’alliage parfait entre rap, soul, R&B et surtout pop. Sans jamais trancher entre ces styles, il a conçu le son de l’ère du temps en quelques sortes ; de son temps. Et View est un bon condensé de cet art. Quoi qu’avec plus d’une heure vingt de musique, condensé ne soit pas ici l’expression la plus adéquate… Drake a faim et chaque titre est une vraie pièce montée, dans ses paroles comme dans sa production. Urbain dans ses sons, épuré dans ses arrangements, volubiles dans ses rimes et productif dans ses beats, le rappeur de Toronto ne lésine pas sur les moyens. Sensuel ici, cynique un peu plus loin, caustique là ou habité, il fait défilé toutes ses humeurs. View se termine en beauté avec l’imparable single Hotline Bling dont il est bon de rappeler (aux plus jeunes) qu’il est une sorte de relecture du tubesque Why Can’t We Live Together enregistré en 1973 par Timmy Thomas… © MD/Qobuz
CD11,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2012 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Livret
Après s’être imposée comme l’une des plus grandes découvertes de la décennie avec son premier opus sorti en 2010, Drake, la star du hip hop, revient sans attendre avec ce deuxième album, un an et demi après Thank Me Later, classé disque platine. Bien que Take Care reste bâti sur le modèle de hip hop habile et dynamique établi par Thank Me Later, il invite davantage d’artistes que son prédécesseur avec par exemple des apparitions de T-Pain, Stevie Wonder, Rick Ross, Florence and the Machine et TLC. Drake reste la véritable star, parvenant à contrebalancer cet ensemble chargé avec un travail pointu et mesuré et en ne se prenant pas au sérieux. © TiVo
CD16,49 €

Rap - Paru le 18 mars 2017 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Une playlist. C’est ainsi que Drake définit ce More Life. Le rappeur canadien précise que son ovni est destiné à boucher les trous entre les « grosses sorties ». Mais comment véritablement interpréter tout cela ? Est-ce un disque fait à l’arrache ? Un album sans importance ? Une compilation de démos ? Une playlist qu’il vous dit ! Ce qui est sûr, c’est la solidité du casting des producteurs et invités embarqués dans cette affaire : More Life accueille ainsi Sampha, Kanye West, Young Thug, Travis Scott, 2 Chainz, 40, Skepta, Frank Dukes, Boi-1da, Murda Beatz, T-Minus, Nineteen85, Giggs, Quavo, PartyNextDoor, Moodymann, Zoë Kravitz et Lil Wayne ! Et force est de reconnaître qu’on déguste les 22 titres comme on déguste une playlist. Avec ses surprises, ses changements de rythmes et une certaine forme d’éclectisme, certes contrôlée, mais bien réelle. Du hip hop pur au R&B, du grime à la trap, du dancehall à l’afrobeat ou à la soul, le maître de maison (présent sur certains titres) a savamment agencé son tracklisting. Du travail d’orfèvre es-groove. © MZ/Qobuz
CD13,49 €

Rap - Paru le 2 août 2019 | OVO

Suite à la publication de Scorpion en 2017, le rappeur canadien Drake s'est livré à l'exploration de ses archives personnelles pour revenir en 2019 avec Care Package, collection de dix-sept titres n'ayant jusqu'alors pas connu de publication sur album ou mixtape et datant pour les plus anciens de 2011. Si, parmi eux, beaucoup avaient servi de teasers pour différents projets, laissant perplexes de nombreux auditeurs quant à leur absence in fine des recueils du MC, fort est de constater que leur qualité aurait sans problème pu leur valoir une place sur ces derniers. Par nature plus varié dans ses sonorités que les derniers travaux en date du canadien, Care Package éclaire une partie jusqu'ici méconnue de son oeuvre et régale ses nombreux fans qui lui offrent un nouveau numéro un américain. © TiVo
CD13,49 €

Rap - Paru le 15 juin 2019 | Republic Records

HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Rap - Paru le 3 avril 2020 | OVO

Hi-Res
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Rap - Paru le 29 avril 2016 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Hi-Res Livret
Lorsque parait son quatrième album en mai 2016, Drake est l’un des artistes les plus populaires du moment. En grand fédérateur rusé, agile mais surtout doué, le Canadien a su trouver l’alliage parfait entre rap, soul, R&B et surtout pop. Sans jamais trancher entre ces styles, il a conçu le son de l’ère du temps en quelques sortes ; de son temps. Et View est un bon condensé de cet art. Quoi qu’avec plus d’une heure vingt de musique, condensé ne soit pas ici l’expression la plus adéquate… Drake a faim et chaque titre est une vraie pièce montée, dans ses paroles comme dans sa production. Urbain dans ses sons, épuré dans ses arrangements, volubiles dans ses rimes et productif dans ses beats, le rappeur de Toronto ne lésine pas sur les moyens. Sensuel ici, cynique un peu plus loin, caustique là ou habité, il fait défilé toutes ses humeurs. View se termine en beauté avec l’imparable single Hotline Bling dont il est bon de rappeler (aux plus jeunes) qu’il est une sorte de relecture du tubesque Why Can’t We Live Together enregistré en 1973 par Timmy Thomas… © MD/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 15 février 2019 | Young Money - Cash Money Records

Hi-Res
Il est difficile de remettre dans son contexte la sortie de cette troisième mixtape de Drake qui s'offre, dix ans après sa première mise en ligne, une seconde vie. À l'époque, Drake est célèbre pour son rôle dans la série canadienne à succès Degrassi: The Next Generation et l'auteur de deux mixtapes pour le moins confidentielles. Il vient toutefois de réaliser un petit hold-up avec son single Best I Ever Had et commence à attirer l'attention des labels – qui se battront littéralement pour le faire signer après la sortie de So Far Gone. Il faut dire que la formule mise au point ici par Drake et ses fidèles beatmakers Noah “40” Shebib et Boi-1da, est assez imparable : des mélodies de voix irrésistibles, à la frontière du rap et du chant sur des beats spacieux et aériens, plein de références/révérences au rap du Sud (November 18th, en hommage à DJ Screw, Uptown), plusieurs apparitions du parrain Lil Wayne (au centre des souvenirs racontés sur November 18th) et des réappropriations habiles de tubes rap ou indie pop (Santigold et Diplo, Jay-Z ou Lykke Li). On fait ici connaissance avec la persona double de Drake qui sait se faire aussi arrogant que vulnérable et qui drape la plupart des pistes de ce spleen d'un nouveau genre qui lui est aujourd'hui indissociable. Prélude à l'un des succès crossover les plus spectaculaires de l'époque, So Far Gone s'engouffre dans la brèche ouverte par le Kanye West de 808's & Heartbreak – dont Drake, 40 et Boi-1da se sont notoirement inspirés (Say What's Real reprend d'ailleurs Say You Will de West) et ouvrira la voie à des rappeurs-crooners d'un genre nouveau qui ont pour nom The Weeknd ou Frank Ocean. © Damien Besançon/Qobuz
CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Livret
Nothing Was the Same est le troisième album studio du rappeur canadien Drake, succédant à Take Care, paru en 2011 et ayant rencontré un succès massif. Avec l'aide de Jay-Z, Big Sean et Sampha dans la cabine de mixage, Drake livre une collection de raps aux tonalités electro et R&B parmi lesquels les singles "Started from the Bottom" et "Hold On, We're Going Home". © TiVo
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 29 juin 2018 | Cash Money - Drake LP6

Hi-Res
Le statut de superstar du rap qui définit la popularité exponentielle de Drake se justifie plus que jamais avec la sortie du double album Scorpion, un an après la mixtape More Life (2017), présentée comme une « playlist ». Si les records sont faits pour être battus, le rappeur canadien s'en acquitte à merveille avec les cinq extraits classés numéros un au Billboard et les centaines de millions d'écoutes en streaming provoquées par l'effet de surprise de la sortie événementielle.Divisé en deux parties clairement distinctes, ce cinquième opus riche de vingt-cinq pistes aborde dans sa première moitié un rap pop nerveux et tendu, avec tout le savoir-faire de l'interprète et de la trentaine de producteurs convoqués pour l'occasion, avec en tête Noah « 40 » Shebib et Oliver El-Khatib. Les expériences personnelles contées d'une voix très affirmée, recèlent quelques surprises comme l'atmosphère planante tapie dans « Elevate », l'abattage de l'obsédant « Sandra's Rose » et plus encore les choeurs gospel de « Emotionless », sur un sample de Mariah Carey, rappelant la reine Aretha Franklin. Plus attendus mais non moins frappants, les singles « God's Plan » et « I'm Upset » ressortent de l'ensemble avec la rythmique impeccable de « 8 out of 10 » empruntée à The Detroit Emeralds et le duo « Talk Up » avec son compère Jay-Z.Cette étape de douze chansons franchie en terrain connu laisse place à treize autres morceaux d'un autre calibre, plus aventureux et expériemental, tout en respectant un format pop et R&B plus présent. Les collaborateurs comme DJ Premier, PartyNextDoor, Static Major, No I.D. ou T-Minus sont à l'ouvrage pour offrir un décor différent à chaque tableau. Le titre « Peak » lance cette moitié plus passionnante grâce à des pièces comme « Summer Games » et sa boucle synthétique ; « Nice for What » et son esprit soul festif croisant Lauryn Hill et The Showboys ; « Ratchet Happy Birthday » et ses motifs fantaisistes ; « In My Feelings » et son rap bounce, sans oublier la cerise sur le gâteau avec le superbe duo virtuel ou d'outre-tombe avec Michael Jackson sur la bande de « Don't Matter to Me », qui crée la polémique, ni « After Dark », avec les présences réelles de Static Major et Ty Dolla $ign, ou encore « Final Fantasy » et son sample de la harpiste Dorothy Ashby interprétant « The Windmills of Your Mind » (« Les Moulins de mon coeur »), de Michel Legrand. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 25 septembre 2015 | Cash Money Records Inc.

Hi-Res
Avec cette mixtape commune, Drake et Future unissent leurs forces, celles de deux poids lourds du rap contemporain. Mieux qu’un combat de coqs bombant le torse, l’intérêt est davantage dans l’union de leurs deux styles bien différents (comme le firent Kanye West et Jay-Z avec Watch The Throne). Mais le Canadien de Toronto et l’Américain d’Atlanta réussissent à les fusionner de manière brute. Plutôt que de passer des semaines à peaufiner leur bébé, Drake et Future ont préférer publier What A Time To Be Alive dans une certaine urgence. Le résultat final est une vraie salve de punchlines assez puissantes et de sons addictifs au possible. Assez pour comprendre aisément pourquoi les deux hommes comptent parmi les plus créatif de leur génération… © CM/Qobuz
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Rap - Paru le 3 avril 2020 | OVO

Hi-Res
CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Cash Money Records - Young Money Ent. - Universal Rec.

Premier album pour le protégé de la superstar du rap Lil Wayne, après un EP qui a connu un franc succès. Le talent de ce jeune artiste est évidant et la liste des featurings viens le confirmer : Jay-Z, Kanye West, Lil Wayne, T.I., Alicia Keys, Timbaland, Young Jeezy, The-Dream, Swizz Beatz et Nicki Minaj !
CD13,49 €

Rap - Paru le 29 juin 2018 | Cash Money - Drake LP6

Cinquième véritable album studio du rappeur canadien Drake, Scorpion voit le jour en 2018, succédant à More Life (2017) mais reprenant les choses où Views les avaient laissées en 2016. Produit par une pléiade de beatmakers, de Boi-1da à DJ Premier en passant par PARTYNEXTDOOR, Scorpion se présente sous la forme d'un ambitieux double album voyant le MC décliner ses considérations habituelles sur ses problèmes de coeur, la vie de millionaire et ses difficultés, mais également sur sa paternité récemment révélée au grand public au fil de 25 nouveaux titres dont "Talk Up" avec Jay-Z et "Don't Matter To Me" invoquant le fantôme de Michael Jackson. Comme de coutume pour toutes les sorties du rappeur depuis 2010, Scorpion décroche des numéros un dans l'essentiel des charts mondiaux, à commencer par les Etats-Unis. © TiVo
CD1,99 €

Rap - Paru le 3 avril 2020 | OVO

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Rap - Paru le 1 mai 2020 | OVO

Hi-Res
Puisque la décennie 2010 a incontestablement été celle de Drake, dominateur dans l’imagerie pop, les ventes et l’impact, sa façon d’aborder les années 2020 était forcément très attendue. Avec Dark Lane Demo Tapes, sa dernière mixtape depuis More Life trois ans auparavant (avec, entre les deux, l’album Scorpion), le natif de Toronto garde un cap clair : raconter un certain romantisme en s’adressant directement à l’auditeur, inviter des poids lourds (Future, Playboi Carti ou encore Chris Brown), et en profiter pour régler quelques comptes. Il y a peu de surprise sur ce nouveau projet, et après tout, pourquoi en faudrait-il absolument ? Drake est en pilotage automatique et fait presque du fan-service. Ce n’est pas avec Dark Lane Demo Tapes que les avis sur lui changeront, positifs ou négatifs. Et ce malgré des titres forts comme Time Flies, ou la prod drill de Demons (en featuring avec l’un des grands noms du genre actuel, Fivio Foreign). Drake a en réalité fait un choix fort : enchaîner les instrus et divaguer dessus sans réellement réfléchir en termes de morceaux élaborés. C’est une mixtape, après tout, pas un album. La différence est là. Mais via ce format, il est souvent plus aisé d’exploiter pleinement les productions les plus raps. Il n’est donc pas surprenant de constater que les titres les plus marquants, de War à Desires (en featuring avec Future) en passant par D4L (avec Young Thug et Future une nouvelle fois), sont les moins chantés. En attendant le prochain album, donc. © Brice Miclet/Qobuz

L'interprète

Drake dans le magazine
  • Drake en cruise control
    Drake en cruise control Avec "Dark Lane Demo Tapes", le rappeur canadien livre une mixtape avec Future, Young Thug, Chris Brown, Giveon, Playboi Cartri, Fivio Foreign et Sosa Geek...
  • Quand Drake doute
    Quand Drake doute Le rappeur canadien signe un double album introspectif...
  • QIBUZ / Lundi 14 avril 2014
    QIBUZ / Lundi 14 avril 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 17 février 2014
    QIBUZ / Lundi 17 février 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • Drake, chapitre III
    Drake, chapitre III Entre hip-hop cotonneux et R’n’B sensuel, un troisième album magique pour le rappeur canadien...