Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 mai 2017 | New West Records

The seventh studio long-player from the mercurial Canadian pop/country crooner and the follow-up to 2016's Mosey (Romano averages about an album a year), Modern Pressure has been described as a "collection of spiritual songs" by its creator. More Walt Whitman than C.S. Lewis, the 12-track set harbors some lofty ambitions, with the Ontario native explaining the overall arc of the record as "the sound of the moment reverberating into the future. Like the music of the spheres, these melodies and verses are both pertinent and timeless." Heady as that statement may be, there's some truth in it, as Romano is a deft architect of knotty indie power pop dressed up in countrypolitan clothing -- think Ezra Furman by way of Van Dyke Parks and Lee Hazlewood. His propensity for verbosity is often rewarded by moments of pure thought distillation ("react at your leisure, modern pressure" is particularly effective), and the arrangements, while notably wily, are always in the service of the main melody, adding frenetic bits of color, kitchen sink samples, and offbeat blasts of rhythm with the mad joy of Jackson Pollock at his least self-destructive. As busy as things get on Modern Pressure, the less kinetic moments are afforded ample time to shine, with some of the LP's strongest bit arriving via breezy, sunset-ready, two-lane highway-worthy jams like "Roya" and "Impossible Green." There are the occasional lo-fi moments that creep in and reduce the efficacy of the LP's overarching retro tube-driven warmth -- the factory orchestral bursts that pepper the otherwise outstanding title track come off as more distracting than clever -- but Romano remains such an unpredictable and compelling presence throughout, that it's easy to forgive the occasional misstep. © James Christopher Monger /TiVo
A partir de :
CD10,99 €

Country - Paru le 9 octobre 2015 | New West Records

Et c’est dans son costume de fils de la vengeance de Gram Parsons qu’on retrouve avec un plaisir certain Daniel Romano à chaque nouvel album. Comme sorti d’un vieux transistor en bakélite, ce songwriter country originaire de Welland dans l’Ontario connait ses classiques sur le bout des ongles. Willie Nelson, George Jones, Glen Campbell et autres Merle Haggard n’ont aucun secret pour ce cow-boy canadien, triste et beau... Avec lui, on cause country. Vraie country. Pas celle des garçons vachers contemporains échappés de Disneyland, bodybuildés et vulgaires comme un jeans neige à pinces, mais bel et bien les seuls, les vrais, ceux des sixties et des seventies. Une rasade de pedal-steel par ici, un peu de violon là, Romano est un voyage dans le temps à lui seul et ce quatrième album, une nouvelle escale saine et imparable. Surtout, le bonhomme aligne de somptueuses compositions. Bref, la grande classe. © MZ/Qobuz
A partir de :
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 30 novembre 2018 | New West Records

Un country boy à la Gram Parsons fusionné au psychédélisme d’un Chris Bell et perdu dans les méandres cosmiques des 60's-70's : Daniel Romano peut vite entraîner la confusion. Optant pour le style boots et chapeau texan un jour, puis veste Adidas et legging orange un autre, le Canadien est un spécimen qui s’explore en permanence, multipliant les looks et les identités. Une âme de troubadour tatouée d’une nostalgie folk, une attitude de rock’n’roll star et un penchant pour le punk, Romano est un schizophrène du son que l’on attend toujours au tournant. Prolifique, son huitième album Finally Tree – ou sa huitième personnalité – est certainement l’un des plus beaux et intrigants. Neuf chansons écrites en quelques heures sur la route, parfois par un être conscient mais relayé la plupart du temps par un génie en hypnose ou en phase de transe merveilleuse.Un être polymorphe qui joue, sur ce disque, les poètes aventuriers des univers physiques et mentaux. Daniel Romano évoque la beauté du désespoir, expose ses questionnements sur l’univers, s’amuse du spirituel et génère une harmonie fantastique depuis sa personnalité complexe. A ce stade, on pourrait penser que l’homme est allé pondre une œuvre hystérique et dramatique mais loin de là ! Country-folk late 60's, All the Reaching Trims est une ballade existentialiste acoustique qui n’envie rien à Simon & Garfunkel. Ajout d’orgue Hammond pour The Long Mirror of Time et d’une voix légèrement cassée avec, par moments, des dissonances à couper le souffle sur Have You Arrival, Romano ne bluffe pas. Dans la plus grande discrétion, le gaillard sort une œuvre totalement vibrante et expérimentale sans déraper sur une farce hippie incompréhensible pour autant. Avec Finally Tree, le Canadien signe une œuvre majeure de sa carrière et qui nécessite bien une vie d’écoute pour en décrypter toutes les subtilités. © Clara Bismuth/Qobuz
A partir de :
CD10,99 €

Rock - Paru le 27 mai 2016 | New West Records

Le portrait en noir et blanc de Daniel Romano illustrant la pochette de son cinquième album n’a sans doute pas été choisi sans arrière-pensée. Classé dans le vaste marécage d’une country alternative teintée de pop luxuriante à la Lee Hazlewood/Glen Campbell, le songwriter de l’Ontario nous montre qu’il est allé voir le coiffeur de Dylan, période Blonde On Blonde, et qu’il possède une belle veste Adidas 100% vintage. Exit donc les chemises à carreaux et autres costumes de fils de la vengeance de Gram Parsons, sans doute trop marquée country… Dans les oreilles pourtant, le Romano 2016 demeure en partie fidèle à ses fondamentaux musicaux, se concentrant toujours et encore sur l’essence de son art : la chanson. La chanson classique même. Celle qui tabasse l’ère du temps à coups de bourre-pif et se contrefiche de toutes les modes. Mosey slalome donc entre rock vintage avec vaste instrumentarium et pop assez pêchue avec toujours cette obsession pour Lee Hazlewood et quelques incartades dylaniennes. Ballades au piano (One Hundred Regrets Avenue) ou pop en cinémascope avec cordes (Valerie Leon), Daniel Romano sait tout faire. Dommage de passer à côté d’un tel artisan. © MZ/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Country - Paru le 10 septembre 2021 | You've Changed Records

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Country - Paru le 18 septembre 2020 | You've Changed Records

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Country - Paru le 18 juin 2021 | You've Changed Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Country - Paru le 27 mars 2020 | You've Changed Records

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Country - Paru le 5 avril 2011 | You've Changed Records

A partir de :
CD9,99 €

Country - Paru le 1 juin 2010 | You've Changed Records

A partir de :
CD9,49 €

Country - Paru le 22 janvier 2013 | Normaltown Records

Tel le fils de la mère de la vengeance de Gram Parsons, Daniel Romano n’avance guère masqué. Non. Comme sorti d’un vieux poste de radio, ce songwriter country canadien originaire de Welland dans l’Ontario connait ses classiques sur le bout des ongles. Johnny Cash, Willie Nelson, George Jones et autres Merle Haggard n’ont aucun secret pour ce tout jeune cow-boy triste et beau. Avec lui, il est évidemment question de la country la vraie. Pas celle des actuels garçons vachers sortis de Disneyland, bodybuildés et vulgaires, mais bel et bien les seuls, les vrais, ceux des 60’s et des 70’s. Une rasade de pedal-steel par ici, un peu de violon là, Romano est un voyage dans le temps à lui seul. Surtout, le garçon aligne de somptueuses compositions. Une vraie révélation. © MZ/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

House - Paru le 12 mai 2013 | Spindisc Recordings

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 octobre 2018 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 septembre 2018 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 novembre 2018 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 avril 2017 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 mars 2017 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 mai 2017 | New West Records

The seventh studio long-player from the mercurial Canadian pop/country crooner and the follow-up to 2016's Mosey (Romano averages about an album a year), Modern Pressure has been described as a "collection of spiritual songs" by its creator. More Walt Whitman than C.S. Lewis, the 12-track set harbors some lofty ambitions, with the Ontario native explaining the overall arc of the record as "the sound of the moment reverberating into the future. Like the music of the spheres, these melodies and verses are both pertinent and timeless." Heady as that statement may be, there's some truth in it, as Romano is a deft architect of knotty indie power pop dressed up in countrypolitan clothing -- think Ezra Furman by way of Van Dyke Parks and Lee Hazlewood. His propensity for verbosity is often rewarded by moments of pure thought distillation ("react at your leisure, modern pressure" is particularly effective), and the arrangements, while notably wily, are always in the service of the main melody, adding frenetic bits of color, kitchen sink samples, and offbeat blasts of rhythm with the mad joy of Jackson Pollock at his least self-destructive. As busy as things get on Modern Pressure, the less kinetic moments are afforded ample time to shine, with some of the LP's strongest bit arriving via breezy, sunset-ready, two-lane highway-worthy jams like "Roya" and "Impossible Green." There are the occasional lo-fi moments that creep in and reduce the efficacy of the LP's overarching retro tube-driven warmth -- the factory orchestral bursts that pepper the otherwise outstanding title track come off as more distracting than clever -- but Romano remains such an unpredictable and compelling presence throughout, that it's easy to forgive the occasional misstep. © James Christopher Monger /TiVo
A partir de :
CD1,49 €

Rock - Paru le 29 avril 2016 | New West Records

A partir de :
HI-RES1,49 €
CD0,99 €

Country - Paru le 28 février 2020 | You've Changed Records

Hi-Res

L'interprète

Daniel Romano dans le magazine