Artistes similaires

Les albums

14,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason
Le violoniste Daniel Hope conçoit ici un programme autour de la personnalité influente et l'oeuvre de Joseph Joachim, ami notamment des grands créateurs de l'Allemagne romantique (Schumann, Brahms, Bruch). Des Danses Hongroises au grand chef-d'oeuvre que demeure le Concerto de Bruch, retravaillé en partie avec le concours de Joachim, voici un programme qui nous plonge au coeur de la création et de la vie musicale romantiques. Passionnant !
13,49 €

Classique - Paru le 20 avril 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason
18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

19,49 €

Musique concertante - Paru le 1 février 2006 | Warner Classics International

27,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2009 | Warner Classics International

13,49 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
1,99 €

Classique - Paru le 24 février 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

1,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

1,99 €

Classique - Paru le 10 février 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

1,99 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

34,99 €

Classique - Paru le 8 juillet 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
13,49 €

Classique - Paru le 5 février 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
18,49 €
13,49 €

Classique - Paru le 5 février 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Dès l’âge de quatre ans, Daniel Hope – le fils de l’agent de Menuhin – avait décidé quelle serait sa voie : le violon ou rien. Ce fut le violon qui l’emporta ; et Hope, à l’occasion du centenaire de la naissance de Menuhin, nous offre ici un hommage à son maître, mentor et ami. Pour commencer, le Concerto en ré mineur de Mendelssohn – à ne pas confondre avec le célèbre Concerto en mi mineur – dont Menuhin avait acquis le manuscrit en 1951 et qu’il créa lui-même peu après, cette œuvre de jeunesse n’ayant jamais été publiée ni donnée en public. Hope mène lui-même l’orchestre de cordes requis pour l’occasion, en l’occurrence l’Orchestre de chambre de Bâle. Il poursuit ensuite avec un très large éventail d’œuvres qu’aimait à jouer le vieux maître, en particulier des duos qu’il aimait à donner lui-même avec ses élèves au titre d’expérience concertante. Ainsi donc l’un des concertos pour deux violons de Vivaldi, pour lequel Hope invite Simos Papanas ; ou les Duos de Bartók pour lesquels il invite le tout jeune Daniel Lozakovitj, dans un geste de transmission de savoir analogue à celui de Menuhin… Le programme musarde à travers les siècles, s’attardant parfois dans la fin du XXe avec Henze, Pärt ou Tavener, parfois bien plus en arrière dans le temps avec Elgar, Ravel, Takemitsu ou, bien sûr, Enescu qui fut le vénéré maître de Menuhin. Magnifique tribut à l’un des artistes majeurs du siècle passé. © SM/Qobuz

L'interprète

Daniel Hope dans le magazine