Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD59,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or / Arte - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Bingo ! 4 opéras réunis dans cet album qui sont 4 totales réussite sous la direction lyrique, précise, théâtrale du grand Maestro Abbado. Teresa Berganza illumine littéralement le Barbier de Séville et Cendrillon (La Cenerentola). Il y a aussi cette étonnante découverte que fut Le Voyage à Reims, exhumé par Abbado pour le Festival Rossini de Pesaro et enregistré sur place pendant les représentations de 1984. Le livret est vraiment ahurissant de drôlerie et la prestation de Ruggero Raimondi mémorable. Autour de lui, 17chanteurs (Gasdia, Valentini-Terrani, Ricciarelli, Araiza, Ramey, Nucci...)s'affairent et s'amusent à nous amuser. L'Italienne à Alger est à l'avenant avec la rouée Agnes Baltsa et les deux basses (Dara et Raimondi) du plus haut comique. FH
CD20,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 1985 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Year - Discothèque Idéale Qobuz
Cet opéra de Rossini fut la véritable révélation des années quatre-vingt. Ecrit par le compositeur italien à l'occasion du sacre de Charles X, roi de France, il met en scène une vingtaine de chanteurs, dont dix rôles principaux, qui se préparent tous pour se rendre au sacre du roi, mais sans jamais arriver à Reims à la suite de nombreuses péripéties cocasses. Cet opéra de circonstance, mais génial, fut perdu et c'est grâce à différentes découvertes dans des bibliothèques qu'on a pu le reconstituer. Une grande partie de la musique a d'ailleurs été réutilisée par Rossini pour le Comte Ory, ce qui a facilité le travail des musicologues. La première mondiale de cette reconstitution a été présentée dans le cadre du Festival Rossini de Pesaro (ville natale de Rossini) en 1984 avec un immense succès. C'est au cours de ces représentations que le présent album a été enregistré sous la baguette légère et enjouée de Claudio Abbado avec une distribution étincelante qui réunissait tous les grands chanteurs de l'époque. Un véritable régal à réécouter sans cesse. FH
CD10,99 €

Symphonies - Paru le 16 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or / Arte - Choc de Classica
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
A lui seul, l'air d'entrée de Lady Macbeth, Vieni t'affretta, chanté par l'immense Shirley Verrett, rend ce disque immortel ! Mais tout le reste est à l'avenant. Enregistré dans la foulée du spectacle d'anthologie superbement mis en scène par Giorgio Strehler, en 1975 à la Scala de Milan, cet album possède une théâtralité difficile à obtenir en studio. Claudio Abbado dirige avec une souplesse et une éloquence qui donne le vertige. Domingo, Cappuccilli, Ghiaurov sont à leur meilleur. Rarement l'adéquation Shakespeare/Verdi a été captée avec un dramatisme frôlant de si près la perfection. Un enregistrement à emporter sur votre île déserte ou tout au moins dans votre jardin secret. © François Hudry/Qobuz
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Une somme et le fruit de toute une vie de musique présenté en 41 CDs, répartis en 2 volumes et classés selon la chronologie historique depuis des Symphonies de Mozart jusqu'à celles de Mahler, en passant par Haydn, Beethoven (deuxième intégrale d'Abbado avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin), Schubert, Mendelssohn, Brahms et Bruckner. On y retrouve cet art particulier de Claudio Abbado fait de probité, de naturel, sans effets de manche, avec un grand sens du "tempo giusto", baigné d'un lyrisme lumineux. Le Maestro italien dirige les phalanges les plus prestigieuses, Berlin, Vienne, le Mahler Chamber Orchestra, le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre du Festival de Lucerne et L'Orchestre Mozart, une création dont il est, à juste titre, si fier. C'est à la riche histoire de la Symphonie (ignorant toutefois superbement la France et la Finlande de Sibelius) que nous sommes conviés dans la perspective d'un seul chef dont le souci constant est de servir la musique avec éloquence et modestie. FH
CD12,49 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
« Ce programme singulier évoque les années d'apprentissage de Claudio Abbado, ses premiers contacts avec le public et surtout le rôle éminent tenu par son père au sein de la vie musicale milanaise des années 1950. Claudio enregistre le Concerto en sol de Cambini en 1955, quelques mois après l'avoir joué devant Toscanini. Il tenait alors le clavecin au sein de l'Orchestra d'archi di Milano, le bel ensemble de chambre fondé par Michelangelo Abbado [...] Il exécutait souvent les concertos de Bach pour deux, trois et quatre claviers, sur pianos modernes, avec ses amis Ballista et Canino. Premier disque entièrement consacré aux concertos pour violon de Tartini : Abbado fils enregistrait pour la première fois en tant que chef. Le jeu naturel, lumineux, sans emphase, la maîtrise instrumentale immaculée, la sensation de permanente facilité de Gulli n'ont pas pris une ride. Claudio trouve le juste équilibre entre lyrisme, humilité expressive et vitalité ryhtmique sans arrogance. À redécourir.» (Diapason, novembre 2019 / Roger-Claude Travers)
CD53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Une somme et le fruit de toute une vie de musique présenté en 41 CDs, répartis en 2 volumes et classés selon la chronologie historique depuis des Symphonies de Mozart jusqu'à celles de Mahler, en passant par Haydn, Beethoven (deuxième intégrale d'Abbado avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin), Schubert, Mendelssohn, Brahms et Bruckner. On y retrouve cet art particulier de Claudio Abbado fait de probité, de naturel, sans effets de manche, avec un grand sens du "tempo giusto", baigné d'un lyrisme lumineux. Le Maestro italien dirige les phalanges les plus prestigieuses, Berlin, Vienne, le Mahler Chamber Orchestra, le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre du Festival de Lucerne et L'Orchestre Mozart, une création dont il est, à juste titre, si fier. C'est à la riche histoire de la Symphonie (ignorant toutefois superbement la France et la Finlande de Sibelius) que nous sommes conviés dans la perspective d'un seul chef dont le souci constant est de servir la musique avec éloquence et modestie. FH
CD25,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 9 mai 1994 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Boris Goudounov faisait partie des opéras préférés de Claudio Abbado qui l'a dirigé dans de multiples productions dont certaines ont été filmées. Ici, il s'agit de la version enregistrée en studio, à Berlin, dans la foulée d'une production restée dans les annales. Toujours rigoureux, Abbado a choisi la version révisée en 1874 par le compositeur, avec des interpolations de la version originale de 1869, notamment à la fin du dernier acte. Sa direction est à la fois colorée et dramatique, avec une théâtralité jamais prise en défaut. Distribution vocale superbe, dominée par le touchant Boris d'Anatoly Korcherga. Une très grande version d'un des plus hauts chefs-d'oeuvre de la longue histoire de l'Opéra. FH
CD11,99 €

Symphonies - Paru le 1 janvier 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Gramophone Record of the Year
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 mars 2014 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
CD21,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C’est bien à tort que l’on ne joue pas plus souvent les deux Sérénades pour orchestre de Brahms. Oui, ce sont des ouvrages de jeunesse, mais ne vaut-il pas mieux du jeune Brahms que du vieux n’importe-qui ? Clara Schumann, Joseph Joachim et tous les contemporains ne s’y trompèrent pas et inondèrent les deux ouvrages de leurs louanges les plus dithyrambiques. Certes, la deuxième Sérénade, qui devait être jouée en 1863 par le Philharmonique de Vienne, déclencha une quasi-mutinerie de la part de l’orchestre qui trouvait ce machin d’un jeune inconnu injouable et moche. Imaginez le dépit de l’orchestre lorsque, une fois l’ouvrage joué quand même, le public lui fit un véritable triomphe ! La première Sérénade, elle, avait déjà été donnée en 1859 à Hambourg devant un nombreux parterre qui d’emblée apprécia fort le talent du « jeune inconnu ». On notera que Brahms s’essaya à tous les formats dont il aurait à se servir ultérieurement dans sa grande quête symphonique, tout en restant sagement dans le cadre d’une forme « à l’ancienne », excuse tout trouvée si on lui faisait un quelconque reproche formel ! Pour la deuxième Sérénade, il se cantonne à un orchestre fort inhabituel, voire déséquilibré, puisqu’il ne s’y trouve pas de violons, ni de trompettes, ni de trombones ni de timbales : il se fixe ainsi un cahier des charges formel qui lui permet de dépasser les limites habituelles de l’écriture symphoniques. Parmi les plus belles versions, l’on peut placer sans se tromper celle du tout jeune Abbado qui enregistra la deuxième en 1968 avec le Philharmonique de Berlin, puis le moins jeune Abbado qui grava la seconde en 1983 avec le même orchestre. C’est sincère, c’est frais, c’est limpide, sans chichis, Abbado sachant laisser les musiciens jouer sans trop leur imprimer son libre arbitre : la musique se suffit à elle-même. Belle réalisation, sans doute idéale. Alors idéalisons-la discographiquement. © SM / Qobuz
CD53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
Un album hétéroclite mais ô combien réjouissant puisqu'il nous permet de retrouver les premiers enregistrements du jeune Claudio Abbado pour le label DECCA. On y trouve des Symphonies de Beethoven, de Mendelssohn, la Première de Bruckner et des oeuvres de Prokofiev et Verdi. Le témoignage des débuts fulgurants d'une carrière qui se prolonge aujourd'hui avec une maturité exceptionnelle.
CD18,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 septembre 2008 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Ce chef-d'oeuvre de Schumann rarement joué et ici porté par un Claudio Abbado particulièrement inspiré, lors d'un concert à Berlin en 1995. Il donne à ces pages incandescentes toute leur force. Conçue par Schumann comme un opéra, cette partition se mue peu à peu en scènes d'oratorio profane comme le fera Berlioz l'année suivante. Tourmenté par le rachat de l'âme, "Schumann relate les étapes d'une rédemption à travers l'échec humain" (Brigitte François-Sappey). Cette version bénéficie en outre de la présence de formidables solistes (Karita Mattila, Barbara Bonney, Bryn Terfel) qui portent les questions existentielles de Goethe relayées par les propres angoisses de Schumann sous la direction d'un chef passionné par la philosophie et la poésie allemandes. FH
CD15,49 €

Symphonies - Paru le 1 janvier 2002 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions 4F de Télérama
Orchestre Philharmonique de Berlin - Claudio Abbado, direction
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 9 septembre 1994 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voilà un programme comme Claudio Abbado savait les faire. Un choix aussi intellectuel que musical et qui fait aujourd'hui le casse-tête des disquaires et des mélomanes qui ne savent pas comment le classer. Ce qui compte, c'est cette aptitude qu'avait le grand chef italien disparu à sortir de la banalité pour offrir une thématique, ici le mythe de Prométhée, ayant inspiré les compositeurs à travers les siècles et les styles. Interprétation de très haut niveau et découvert garanties. FH
CD14,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 24 janvier 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Accentus Music

Hi-Res Livret
C’est en 2003 que Claudio Abbado, après une délicate opération d’un cancer de l’estomac qui lui offre une longue rémission, a pu concrétiser son dernier rêve, la création d’un « super-orchestre » constitué des meilleurs musiciens de la vieille Europe. Pendant dix ans, le grand chef italien dirigera chaque été le Lucerne Festival Orchestra, donnant au public des interprétations soigneusement enregistrées et publiées, dont des cycles Bruckner et Mahler mémorables, aussitôt entrés dans la légende. On sait combien la maladie a permis à Abbado d’entrouvrir la porte du grand mystère de la mort en rendant sa vision musicale profondément humaine, à la fois intime et métaphysique. Publiée par le Festival de Lucerne dans une présentation sobre et épurée, cette édition propose l’alpha et l’oméga de l’œuvre symphonique d’Anton Bruckner. Une manière pour Abbado de refermer sa propre histoire car la Première Symphonie de Bruckner avait été à l’origine de sa première collaboration avec l’Orchestre philharmonique de Vienne en 1969. En s’inspirant de l’idée fondatrice d’Ernest Ansermet qui avait voulu, en 1938, créer à Lucerne un orchestre éphémère afin de donner du travail à ses musiciens de l’Orchestre de la Suisse romande pendant l’été, Abbado a réalisé une véritable utopie musicale en réunissant des musiciens entièrement dévoués au plaisir de faire de la musique avec lui, sans aucune hiérarchie ni effets de manche. Il en a résulté ce miracle que nous pouvons voir et entendre aujourd’hui. Cette Neuvième Symphonie de Bruckner a été captée le 23 août 2013, c'est-à-dire lors du tout dernier concert dirigé par Abbado. Considérablement affaibli, il semble vouloir étirer le temps à l’infini, comme pour retenir le moment fatal qui surviendra quelques mois seulement après ce concert testament. Une interprétation apaisée, revêtue d’un grand calme et d’une sérénité qui n’a pas grand-chose à voir avec la religion, si ce n’est celle de la pure musique. © François Hudry/Qobuz
CD59,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2009 | Deutsche Grammophon (DG)

CD14,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2001 | Warner Classics

Angela Gheorghiu, soprano - Daniella Barcellona, mezzo-soprano - Roberto Alagna, ténor - Julian Konstantinov, basse - Berliner Philharmoniker - Claudio Abbado, direction / Enregistrement de 2001
CD11,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 27 août 1991 | Sony Classical

Wolfgang Amadeus Mozart : Messe en ut mineur K. 427 / Orchestre Philharmonique de Berlin - Claudio Abbado / Enregistré en décembre 1990 à la Philharmonie de Berlin

L'interprète

Claudio Abbado dans le magazine
  • Un homme et une femme
    Un homme et une femme Un coffret réunit les concertos enregistrés par Martha Argerich et Claudio Abbado pour Deutsche Grammophon...
  • La Minute Qobuz #22
    La Minute Qobuz #22 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale : 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Temples, Jacques Schwarz-Bart, Pigalle, Breton, Tinariwen et, pour la séquence Rétroviseur,...
  • Claudio Abbado est mort
    Claudio Abbado est mort Considéré comme l’un des très grands chefs de la deuxième moitié du XXe siècle, Claudio Abado s'est éteint à l'âge de 80 ans.
  • Isabelle Faust, l'ange suprême
    Isabelle Faust, l'ange suprême Une association désormais incomparable, Isabelle Faust et Claudio Abbado dans le Concert pour violon d'Alban Berg
  • Claudio Abbado et Radu Lupu à Pleyel
    Claudio Abbado et Radu Lupu à Pleyel A la tête de l’Orchestra Mozart Bologna, Claudio Abbado dirigera Beethoven et Schumann à Pleyel le 5 juin avec, dans le Concerto pour piano op. 54, le grand Radu Lupu.
  • Le Hall of Fame de Gramophone
    Le Hall of Fame de Gramophone Le mensuel britannique Gramophone lance son panthéon des personnalités ayant contribué à l’industrie du disque classique. Callas, Karajan, Abbado, Furtwängler et Bernstein ouvrent le bal !
  • Abbado et Lucerne à Pleyel
    Abbado et Lucerne à Pleyel Soirée symphonique le 8 octobre à la Salle Pleyel où Claudio Abbado et son Orchestre du Festival de Lucerne joueront Mozart et Bruckner.
  • Qobuz et l'Orchestre Philharmonique de Berlin partenaires !
    Qobuz et l'Orchestre Philharmonique de Berlin partenaires ! " Chéri, je nous ai pris un abonnement à la Philharmonie de Berlin pour la saison prochaine... ". " - Comment cela, mon Amour, mais tu n'aurais pas dû..." Avec Qobuz, vous allez pouvoir suivre les...
  • Abbado revient à Pleyel !
    Abbado revient à Pleyel ! Le grand chef d’orchestre italien Claudio Abbado dirigera son orchestre du Festival de Lucerne le 20 octobre à la Salle Pleyel. Au programme : la Neuvième symphonie de Mahler.
  • Claudio Abbado a 77 ans
    Claudio Abbado a 77 ans Le grand chef d’orchestre italien souffle aujourd’hui, samedi 26 juin, ses 77 bougies.