Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD11,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Recommandé par Répertoire
Premier transfert numérique officiel / Mozart : Variations sur un thème de Duport, K.573 - Beethoven : Sonate pour piano n° 18, Op. 31 n° 3 - Schumann : Scènes d'Enfants, Op. 15 - Schubert : Sonate pour piano n° 16, Op. 42, D.845 / Clara Haskil, piano
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 juin 2015 | INA Mémoire vive

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Recommandé par Répertoire
CD contenant le catalogue INA / Mozart : Variat. sur thème de Duport, K.573 - Beethoven : Sonate pour piano n°18, Op.31 n°3 - Schumann : Scènes d'Enfants, Op.15 - Schubert : Sonate pour piano n° 16, Op. 42, D.845 / Clara Haskil, piano (1er transfert numérique officiel)
CD59,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
L'intégralité des enregistrements (Mozart, Beethoven, Schumann, etc.) que la pianiste roumaine Clara Haskil a réalisés dans les années 1950 pour les labels Deutsche Grammophon, Philips et Westminster.
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 août 2013 | Audite

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
Les archives du prestigieux Festival de Lucerne constituent une véritable mine d'or pour le mélomane. Le présent album présente deux "monstres sacrés" d'autrefois (l'expression est de Cocteau), Clara Haskil et Robert Casadesus dans des oeuvres qui faisaient partie de leurs chevaux de bataille : le Concerto en ré mineur de Mozart pour Haskil et le Concerto de l'Empereur de Beethoven pour Casadesus. Il se mesurent à armes égales avec deux incontestables vedettes de la baguette : Otto Klemperer (Mozart) et Dimitri Mitropoulos (Beethoven). Le résultat est une parfaite entente mutuelle et des moments d'une grâce ineffable que seul l'émotion du concert peut transmettre. FH
CD8,99 €

Classique - Paru le 10 juin 2015 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Concerto n°9 en mi bémol majeur K.271 "Jeune Homme" - Concerto n°19 en fa majeur K.459 - Concerto n°24 en ut mineur KV 491 - Concerto n°20 en ré mineur K.466 / Clara Haskil, piano
CD7,99 €

Musique concertante - Paru le 1 juillet 2013 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
CD14,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A côté de leur célèbre intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven, Clara Haskil et Arthur Grumiaux ont gravé des Sonates de Mozart, qui s'inscrivent parfaitement dans leur conception à la fois apollinienne et épurée de la musique. Ils n'en oublient jamais l'élan, le naturel. Ces interprétations vieilles de cinquante ans sont d'une éternelle jeunesse et d'un charme presque déconcertant.
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 9 février 2018 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason
Plus précisément : le 10 avril 1953 dans la grande salle des Ordres sacrés du château baroque de Ludwigsburg. Clara Haskil, à qui il ne restait hélas plus que cinq années à vivre, quand bien même ce furent parmi les plus fructueuses et les plus apaisées de son existence : nationalisée suisse, un carnet d’engagements fort empli, elle put enfin s’adonner à la musique sans avoir à se préoccuper de survivre ou de s’exiler. On connaît de cette période les enregistrements les plus prodigieux, Mozart bien sûr et avant tout, mais aussi des répertoires alors plus rares tels que Ravel ou Debussy ainsi qu’en témoigne ce document – où, d’ailleurs, elle évite entièrement Mozart ! La pièce de résistance en est bien sûr la 32e Sonate Op. 111 de Beethoven, qu’elle joue tout au contraire de ce que l’on a trop souvent l’habitude d’entendre ; sous ses doigts, le feu gronde toujours mais Haskil sait ne pas en faire une sorte de volcan perpétuel, ce qui nuirait d’ailleurs au discours. Qui sait si sa santé fragile n’exigeait pas d’elle de se ménager, mais on ne peut alors que s’en réjouir, du moins musicalement. Le programme se poursuit avec des choses plus transparentes de Schumann – les Variations Abegg en particulier –, avant de se reposer quelques temps de l’autre côté du Rhin avec deux Études de Debussy, qu’elle joue comme dans un rêve, la Sonatine de Ravel qu’elle rêve comme dans un jeu, pour refermer le programme de son concert avec un choral de Bach (le Cantor qui avait ouvert le bal), et un délicat adieu de Schumann, « L’Adieu à la forêt » des Scènes de la forêt. La grande dame du piano s’évanouit donc dans la tendresse et le silence, plutôt que d’achever ce concert sur des explosions virtuoses. Un bien beau moment que ce 10 avril 1953 ! © SM/Qobuz
CD7,99 €

Piano solo - Paru le 1 juillet 2013 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD15,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1993 | Deutsche Grammophon (DG)

CD24,98 €

Musiques du monde - Paru le 24 août 2010 | Classic Music International

CD4,99 €

Classique - Paru le 27 décembre 2007 | Archipel - Walhall

Pianiste de légende, enfant prodige, il aura fallu attendre la fin de la seconde guerre pour que Clara Haskil rencontre le succès. Sa signature avec Phillips va pourtant immortaliser le talent de la fragile pianiste.Durant sa courte carrière discographique de 1951 à 1960, Clara Haskil va immortaliser les œuvres pour piano de Mozart et marquer le patrimoine discographique avec ses enregistrements des sonates pour piano et violon en partenariat avec Arthur Grumiaux.Et pourtant, dans la discographie de la pianiste, ses interprétations des sonates de Scarlatti ne souffrent d’aucun défaut.Attention, les amateurs de grands enregistrements et d’une prise de son idéale devront s’armer de courage et d’indulgence pour ceux-ci, datant des années 50. La prise de son est plus que correcte et peu de craquements sont à déplorer. Pour du disque d’archive, la qualité est des fois plus au rendez-vous que sur certains enregistrements modernes. Une fois l’adaptation au son mono et un peu authentique passée, on se laisse happer très vite par le talent de Clara Haskil. Son toucher est à la fois léger, émouvant et pourtant ferme et franc.Sur la sonate K2 en sol majeur (« Piano Sonata K 2 in G Major »), Clara Haskil s’amuse sur un tempo vif inspiré des musiques populaires espagnoles alors que sur Sonate en Ut dièse mineur (« Piano Sonata K 247 In C Sharp Minor ») la pianiste nous arrache les larmes dans un subtil jeu de changement de ton.La virtuosité de la pianiste semble dégager toute l’énergie qui lui manquait au quotidien. Difficile, encore aujourd’hui, d’imaginer Clara Haskil se traînant difficilement jusqu’à son piano, avec son corset lui interdisant le violon et lui rendant le piano difficile. Difficile à l’écoute de ses interprétations exceptionnelles de Scarlatti de croire au destin funeste de cette virtuose. La pianiste incarne avec une énergie débordante ces sonates portugaises du XVIIIème siècle en leurs donnant vitalité et émotion comme sur la sonate K35 en sol mineur (« Piano Sonata K35 in GMinor »), toccata à double voix très vigoureuse. La sonate No. 21 D960 de Schubert est une cerise sur le gâteau. Son interprétation de Schubert, en finesse et légèreté comme un murmure et montant en puissance lentement comme sur le « Piano Sonata No.21 D.960 In B Flat : II Andante Sostenuto » n’a pas la charge émotionnelle des sonates de Scarlatti mais garde une personnalité propre et évite l’interprétation académique. © Frédéric Neff / Music-Story
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Orfeo

HI-RES3,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1956 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Philips

CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1956 | Decca Imports One Way

CD39,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2015 | Andromeda

CD9,49 €

Classique - Paru le 17 août 2018 | Decca Music Group Ltd.

L'interprète

Clara Haskil dans le magazine
  • Le baron du violon
    Le baron du violon Le jeu sobre et intense et la sonorité très pure du violon d’Arthur Grumiaux ont fait merveille dans tous les grands orchestres du monde…