Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD13,49 €

Électronique - Paru le 1 janvier 2013 | Vertigo Berlin

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Même si le nom est Chvrches, la prononciation est bien tcheurchiz. Et comme ils sont Écossais, le roulement du R doit sans doute être aussi de mise… Derrière ce nom de Chvrches se cache en fait une nouvelle preuve vivante du revival 80’s. De la bonne electro pop truffée de synthés, de batteries élastiques et portée par une voix adolescente, fraiche et sexy. Avec son premier album The Bones Of What You Believe, le trio de Glasgow composé de Lauren Mayberry, Iain Cook et Martin Doherty revendique une mer d’influences allant de Depeche Mode à Robyn, en passant par Laurie Anderson, Prince, Kate Bush, Cocteau Twins, Cyndi Lauper, Whitney Houston et Elliott Smith ! A l’arrivée, l’âme du trio est surtout pop, tant sa quête du refrain qui tue et de la mélodie accrocheuse se ressent à chaque seconde d’un album qui pourrait paraître anecdotique mais s’incruste au fil des écoutes dans les neurones. Vraiment frais.
A partir de :
CD16,49 €

Électronique - Paru le 1 janvier 2013 | Vertigo Berlin

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Même si le nom est Chvrches, la prononciation est bien tcheurchiz. Et comme ils sont Écossais, le roulement du R doit sans doute être aussi de mise… Derrière ce nom de Chvrches se cache en fait une nouvelle preuve vivante du revival 80’s. De la bonne electro pop truffée de synthés, de batteries élastiques et portée par une voix adolescente, fraiche et sexy. Avec son premier album The Bones Of What You Believe, le trio de Glasgow composé de Lauren Mayberry, Iain Cook et Martin Doherty revendique une mer d’influences allant de Depeche Mode à Robyn, en passant par Laurie Anderson, Prince, Kate Bush, Cocteau Twins, Cyndi Lauper, Whitney Houston et Elliott Smith ! A l’arrivée, l’âme du trio est surtout pop, tant sa quête du refrain qui tue et de la mélodie accrocheuse se ressent à chaque seconde d’un album qui pourrait paraître anecdotique mais s’incruste au fil des écoutes dans les neurones. Vraiment frais.
A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 mai 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 juillet 2016 | Vertigo Berlin

The Bones of What You Believe, premier album de Chvrches, avait attiré l’attention sur ce trio écossais adepte d’une synthpop racée et éclectique. Emmenés par une Lauren Mayberry marchant fièrement dans les pas d’Annie Lennox, ils livrent avec Every Open Eye une suite plus que convaincante à leur aventure discographique.Dès le titre d’ouverture, « Never Ending Circles », les étincelles qui vont enflammer le reste de l’album sont perceptibles, dans un élan de gentille provocation. C'est notamment le cas du single parfait, « Leave a Trace », à la fois fier et provocant. Si l’influence du « Just Can’t Get Enough » de Depeche Mode est clairement palpable sur le riff de synthétiseur de « Clearest Blue », ou celle de New Order sur « Keep You on My Side », elles sont vite absorbées par l’identité de Chvrches, de mieux en mieux définie. Car il n’y en a pas que pour Lauren Mayberry dans le groupe, Martin Doherty parvenant même à faire entendre toute la charge nostalgique de sa voix dans « High Enough to Carry You Over » : preuve de la synthèse réussie par les trois musiciens de leurs influences passées, pour le moins différentes. Quand Lauren Mayberry jouait dans des groupes folk, Iain Cook versait dans le rock alternatif et Martin Doherty dans le shoegaze. De quoi imaginer de multiples ouvertures, tant au niveau des structures que des mélodies, pour les chansons de Chvrches, dont l’univers ne laisse manifestement aucune place à la tricherie.Les paradoxes sont ainsi totalement assumés : Lauren Mayberry peut provoquer dans « Leave a Trace » et prôner le compromis quelques plages plus loin, dans « Clearest Blue ». Mais l’album vaut surtout par sa maîtrise musicale totale, comme en témoigne la progression d’accords magique de « Make Them Gold » ou l’ambiance apaisante du morceau de clotûre, « Afterglow », seul temps calme du disque qui aurait toutefois mérité un refrain à la hauteur des précédentes plages. Every Open Eye est donc un disque résolument addictif, dont il est bien difficile de se lasser. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2018
A partir de :
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 septembre 2015 | Vertigo Berlin

The Bones of What You Believe, premier album de Chvrches, avait attiré l’attention sur ce trio écossais adepte d’une synthpop racée et éclectique. Emmenés par une Lauren Mayberry marchant fièrement dans les pas d’Annie Lennox, ils livrent avec Every Open Eye une suite plus que convaincante à leur aventure discographique.Dès le titre d’ouverture, « Never Ending Circles », les étincelles qui vont enflammer le reste de l’album sont perceptibles, dans un élan de gentille provocation. C'est notamment le cas du single parfait, « Leave a Trace », à la fois fier et provocant. Si l’influence du « Just Can’t Get Enough » de Depeche Mode est clairement palpable sur le riff de synthétiseur de « Clearest Blue », ou celle de New Order sur « Keep You on My Side », elles sont vite absorbées par l’identité de Chvrches, de mieux en mieux définie. Car il n’y en a pas que pour Lauren Mayberry dans le groupe, Martin Doherty parvenant même à faire entendre toute la charge nostalgique de sa voix dans « High Enough to Carry You Over » : preuve de la synthèse réussie par les trois musiciens de leurs influences passées, pour le moins différentes. Quand Lauren Mayberry jouait dans des groupes folk, Iain Cook versait dans le rock alternatif et Martin Doherty dans le shoegaze. De quoi imaginer de multiples ouvertures, tant au niveau des structures que des mélodies, pour les chansons de Chvrches, dont l’univers ne laisse manifestement aucune place à la tricherie.Les paradoxes sont ainsi totalement assumés : Lauren Mayberry peut provoquer dans « Leave a Trace » et prôner le compromis quelques plages plus loin, dans « Clearest Blue ». Mais l’album vaut surtout par sa maîtrise musicale totale, comme en témoigne la progression d’accords magique de « Make Them Gold » ou l’ambiance apaisante du morceau de clotûre, « Afterglow », seul temps calme du disque qui aurait toutefois mérité un refrain à la hauteur des précédentes plages. Every Open Eye est donc un disque résolument addictif, dont il est bien difficile de se lasser. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2018
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 avril 2020 | Vertigo Berlin

Hi-Res
A partir de :
CD3,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 décembre 2015 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD2,99 €

Électronique - Paru le 1 janvier 2013 | Vertigo Berlin

A partir de :
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 13 mai 2016 | EA Music

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 janvier 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 4 novembre 2014 | Hunger Games 3 - Mockingjay

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 août 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 mars 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD2,99 €

Électronique - Paru le 1 janvier 2013 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 avril 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD3,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 juillet 2018 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 septembre 2017 | Warner Records

A partir de :
CD3,49 €

Électronique - Paru le 1 janvier 2014 | Vertigo Berlin

A partir de :
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 octobre 2018 | Vertigo Berlin

L'interprète

CHVRCHES dans le magazine