Artistes similaires

Les albums

15,39 €
10,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2011 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Choc Classica de l'année - Hi-Res Audio
Le Quatuor Chiaroscuro a été crée en 2005, par quatre étudiants du Royal College of Music de Londres avec à sa tête la violoniste Alina Ibragimova. Son répertoire se concentre essentiellement sur la période classique de Haydn à Schubert, avec l’exigence d’une interprétation sur instruments et archets d’époque.
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2013 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2013 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 novembre 2018 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Fondé en 2005, le Quatuor Chiaroscuro rassemble quatre musiciens venus d’autant de coins d’Europe : la Russe Alina Ibragimova et l’Espagnol Pablo Hernán Benedi aux violons, la Suédoise Emilie Hörlund à l’alto et la Française Claire Thirion au violoncelle. Dès leurs premiers concerts, les Chiaroscuro ont été salués comme de véritables « pionniers dans l’interprétation authentique de la grande musique de chambre » par le très sérieux magazine britannique Gramophone, « un choc du meilleur aloi pour les oreilles » selon The Observer. Et il est vrai que leur interprétation de Schubert ne pourra qu’interpeller l’auditeur, par sa liberté rythmique, son infinie palette de contrastes – du plus murmurant pianissimo sans vibrato jusqu’aux plus éclatants fortissimos à plein archet, en passant par mille et une couleurs que l’on n’a certes pas l’habitude d’entendre de la part de quatuors plus « classiques ». Le discours de La Jeune Fille et la mort y gagne en âpreté, en romantisme pur, et même en modernité car l’aspect un peu pépère viennois de certaines interprétations traditionnelles semble subitement très suranné. Quant au Neuvième Quatuor en sol mineur, il s’agit de l’un de ces miracles schubertiens de la sortie de l’adolescence ; écrit en 1815, il déroule un discours assez tragique certes, mais sans l’insondable profondeur de La Jeune Fille et la mort. Ce qui ne l’empêche pas d’être un chef-d’œuvre. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 juillet 2017 | BIS

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | BIS

Hi-Res Livret
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2015 | Aparté

Hi-Res Livret
Mozart, cela évoque le XVIIIe siècle finissant ; Mendelssohn, cela évoque le début du Romantisme. Et pourtant, entre le Quatuor en ré mineur KV. 421 du premier, écrit en 1785, et le Quatuor en la mineur n° 2 Op. 13 du second (qui est le premier quatuor du compositeur, écrit en 1827, la numérotation erronée étant une affaire d’éditeur), seuls quarante-quatre ans se sont écoulés… C’est donc un choix des plus judicieux de la part du Quatuor Chiaroscuro d’avoir mis en parallèle ces deux ouvrages, tous deux dans des tonalités mineures, tous deux conçus par d’anciens enfants prodiges devenus adultes – vingt-sept ans pour Mozart, dix-huit ans pour Mendelssohn. Naturellement, le défi pour Mozart était de contribuer à fixer le format du quatuor à cordes dans le sillage des modèles développés par son ami et mentor Haydn, alors qu’à Mendelssohn échoyait la lourde tâche de se débarrasser de l’écrasant héritage des quatuors de Beethoven, qui avaient mis en miettes les mêmes modèles de Mozart et Haydn. Et pourtant, la filiation entre les deux ouvrages ici présentés semble évidente, comme si le jeune Mendelssohn avait court-circuité quelque vingt ans de création beethovenienne pour sauter à pieds joints dans le nouveau Romantisme qu’il contribuait ainsi à créer. Un superbe enregistrement de la part d’un superbe quatuor, qui joue sur des instruments tendus de cordes de boyau, et selon des modes d’exécution d’époque. © SM/Qobuz