Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD11,99 €

Bandes originales de films - Paru le 17 novembre 2017 | Varese Sarabande Records

CD19,49 €

Bandes originales de films - Paru le 17 décembre 2010 | Nonesuch

Avec True Grit,lorsque les frères Coen revisitent Cent dollars pour un shérif d’Henry Hathaway avec John Wayne, leur approche du western est évidemment surprenante. Comme l’est la belle partition de leur habituel complice Carter Burwell…
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 16 novembre 2018 | Editions Milan Music

Pour ce western des frères Coen construit autour de six histoires totalement indépendantes, le compositeur Carter Burwell n’a visiblement pas été obnubilé par la question d’une éventuelle unité qui les lierait les unes aux autres. Il a avant tout cherché à donner à chacune de ces « nouvelles filmées » une identité sonore particulière. Certains sketchs font dans l’économie musicale (c’est le cas du très dialogué The Mortal Remains), tandis que d’autres ont demandé davantage de travail à Burwell, notamment ceux mettant en scène des personnages solitaires ou les espaces de l’Ouest américain. Ainsi, le formidable Gorge dorée relate l’histoire d’un chercheur d’or incarné par Tom Waits, qui pense avoir trouvé un bon filon dans une vallée verdoyante. Comme les biches et les papillons, la musique semble être l’un des protagonistes de ce paysage idyllique – voire le « meilleur ami invisible » de ce vieil homme attachant (Goodbye Canyon). La harpe, les bois et les cordes mi-tendres, mi-ironiques de Burwell accompagnent Tom Waits avec douceur jusqu’à la chute inattendue.Le sketch d’ouverture (La Ballade de Buster Scruggs) est également primordial d’un point de vue musical puisque Buster Scruggs est une sorte de cow-boy d’opérette qui passe son temps à chanter sur son cheval (Cool Water, When a Cowboy Trades His Spurs for Wings). Le film s’amuse avec quasiment tous les clichés du western, c’est pourquoi Carter Burwell utilise lui aussi de nombreux timbres typiques du genre, qu’il intègre dans son univers personnel : le piano bastringue (Randall Collins), la guitare fatiguée (Near Algodones), et naturellement les envolées lyriques de l’orchestre symphonique (Hello Mr. Pocket, The Oregon Trail, The Gal Who Got Rattled). Et pour le générique de fin, il a écrit une suite de thèmes inspirés par le folk américain, et qui débute par une belle valse pour trompette et cordes (The End of Buster Scruggs). À noter qu’il s’agit de la 18e collaboration entre le compositeur et les frères Coen, après notamment Barton Fink, Fargo et A Serious man. © Nicolas Magenham/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 septembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 novembre 2019 | Lakeshore Records

Hi-Res
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 29 janvier 2016 | Walt Disney Records

Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 8 novembre 2019 | WaterTower Music

Hi-Res
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1994 | Varese

CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 5 août 2016 | Lakeshore Records

CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1993 | Varese Sarabande

CD6,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 septembre 2004 | Milan Music

CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 juillet 2015 | Lakeshore Records

CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 octobre 2017 | Lakeshore Records

À l’évocation du nom de Carter Burwell, on pense avant tout à l’univers comico-noir des frères Coen, le compositeur newyorkais figurant au générique de la plupart de leurs films. Mais on oublie souvent qu’il entretient des relations tout aussi assidues avec d’autres réalisateurs. C’est le cas de l’Américain Todd Haynes, pour qui Burwell a signé Velvet Goldmine, le téléfilm Mildred Pierce Carol et, cette année, Wonderstruck, adaptation du roman illustré pour enfants de Brian Selznick qui raconte l’histoire de deux enfants sourds (Ben et Rose) vivant à 50 années d’écart et qui se rendent à New York à la recherche d’un parent respectif disparu. La connexion entre les deux enfants/époques se fera au Museum d’Histoire naturelle. En 2013, Hail, Caesar ! des frères Coen comportait plusieurs films dans le film, très différents les uns des autres (péplum, film noir, comédie musicale…), et le défi de Carter Burwell fut d’unifier musicalement ces différents genres, en composant des mélodies communes notamment. Le challenge quelque peu similaire pour Wonderstruck puisque Burwell doit jouer avec deux périodes différentes (1927 et 1977). Et comme pour le film des frères Coen, il a tenté ici de trouver une unité musicale en se concentrant sur les personnages et leur monde intérieur : Rose est personnifiée par un thème lyrique dominé par les instruments acoustiques (Little Girl, Big City), tandis que Ben n’est, en revanche, pas associé à une mélodie claire – la musique exprimant plutôt sa désorientation due à sa perte d’audition (Coming To Ground). Puis une convergence musicale s’opère au Musée, parmi les dioramas. Elle se traduit par l’emploi d’instruments percussifs (glockenspiels, marimbas, wood-blocks), instruments qui émettent des vibrations, et que peuvent donc ressentir les personnes malentendantes. De plus, ils sont souvent associés au monde de l’enfance – ils sont notamment le cœur d’un système d’éducation musicale développé par Carl Orff. Parmi les morceaux les plus intéressants du point de vue percussif, citons le mystérieux Ben Robbed, l’onirique Dioramas, ou bien le souriant Home With Walter. Le thème principal du film (Silent Whispers) est, quant à lui, conforme à la patte si particulière de Carter Burwell, dans un mélange de chaleur et de tristesse, et où les cordes amples et les bois mélancoliques sont accompagnés par de discrets arpèges de harpes. À propos de discrétion et de neutralité (l’une des caractéristiques essentielles du style de Burwell), il faut enfin citer le passage dans lequel Ben résout le mystère qui l’anime : la scène est intense, mais la musique joue la carte de la retenue (Ben ?), grâce à l’utilisation subtile d’un allophone, une percussion en aluminium de la famille des cloches. © NM/Qobuz
CD6,99 €

Bandes originales de films - Paru le 24 septembre 2001 | Milan Music

CD18,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2004 | Hollywood Records

CD11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 31 janvier 2020 | Milan Records

CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2002 | Astralwerks

Bande Originale du film "Adaptation" (2002) de Spike Jonze composée par Carter Burwell avec Meryl Streep, Nicolas Cage, Tilda Swinton, Chris Cooper, Jay Tavare... (Oscars : Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Chris Cooper)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 avril 2019 | Lakeshore Records

Hi-Res
CD11,49 €

Pop - Paru le 24 avril 2001 | Columbia - Legacy - Sony Soundtrax