Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Can

Composé de musiciens provenant de l'avant-garde et du jazz, le groupe allemand Can a eu une influence déterminante sur le rock expérimental par son travail sur les structures et textures musicales et les combinaisons rythmiques. Formé à Cologne en 1968 par Holger Czukay (basse, bandes magnétiques) et Irmin Schmidt (claviers), anciens élèves du compositeur Karlheinz Stockhausen, Jaki Liebezeit (batterie) et Michael Karoli (guitare), le groupe prend pour nom The Inner Space puis Can et s'adjoint les services de David C. Johnson (flûte) et d'un premier chanteur américain, Malcolm Mooney, pour son premier album Monster Movie (1969). Aux multiples influences jazz, rock psychédélique, funk et électronique, Can ajoute son sens de l'improvisation et son art du collage sur les albums suivants Tago Mago (1971), Ege Bamyasi (1972) et Future Days (1973), oeuvres expérimentales de première importance enregistrées avec le chanteur japonais Damo Suzuki. L'orientation avant-gardiste n'exclut pas un aspect pop sur des titres comme « Spoon » ou « Vitamin C », qui font l'objet de sorties au format single. Le départ de Suzuki voit Can ouvrir un nouveau chapitre avec les albums Landed (1975) et Flow Motion (1976), publiés en Angleterre par Virgin Records, tandis que le single extrait de ce dernier, « I Want More », se classe n° 26 au Royaume-Uni et offre au groupe une apparition dans l'émission Top of the Pops. L'influence de Can sur la scène post-punk et pop électronique se fait sentir alors qu'il enrôle les percussionnistes Rebop Kwaku Baah et Rosko Gee, ex-membres du groupe Traffic, sur les albums Saw Delight (1977), Out of Reach (1978) et Can (1979). Les activités en solo de Czukay et de Schmidt conduisent à la dissolution du groupe jusqu'aux concerts de 1986 avec le retour du chanteur Michael Mooney, présent sur l'album Rite Time (1989). À défaut de nouvelle production, l'héritage de Can donne lieu aux compilations Anthology (1994), The Singles (2017) et l'exploitation d'archives. L'album de remixes Sacrilege (1997) est suivi par les coffrets Box (1999) et The Lost Tapes (2017), puis l'album en public Live in Stuttgart 1975 (2021). Après le décès de Michael Karoli (17 novembre 2001), atteint d'un cancer, surviennent ceux de Jaki Liebezeit (22 janvier 2017), d'une pneumonie, puis de Holger Czukay (5 septembre 2017).


© ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
Lire plus

Discographie

49 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 3
1 sur 3

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums