Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Électronique - Paru le 6 décembre 2019 | !K7 Records

Hi-Res
Dix mois après Happy Earthday, revoilà déjà le producteur Bjarki avec un nouvel album de 14 titres. Enfin, nouveau, c’est relatif. Les morceaux de ce Psychotic_Window figuraient dans les 200 premiers exemplaires de Happy Earthday. Des chansons secrètes qui reçoivent les honneurs d’une publication officielle, et qui ont été composées dans le même moment que les autres. Une époque pas très glorieuse pour l’Islandais, durant laquelle il restait enfermé dans son appartement, à composer des sons non-stop en se faisant livrer de pizzas : “J’étais déprimé, je n’avais pas de thunes, je faisais des jobs pourris et surtout, j’étais un gros fainéant. J’écoutais beaucoup Coil, du Chris Carter et du Cosey Fanni Tutti, sans dormir, à faire de la musique toute la nuit. C’était ma fenêtre psychotique.”Dans la lignée du premier album, Bjarki propose une heure de musique sensible, censée refléter la nature de son île d’origine, à l’instar des cloches glacées d’Utvarp Saga, naviguant entre ambient, hip-hop, drum'n'bass et glitch. S’il faisait beaucoup penser à Aphex Twin à ses débuts, Bjarki semble aujourd’hui plus proche de Shadow ou du Amon Tobin des débuts, avec une abondance de rythmes hip-hop écorchés (Coil Opinons,
CD8,99 €

Électronique - Paru le 15 février 2019 | !K7 Records

“Son vrai premier album”, c’est ainsi que l’Islandais Bjarki veut qu’on considère ce Happy Earthday. Pourtant, le surdoué de la musique électronique en a sorti trois durant l’année 2016, tous sur трип, le label de sa mentor russe Nina Kraviz. Mais il ne s’agissait que de titres composés longtemps auparavant, le processus de maturation de Bjarki étant particulièrement long. Sans doute parce que l’Islandais (qui a refusé de jouer pour la plateforme vidéo Boiler Room et le club berlinois Berghain, les deux plus gros accélérateurs de carrière de la scène) est un artiste romantique, de ceux qui dévoilent leur personnalité sur disque. Pas la peine de venir chercher le dernier tube techno ici : Bjarki entrouvre tout au long de ces quinze plages “une fenêtre sur son âme”, des moments fragiles d’introspection symbolisés par de courts morceaux de deux ou trois minutes, qui raconte un sentiment, une vibration, une émotion.En termes de styles, Bjarki navigue entre ambient, IDM, trip hop, musique concrète et même abtract hip-hop, et fait entendre la nature islandaise comme sur AN6912, la bande-son d’un crépuscule sur un glacier. Lita og Leira est une petite perle de hip-hop mutant, façon DJ Shadow meets Boards of Canada, sans oublier la touchante ballade électronique d’ouverture Blessuð Börnin et le final cosmique d’UXI, un dialogue entre machines vintage qui donne envie d’entendre Bjarki au cinéma. L’année est à peine entamée, mais voilà déjà un sérieux candidat au titre d’album de 2019. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD0,99 €

Électronique - Paru le 19 novembre 2019 | !K7 Records

CD0,99 €

Électronique - Paru le 18 janvier 2019 | !K7 Records

CD0,99 €

Électronique - Paru le 23 novembre 2018 | !K7 Records

CD0,99 €

Électronique - Paru le 5 novembre 2019 | !K7 Records

L'interprète

Bjarki dans le magazine
  • Bjarki, sa première fois
    Bjarki, sa première fois Entre ambient, IDM, trip hop, musique concrète et abstract hip-hop, l'album choc du surdoué islandais de la musique électronique...