Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD9,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2011 | Capitol Records

Distinctions 4F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Le suspense est enfin terminé ! Le très attendu neuvième album des Beastie Boys sort enfin dans les bacs. Le plus new-yorkais des groupes de hip-hop signe avec Hot Sauce Committee Part Two un véritable retour aux sources, 25 ans après la sortie de Licensed to III leur premier albumHot Sauce Committee Part Two est produit par les Beastie Boys et mixé par Philippe Zdar.
A partir de :
CD18,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 juillet 1989 | Capitol Records

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD14,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 mai 1994 | Capitol Records

Livret Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Réédition de l'album du groupe de hip-hop new-yorkais, paru en 1994
A partir de :
CD10,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1996 | Capitol Records

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1986 | Def Jam Recordings

La fusion du rock et du rap est en marche. A coup de beats lourds et de riffs de guitares efficaces, les Beastie Boys posent les bases de leur style énergique hérité de leur passé punk et de l’apport rap de leur producteur et DJ, Rick Rubin. Ce premier album bat tous les records de ventes pour un disque de rap en restant en tête des ventes pendant sept semaines aux Etats-Unis. Les voix semblent déjà se compléter et se répondre sur des sujets aussi sérieux que la vie d’un adolescent des rues ou aussi léger que le droit de faire la fête. Cette polyvalence leur permet de s’attirer un large public qui se sent forcément concerné, même s’il rejette certains titres musicalement douteux tels que «Girls». Commercialement, le coté décalé est surtout mis en avant avec le single «Fight for your right (to party)» au refrain entraînant et universel. A l’époque, seul Run DMC, dont le trio est proche, a tenté cette fusion avec le rock. Sur Licensed to ill, les Beastie Boys leur empruntent «Slow and low», titre non retenu de l’album King of rock sorti un an plus tôt. Malgré le succès, des désaccords avec Rick Rubin au sujet des royalties mettront fin à leur collaboration ainsi qu’au contrat avec le label Def Jam. rn      © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 octobre 2020 | Beastie Boys JV

A partir de :
CD16,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 14 juillet 1998 | Capitol Records

Livret
Malgré d’évidentes qualités artistiques, cet album pourrait sembler être le plus faible des Beastie Boys. Leurs expérimentations se dispersent et ne sont plus aussi percutantes et pertinentes que par le passé. L’ancienne formule est conservée avec des instrumentaux apaisants et quelques surprises dont un morceau avec Lee Perry. Leur tchatche paraît moins nerveuse et les structures de certains passages un peu complexes. Pourtant, nombres de titres utilisent finement les samples et bénéficient de l’apport en scratch de la légende du DJing qu’est Mix Master Mike adoubé sur l’original «Three MCs and one DJ». Heureusement, le haut niveau du trio se retrouve sur l’excellent «The Negociation limerick file» ou avec le riff de guitare de «Remote control». Hello Nasty est donc un album solide, mais il doit surtout son succès commercial à l’électronique du single «Intergalactic» et au remix de «Body movin’» (absent de l’album) par Fatboy Slim, alors très en vogue, accompagné de son clip de cinglé.       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD17,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 avril 1992 | Capitol Records

Livret
Edition remasterisée en 2009 de l'album paru en avril 1992
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 1999 | Capitol Records

Excellente compilation de titres rares, de face B, de versions alternatives et de succès du groupe. Le livret fournit un précieux commentaire des trois MCs pour chaque titre permettant de retracer leur parcours.       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 31 mai 1994 | Capitol Records

Ce disque est le signe d’une nouvelle étape pour les Beastie Boys. De leur maîtrise des samples et de leurs instruments découle une variété des styles abordés avec le rap comme chef de file grâce aux efficaces singles «Sure Shot» et «Sabotage» dont le clip réalisé par Spike Jonze est un classique. Mais cet album contient aussi du punk, du funk et une influence mystique dû à l’attachement récent d’Adam Yauch/MCA au bouddhisme qui apparaît sur plusieurs titres dont «Boddhisatva Vow». Cet éclectisme démontre, s’il en était encore nécessaire, leurs qualités musicales avec un son et dans un style qui leur est propre. De plus, fait rares chez les Beastie, cet album voit la participation d’autres MCs : Q-Tip du groupe A Tribe Called Quest et Biz Markie dont l’univers délirant est proche du groupe. D’autres invités de qualité sont à noter avec Money Mark, grands producteurs de rap, au clavier et Eric Bobo, percussionniste qui a depuis officié aux cotés de Cypress Hill. Le plaisir d’écouter ce disque provient à la fois des rythmiques entraînantes, des boucles entêtantes et du groove des morceaux instrumentaux qui offre d’agréables oasis de paix. D’une certaine manière, Ill Communication conclu la trilogie californienne du groupe débutée avec Paul’s Boutique.       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD15,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 14 juin 2019 | Beastie Boys JV

Les longues pauses permettent généralement aux musiciens de remettre leurs idées à plat ou d'explorer de nouvelles directions. Pour les Beastie Boys, cela a eu l'effet inverse. Après six années de repos qui ont suivi Hello nasty, les deux Adam et Michael Diamond reviennent avec un hommage aux cinq quartiers de New York. Dès le premier titre, et premier single, les trois compères retournent aux guitares qui ont fait leur célébrité. Aucun invité, si ce n'est leur DJ Mix Master Mike, ne vient perturber ce grand retour aux sources. Les samples sont pêchus et les flows de Ad Rock, MCA et Mike D toujours aussi nerveux et atypiques.Après plus de vingt ans de carrière, leur foi dans le Hip-Hop ne semble pas avoir pris une ride. Aussi à l’aise sur les instrumentaux classiques que sur le plus électro «It takes time to build». Celui-ci , bien que reprenant un sample d’EPMD,donne un bon exemple du petit goût de modernité pas désagréable injecté à ce nouvel album. «Triple trouble» rend aussi hommage à la old school avec le célèbre sample de Chic dynamisé par des scratchs jubilatoires. Finis les multiples expérimentations ou les morceaux instrumentaux, les Beasties expédient un rap dense et sautillant comme eux seuls savent le produire. Et personne n'est épargné dans les textes, ni Bush, ni les MC à l'eau de rose. Le plus étonnant est qu'ils arrivent encore à surprendre et à se renouveler grâce notamment à l'utilisation des guitares de moins en moins saturées ou des nombreuses teintes électro déjà évoquées. Le grand moment du disque arrive avec «An open letter to NYC», une ode à leur ville et à ses différents quartiers sur une production envahissante. Un dessin de Big Apple illustre la pochette entichée de deux tours d'un autre temps. Un album qui va à deux cents à l'heure à l'image du titre final sur lequel les trois MCs passent la sixième !       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2007 | Capitol Records

Premier album entièrement instrumental des Beastie Boys, The Mix-Up, sorti en 2007, se complaît dans le soul-jazz, un son dans lequel ils creusent depuis Check Your Head, lorsqu'ils avaient commencé à pimenter leurs albums et leurs faces B d'impros funk vaporeuses. Dans cette fusion de sons (orgues placides, guitares élastiques, lignes de basse bondissantes, rythmes chaloupés), tous les éléments n'en forment qu'un, dans le style inimitable indéniablement Beastie Boys, même s'ils ne prononcent pas un mot. S'ils sont davantage dans le ressenti que dans la sophistication instrumentale, ils ne s'en sont pas moins affinés en tant que musiciens et nous offrent des grooves plus denses et bien affirmés où se mêlent toutes les influences qui les fascinent : funk, dub, soul et rythmes latins. The Mix-Up n'est pas une œuvre d'art, mais il est tout aussi personnel et idiosyncrasique que les albums de soul-jazz funky que l'on peut dénicher dans les magasins d'occasions. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 31 mai 1994 | Capitol Records

Ce disque est le signe d’une nouvelle étape pour les Beastie Boys. De leur maîtrise des samples et de leurs instruments découle une variété des styles abordés avec le rap comme chef de file grâce aux efficaces singles «Sure Shot» et «Sabotage» dont le clip réalisé par Spike Jonze est un classique. Mais cet album contient aussi du punk, du funk et une influence mystique dû à l’attachement récent d’Adam Yauch/MCA au bouddhisme qui apparaît sur plusieurs titres dont «Boddhisatva Vow». Cet éclectisme démontre, s’il en était encore nécessaire, leurs qualités musicales avec un son et dans un style qui leur est propre. De plus, fait rares chez les Beastie, cet album voit la participation d’autres MCs : Q-Tip du groupe A Tribe Called Quest et Biz Markie dont l’univers délirant est proche du groupe. D’autres invités de qualité sont à noter avec Money Mark, grands producteurs de rap, au clavier et Eric Bobo, percussionniste qui a depuis officié aux cotés de Cypress Hill. Le plaisir d’écouter ce disque provient à la fois des rythmiques entraînantes, des boucles entêtantes et du groove des morceaux instrumentaux qui offre d’agréables oasis de paix. D’une certaine manière, Ill Communication conclu la trilogie californienne du groupe débutée avec Paul’s Boutique.       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD15,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2005 | Capitol Records

A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2011 | Capitol Records

De toute sa trépidante carrière, cet album fut sans doute le plus attendu du trio new-yorkais. Prévu en 2009, Hot Sauce Committee est d’abord repoussé des dizaines de fois en raison des problèmes de santé d’Adam Yauch, alias MCA. Une fois qu’il est hors de danger, les Beastie Boys oublient ce premier effort et passent à l'étape suivante avec ce Hot Sauce Committee Part Two... qui se devait de ne surtout, surtout pas décevoir. Heureusement pour lui, et pour les nombreux aficionados des Beastie Boys, il s’impose comme l'un des disques les plus énergiques que le groupe ait sorti depuis longtemps. To the 5 Boroughs (2004), vibrant hommage à New York, ou les instrumentaux de The Mix-Up (2007) n’avaient rien à prouver en terme de qualité, mais ne faisaient pas non plus se lever les foules... Aujourd’hui, elles vont à nouveau bondir pour Mike D, MCA et Ad-Rock. Et ne sont pas prêtes de se rasseoir durant les seize morceaux de cet album en effet très pimenté. La preuve ? Un seul et premier morceau, « Make some Nooise », qui se réapproprie la vitalité du hip-hop originel made in Bronx et forcément fédérateur. Plus loin, s’imposent le vindicatif « OK » ou « Too Many Rappers », sur lequel Nas s'invite avec un enthousiasme non dissimulé et un flow au diapason. Par les guitares insolemment rock de « Say it » bardé de guitares, le punk absolu de « Lee Majors Come Gain » ou les échos synthétiques de « Nonstop Disco Powerpack , Hot Sauce Committee Part Two se situe exactement à mi chemin entre Licensed to Ill (les réminesnces punk) et Intergalactic (les invasions électroniques). Au milieu de tout cela, se détache un morceau ragga plutôt détonant, qui, s’il surprend, n’en est pas moins joliment troussé : « Don't Play No Game That I Can't Win », habité par Santigold, apporte un souffle chaud à ce disque urbain et pressé – typique des Beastie Boys. Car le ghetto n’est jamais bien loin, comme il se fait entendre dans « Long Burn The Fire ». Enfin, si le trio ne cache pas ses convictions (« Multilateral Nuclear Disarmament »), il n’hésite pas à envahir le dancefloor avec un « Funky Dunkey » aux accents tropicaux. Grâce à ce Hot Sauce Committee Part Two, le mythique trio new-yorkais apprend à qui veut qu’il n’a pas volé son mythe, ni son talent. Et qu’il n’a pas changé. Cette intégrité à tout prix, cette sincérité indétournable et cette (fausse) mauvaise foi irrésistible accompagne le trio dans sa quarantaine accomplie et néanmoins toujours adolescente. Voilà un beau pied de nez, voire plus, à tous ceux qui disaient les Beastie Boys morts. Comme ils avaient prévenu voilà quinze ans, ils sont toujours prêts à se battre pour faire la fête... © ©Copyright Music Story Sophie Rosemont 2016
A partir de :
CD18,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Capitol Records

Les longues pauses permettent généralement aux musiciens de remettre leurs idées à plat ou d'explorer de nouvelles directions. Pour les Beastie Boys, cela a eu l'effet inverse. Après six années de repos qui ont suivi Hello nasty, les deux Adam et Michael Diamond reviennent avec un hommage aux cinq quartiers de New York. Dès le premier titre, et premier single, les trois compères retournent aux guitares qui ont fait leur célébrité. Aucun invité, si ce n'est leur DJ Mix Master Mike, ne vient perturber ce grand retour aux sources. Les samples sont pêchus et les flows de Ad Rock, MCA et Mike D toujours aussi nerveux et atypiques.Après plus de vingt ans de carrière, leur foi dans le Hip-Hop ne semble pas avoir pris une ride. Aussi à l’aise sur les instrumentaux classiques que sur le plus électro «It takes time to build». Celui-ci , bien que reprenant un sample d’EPMD,donne un bon exemple du petit goût de modernité pas désagréable injecté à ce nouvel album. «Triple trouble» rend aussi hommage à la old school avec le célèbre sample de Chic dynamisé par des scratchs jubilatoires. Finis les multiples expérimentations ou les morceaux instrumentaux, les Beasties expédient un rap dense et sautillant comme eux seuls savent le produire. Et personne n'est épargné dans les textes, ni Bush, ni les MC à l'eau de rose. Le plus étonnant est qu'ils arrivent encore à surprendre et à se renouveler grâce notamment à l'utilisation des guitares de moins en moins saturées ou des nombreuses teintes électro déjà évoquées. Le grand moment du disque arrive avec «An open letter to NYC», une ode à leur ville et à ses différents quartiers sur une production envahissante. Un dessin de Big Apple illustre la pochette entichée de deux tours d'un autre temps. Un album qui va à deux cents à l'heure à l'image du titre final sur lequel les trois MCs passent la sixième !       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD9,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Capitol Records

Les longues pauses permettent généralement aux musiciens de remettre leurs idées à plat ou d'explorer de nouvelles directions. Pour les Beastie Boys, cela a eu l'effet inverse. Après six années de repos qui ont suivi Hello nasty, les deux Adam et Michael Diamond reviennent avec un hommage aux cinq quartiers de New York. Dès le premier titre, et premier single, les trois compères retournent aux guitares qui ont fait leur célébrité. Aucun invité, si ce n'est leur DJ Mix Master Mike, ne vient perturber ce grand retour aux sources. Les samples sont pêchus et les flows de Ad Rock, MCA et Mike D toujours aussi nerveux et atypiques.Après plus de vingt ans de carrière, leur foi dans le Hip-Hop ne semble pas avoir pris une ride. Aussi à l’aise sur les instrumentaux classiques que sur le plus électro «It takes time to build». Celui-ci , bien que reprenant un sample d’EPMD,donne un bon exemple du petit goût de modernité pas désagréable injecté à ce nouvel album. «Triple trouble» rend aussi hommage à la old school avec le célèbre sample de Chic dynamisé par des scratchs jubilatoires. Finis les multiples expérimentations ou les morceaux instrumentaux, les Beasties expédient un rap dense et sautillant comme eux seuls savent le produire. Et personne n'est épargné dans les textes, ni Bush, ni les MC à l'eau de rose. Le plus étonnant est qu'ils arrivent encore à surprendre et à se renouveler grâce notamment à l'utilisation des guitares de moins en moins saturées ou des nombreuses teintes électro déjà évoquées. Le grand moment du disque arrive avec «An open letter to NYC», une ode à leur ville et à ses différents quartiers sur une production envahissante. Un dessin de Big Apple illustre la pochette entichée de deux tours d'un autre temps. Un album qui va à deux cents à l'heure à l'image du titre final sur lequel les trois MCs passent la sixième !       © ©Copyright Music Story Gabriel Perreau 2016
A partir de :
CD3,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Capitol Records

A partir de :
CD8,49 €

Punk - New Wave - Paru le 13 novembre 1995 | Beastie Boys JV

A partir de :
CD9,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 23 mai 1995 | Beastie Boys JV

L'interprète

Beastie Boys dans le magazine
  • Paul's Boutique a 30 ans !
    Paul's Boutique a 30 ans ! Le 25 juillet 1989, le "Sgt. Pepper's" du rap révolutionna le genre ! Avec "Paul’s Boutique", les Beastie Boys quittaient leur costard de rappeurs potaches pour celui de fin encyclopédistes bidouil...
  • QIBUZ / Lundi 9 juin 2014
    QIBUZ / Lundi 9 juin 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 15 juillet 2013
    QIBUZ / Lundi 15 juillet 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 6 mai 2013
    QIBUZ / Lundi 6 mai 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Un an sans MCA
    Un an sans MCA Il y a un an disparaissait Adam Yauch des Beastie Boys…
  • QIBUZ / Lundi 12 décembre 2011
    QIBUZ / Lundi 12 décembre 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Beastie Boys, version Action Men
    Beastie Boys, version Action Men Un casting de poupées Action Men pour le nouveau clip des Beastie Boys réalisé par le disjoncté Spike Jonze.
  • Initiales BB
    Initiales BB Retour en farce pour les Beastie Boys entourés du tout Hollywood…
  • Beastie Boys, l’amusant amuse-bouche
    Beastie Boys, l’amusant amuse-bouche En attendant la sortie de leur nouvel album Hot Sauce Committee, Pt. 2, le 2 mai, les Beastie Boys propose la bande-annonce de Fight For Your Right Revisited, une comédie de 30 minutes pour laquell...
  • Beastie Boys, bilan de santé
    Beastie Boys, bilan de santé Atteint d’un cancer, MCA des Beastie Boys irait mieux, le nouvel album du trio n’étant plus attendu avant le début 2010.