Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Avishai Cohen

On le découvre en France avec le titre Lylah, une de ses compositions écrite alors qu’il est encore le contrebassiste-sideman du pianiste Chick Corea. Déjà se fait sentir la référence au folklore israélien, le swing, cette relation intrinsèque à la danse, l’évidence d’une mélodie folklorique ancrée dans autre chose que la musique standardisée américaine, défrichant, imposant une nouvelle voie. On ne pensait pas alors que le contrebassiste allait devenir l’un des chantres du jazz des années 10, éclairant de nouvelles contrées, devenant le maitre-étalon. Puis ce fut le choc : son trio ! Sur scène, Avishaï Cohen joue du jazz à la manière d'un rocker : pas de minauderies, il instaure une relation physique avec son public.


Dès les premières notes, le public adhère à son projet, le suit dans ses méandres au travers d’une musique virtuose, improvisant et dansant sur des mélodies qui semblent simples, parce que chantantes, mais reposent sur des mesures complexes. Quand on le voit pour la première fois, on se dit que ce géant tout en muscles a trouvé, avec la contrebasse, un instrument à sa mesure. Il la prend, l'enveloppe, l'enlace, se couche sur elle. Elle est un axe autour duquel il danse, magnifique, sensuel, une démonstration d’amour physique. Avishaï Cohen est né d’une famille de musiciens dans une petite ville près de Jérusalem, joue du piano avant de s’intéresser à la basse. A l’âge de 22 ans, il s’envole pour New York où il rencontre d'autres musiciens de jazz. Après une longue période à jouer dans des petits clubs il est remarqué par Chick Corea et signe un contrat pour un enregistrement. Il fait plusieurs tournées dans deux des groupes de Chick Corea, Origin et le Chick Corea New Trio. En 1998, il enregistre son premier album Adama co-produit par son mentor Chick Corea. Il décide alors de constituer son propre trio, fonde son propre label, Razdaz, s’autoproduisant et produisant les albums de ses musiciens, Mark Guiliana, Sam Barsh, Jimmy Greene. En 2007, 2008, le trio d’Avishaï Cohen, au personnel changeant (le pianiste Shaï Maestro remplace Sam Barsh, le percussionniste Itamar Douari remplace Mark Giuliana) tourne dans le monde entier avec partout un succès sans précédant.


Le trio devient ensuite quintet avec l’adjonction de la chanteuse Keren Malka et du oudiste Amos Hoffman. En 2010, Avishai Cohen signe avec le label Blue Note (qui devient Warner-Parlophone en 2013). En 2011, sort l'album Seven Seas au succès retentissant. Il publie alors 2 recueils de partitions regroupant ses meilleures compositions. Fin 2013 paraît Almah, treizième album sous son nom avec une formule très écrite, proche de la musique classique mais laissant une place non négligeable à l’improvisation. Pour ce faire, son trio s’adjoint d’un quatuor à cordes et d’un hautbois. Cet orchestre lui permet de reprendre d’anciennes compositions mais aussi de proposer des arrangements de classiques issus du folklore israélien et d’un standard américain, A Child Is Born. Almah est le nom de sa fille (née un an plus tôt) et veut dire « âme » en espagnol. La plus belle manière de parler de sa musique, celle de l’âme !

Lire plus

Discographie

30 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 2
1 sur 2

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums