Artistes similaires

Les albums

9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2013 | BR-Klassik

Livret Distinctions 5 de Diapason - La Clef RESMUSICA
Andris Nelsons est l'un des chefs d'orchestre les plus prometteurs de la jeune génération. Sur cet enregistrement "live" de 2010, le jeune prodige dirige la Symphonie n°9 "Du Nouveau Monde" de Dvorak, l'un des chefs-d'oeuvre les plus populaires de tous les temps. En complément de programme, "La Chanson d'un Héros" op. 111. À ne pas manquer !
9,99 €

Poèmes symphoniques - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

Distinctions 4 étoiles de Classica
« On retrouve dans ce quatrième volume Tchaïkovski, toujours capté en concert, les qualités des précédents albums : la précision de la mise en place, le sens de la construction, l’absence de lourdeur. D’un orchestre guère réputé pour la personnalité de ses pupitres, le chef letton a su extraire un son qui corresponde à l’esprit des œuvres. [...] Markevitch (EMI), Silvestri (BBC Music), Svetlanov (Melodiya), Chailly (Decca) s’imposent toujours mais ce nouveau jalon particulièrement réussi contribue à l’édification d’une solide intégrale Tchaïkovski.» (Classica, mai 2016 / Stéphane Friédérich)
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Symphonies - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Symphonies - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Symphonies - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Symphonies - Paru le 2 novembre 2015 | Orfeo

9,99 €

Symphonies - Paru le 1 janvier 2016 | Orfeo

18,49 €
13,49 €

Symphonies - Paru le 29 avril 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Award
25,49 €
17,99 €

Symphonies - Paru le 27 mai 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Entre 1936, quand Lady Macbeth fut descendu en flammes par un article de la Pravda cornaqué par Staline, et la disparition du dictateur en 1953, Chostakovitch vécut dans la terreur de se retrouver d’une minute à l’autre en Sibérie à compter les moustiques, voire les pissenlits côté racine. C’est pendant cette période trouble que furent composés les ouvrages ici présentés par l’Orchestre de Boston et Andris Nelsons ; la Cinquième Symphonie de 1937 sauva sans doute sa peau avec cet ouvrage dont il écrivit qu’il représentait la « réponse pratique d’un artiste soviétique à de justes critiques » – comprenne qui voudra ! La Huitième de 1943 lui valut des réactions mitigées de la part de la bureaucratie culturelle, qui l’estimait trop sombre, avec un finale trop peu héroïque et égard aux succès de l’Armée soviétique. Suivit la Neuvième de 1945, brève et concentrée, d’une orchestration légère : l’anti-Neuvième pour le dictateur qui avait sans doute attendu un ouvrage aux dimensions beethoveniennes. Cette Neuvième de Chostakovitch fut interdite dès 1948 par l’infâme décret Jdanov de l’infâme Jdanov, et ne revint sur scène qu’en 1955, deux ans après la mort du « Petit père des peuples ». En complément de programme, la Suite « Hamlet » dans laquelle le compositeur s’amuse à évoquer Broadway ! L’ouvrage date de 1932, donc avant les premières « dénonciations ». L’auditeur mesurera l’abîme entre le ton de la Suite avec les œuvres de l’époque stalinienne. Tous les enregistrements ont été réalisés en concert public en novembre et décembre 2015 ainsi qu’en février et mars 2016. © SM/Qobuz « [...] C’est un enjeu pour Andris Nelsons de succéder à une myriade de chefs qui ont marqué cette musique au fer – et qui ont été marqués par elle. Adolescent quand le mur de Berlin est tombé, il n’appartient pas à une génération touchée directement par le contexte évoqué. Effectués en public, ces enregistrements engendrent une satisfaction immédiate, préalable à toute réflexion sur l’interprétation proprement dite. [...] Concentré, sans pathos, le chef letton montre en tout cas combien cette musique lui parle ; chaque détail est parfaitement agencé au sein de l’ensemble ; il ne perd aucune occasion de creuser ou dégager un accent, de contraster timbres et couleurs – bois, cuivres, percussions ! – à la façon d’un jeu, presque d’une géographie sonore. [...] (Diapason, juillet-août 2018 / Rémy Louis)
31,49 €
19,99 €

Symphonies - Paru le 21 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice
5,99 €
3,99 €

Symphonies - Paru le 24 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Symphonies - Paru le 24 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res
5,99 €
3,99 €

Symphonies - Paru le 24 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res
18,49 €
13,49 €

Musique symphonique - Paru le 5 mai 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Depuis que, lors de la saison 1919-1920, Arthur Nikisch a fêté ses vingt-cinq ans à la tête du Gewandhaus en programmant les neuf symphonies de Bruckner, la phalange leipzigoise a conservé avec la musique du compositeur autrichien des liens privilégiés. [...] On ne s'étonne plus, à Leipzig, d'une couleur orchestrale aussi chaude et puissante, sans dureté : elle s'accorde parfaitement à la conception très ample de Nelsons. Choisissant la révision tardive de 1889 (à laquelle la plupart de ses confrères préfèrent aujourd'hui les rédactions antérieures), il impose un climat mystérieux et grandiose à l'immense premier mouvement, pris dans un tempo très large. L'intensité tristanesque de l'Adagio comme la férocité du Scherzo sont aussi tout autant habitées, avant de déboucher sur un finale remarquablement construit. [...] (Diapason, juillet-août 2017 / Jean-Claude Hulot)
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 16 février 2018 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret
14,99 €

Classique - Paru le 16 février 2018 | Deutsche Grammophon Classics

Livret
21,49 €
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 avril 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Andris Nelsons poursuit son intégrale des symphonies de Bruckner avec le Gewandhaus de Leipzig dont il est désormais le directeur musical. À la tête de ce fabuleux orchestre aux sonorités mordorées, le chef letton renoue avec l’époque des mythiques enregistrements brucknériens de Jochum, Böhm, Haitink ou Wand. La perfection orchestrale, la plasticité des masses sonores, la cohérence dans tous les pupitres, l’incroyable réserve de puissance font de ce nouvel enregistrement un véritable évènement. Andris Nelsons a parfaitement résumé la musique de Bruckner en disant qu’elle « élève l’âme ». Sous sa baguette, la musique du grand Autrichien est une véritable expérience spirituelle qui dépasse la mystique catholique pour atteindre une métaphysique universelle, une ouverture sur un ailleurs ouvrant des perspectives infinies. Les tempi sont amples, le mystère rôde, la science des nuances subtiles, la construction savamment pensée, toute cette pâte sonore chante, gonfle, avec un art du chant par ailleurs intense, lumineux, sinueux et une beauté sonore de chaque instant propre à nous enivrer, mais sans jamais forcer le trait ni la démonstration. L’adoration que Bruckner vouait à son dieu Wagner est bien connue, mais elle prend une dimension supérieure avec l’adjonction d’une dose wagnérienne en complément de chaque symphonie. Ici, la Marche funèbre de Siegfried, extraite du Crépuscule des dieux, prend tout son sens lorsqu’on sait que Bruckner avait conçu le merveilleux Adagio de sa 7e comme un hommage à Wagner, disparu pendant qu’il composait cette symphonie. © François Hudry/Qobuz

L'interprète

Andris Nelsons dans le magazine