Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Hi-Res Livret
À 81 ans, Andrew Cyrille reste le militant fidèle d’un free-jazz rarement coupé à l’eau de source mais toujours ouvert à la méditation. Free pour liberté et rien d’autre ! Avec The News, le batteur new-yorkais, qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake et Horace Tapscott, est retourné en studio avec quasiment le même quartet que pour sa Declaration of Musical Independence de 2016. En plus du guitariste Bill Frisell et du bassiste Ben Street, Cyrille a convié le pianiste David Virelles pour un trip (parfois) apaisé porté par son jeu tout en retenue. Frisell, auteur de trois des huit thèmes du disque, plaque souvent son charisme esthétique sur l’ensemble, sans pour autant anesthésier ses complices.Comme souvent, le batteur dirige son groupe en douceur, laissant ses complices totalement libres. Et lorsque le vent se lève, comme sur le génial thème qui donne son titre à l’album, aucune note superflue ne pointe le bout de son nez, tout est juste, précis. Pour cette composition de la fin des 70's qu’il avait enregistrée sur son album The Loop pour le label Ictus, Andrew Cyrille joue sur du papier journal placé sur chaque élément de sa batterie. Sa sonorité intrigante stimule ses amis qui abordent eux aussi leur instrument respectif avec singularité. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent ce disque grand. Grand comme son auteur prouvant une fois de plus l’ampleur de sa palette. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2016 | ECM

Le titres est on ne peut plus explicite : The Declaration Of Musical Independence. Explicite et fort ! Rien de surprenant venant d’Andrew Cyrille, militant d’un free jazz rarement coupé à la Vittel et qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake ou bien encore Horace Tapscott… Pour son entrée chez ECM, le batteur new-yorkais s’est entouré du guitariste Bill Frisell, du pianiste/claviériste Richard Teitelbaum et du bassiste Ben Street. Un solide quartet dont la cohésion impressionne dès les premières notes de Coltrane Time, thème de John Coltrane qui ouvre le disque. Cohésion encore plus intense dans les instants apaisés (le climatique Say…). L’éclectisme de cette Declaration Of Musical Independence est aussi l’un de ses autres points forts. Alternant entre turbulences libertaires, plages atmosphériques et compositions apatrides, Cyrille et ses complices prennent vraiment leur indépendance stylistique. A 77 ans passés, le batteur offre surtout une musique d’une rare fraicheur et dont la face introspective est assez émouvante. Mention spéciale à Bill Frisell qui n’avait pas été aussi inspiré depuis des lustres… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Jazz - Paru le 27 août 2021 | ECM

Livret
À 81 ans, Andrew Cyrille reste le militant fidèle d’un free-jazz rarement coupé à l’eau de source mais toujours ouvert à la méditation. Free pour liberté et rien d’autre ! Avec The News, le batteur new-yorkais qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake et Horace Tapscott est retourné en studio avec quasiment le même quartet que pour son The Declaration of Musical Independence de 2016. En plus du guitariste Bill Frisell et du bassiste Ben Street, Cyrille a convié le pianiste David Virelles pour un trip (parfois) apaisé porté par son jeu tout en retenue. Frisell, auteur de trois des huit thèmes du disque, plaque souvent son charisme esthétique sur l’ensemble, sans pour autant anesthésier ses complices.Comme souvent, le batteur dirige son groupe en douceur, laissant ses complices totalement libres. Et lorsque le vent se lève, comme sur le génial thème qui donne son titre à l’album, aucune note superflue ne pointe le bout de son nez, tout est juste, précis. Pour cette composition de la fin des seventies qu’il avait enregistrée sur son album The Loop pour le label Ictus, Andrew Cyrille joue sur du papier journal placé sur chaque élément de sa batterie. Sa sonorité intrigante stimule ses amis qui abordent eux aussi leur instrument respectif avec singularité. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent ce disque grand. Grand comme son auteur prouvant une fois de plus l’ampleur de sa palette. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Jazz - Paru le 31 décembre 1983 | Soul Note

A partir de :
CD8,99 €

Jazz - Paru le 31 décembre 1981 | Soul Note