Artistes similaires

Les albums

15,99 €
11,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Concertos pour clavier, Wq. 43 / Andreas Staier, clavecin
9,99 €

Classique - Paru le 12 février 1999 | Warner Classics International

Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 10 de Répertoire - 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 25 février 2013 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Award - Choc de Classica - Hi-Res Audio
17,49 €
12,49 €

Musique de chambre - Paru le 17 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Un pianoforte est-il le gage d'un Schubert plus intime ? Fi des lieux communs ! Staier et Melnikov creusent dans la noire Fantaisie D 940 des reliefs d'orchestre que bien des Steinway jalouseront. [...] Staier et Melnikov lui rendent une trajectoire puissante, ancrée dans une terre boueuse et noire. S’ils n’évitent pas quelques baisses de tension dans le Scherzo, tout le reste est captivant et splendide – ces unissons des deux mains dans l’aigu, sonnant telle une flûte doublant un hautbois, ces trilles grondants, ce cataclysme qui prend possession d’une fugue d’abord anguleuse. Même Richter et Britten (Decca), inapprochables par l’élan et l’intensité, n’avaient pas vu un orchestre aussi divers et coloré dans la partition de Schubert. [...] (Diapason, avril 2017 / Gaëtan Naulleau) Staier et Melnikov jouent sur une copie d’un Conrad Graf réalisée par Christopher Clarke.
24,99 €
17,99 €

Classique - Paru le 19 août 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’était en 1987 : un jeune claveciniste, trente-et-un ans, originaire de Göttingen en Allemagne, éblouissait le monde musical par son jeu aussi brillant que raffiné dans le cinquième Concerto brandebourgeois qu’avaient enregistré Reinhard Goebel et les musiciens du Musica Antiqua Köln, pour Archiv Produktion. Depuis cette époque, Andreas Staier revient souvent à la musique de Johann Sebastian Bach. Il y réussit tout ce qu’il tente, des Partitas, Concerto italien, Ouverture à la française, ou Fantaisies fixées au temps de sa jeunesse (Deutsche Harmonia Mundi, 1988, 1993), aux plus récentes et inépuisables Variations Goldberg (harmonia mundi), en passant par un étonnant récital – un rien oublié – de Sonates pour Das Alte Werk (1997). Aujourd’hui, il publie un enregistrement des sept Concertos pour (un seul) clavier. En totale symbiose avec ses comparses du Freiburger Barockorchester, Staier propose ici, une nouvelle fois, une version pas tout à fait comme les autres. Il s’éloigne de l’esprit léger du « divertissement » à la Telemann – fondateur historique du Collegium musicum de Leipzig, dans lequel ces œuvres concertantes furent probablement exécutées. Pour Staier, ces concertos dévoilent une profondeur expressive et une densité contrapuntique et sonore incomparables. Écoutez l’Adagio, du ré mineur : les basses grondent, le chant est teinté d’une très vive tension, voire inquiétude, sous couvert de lyrisme. L’ajout, dans le dernier mouvement du même concerto, d’une cadence relativement torturée, qui rappelle ô combien le jeune Bach fut influencé par le « stylus phantasticus », ou encore les tempos assez retenus du mi majeur, qui encouragent fortement la couleur mélancolique des pages en question, ne laissent plus de doutes. Pour Staier, ces superbes pages sont d'authentiques mini-drames sans paroles. On attendait depuis longtemps une version aussi originale et audacieuse. © Qobuz
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2012 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Fidèle à ses habitudes, Andreas Staier est revenu au manuscrit original de l'un des plus célèbres cycles de variations de l'histoire : les Variations Diabelli de Beethoven. Le disque commence par un choix de variations écrites par quelques-uns des 50 autres compositeurs sollicités par Diabelli. L'on découvrira les premières fulgurances de Liszt (11 ans...), la musique du fils de Mozart, les variations inattendues d'un Kreutzer ou d'un Kalkbrenner ou la variation Diabelli d'un certain Franz Schubert. Un voyage passionnant !
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 11 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Sonates pour piano K.330, K.331 et K.332 / Andreas Staier, pianoforte
29,99 €
21,49 €

Trios - Paru le 23 septembre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour deux ouvrages écrits à Vienne en 1827 – une année avant la navrante disparition du compositeur donc – et enregistrés de nos jours, quoi de plus cohérent que d’utiliser un forte-piano viennois Conrad Graf de 1827, mais une copie réalisée de nos jours ! Avis donc aux mélomanes qui n’aiment pas trop le fortepiano et/ou qui sont habitués à des enregistrements plus traditionnels des Trios de Schubert sur piano moderne avec cordes jouant selon les techniques d’aujourd’hui, cet album risque de les dérouter. Les équilibres entre piano et cordes – elles aussi jouées selon le mode de l’époque de Schubert – s’en trouve radicalement modifié, le discours déplacé vers d’autres sphères. Andreas Staier au fortepiano, Daniel Sepec au violon et Roel Dieltens au violoncelle semblent nous permettre de « redécouvrir » ces deux sublimes Trios – auxquels s’ajoute le non moins superbe Nocturne, Op. 148, lui aussi de l’automne 1827, et dont on pense qu’il fut peut-être un mouvement lent rejeté pour le Premier Trio. Rejeté par Schubert, précisons-le, car l’auditeur est en présence de l’une des pages les plus magnifiques du compositeur. © SM/Qobuz « [...] Sur une copie de Graf (1996) par Christopher Clarke, Staier est bien le moteur du discours, sans pour autant dominer ses confrères. L’instrument, magnifiquement réglé, s’associe idéalement au Storioni du violoniste et au Cornelissen (1992, d’après Stradivarius) du violoncelliste. Les cinq pédales du pianoforte sont mises à contribution, jusqu’aux percussions de janissaires qui viennent secouer le Scherzo de l’Opus 100. Et la una corda, en un instant, nous fait basculer dans un rêve. [...] De cette vision qui outrepasse toute violence romantique, se dégage un sentiment général de paix et de contemplation, rare dans ce répertoire, et absolument inédit sur un tel instrumentarium. [...] » (Diapason, novembre 2016 / Michel Stockhem)
11,49 €

Trios - Paru le 26 mai 2014 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
11,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2010 | deutsche harmonia mundi

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’univers de la musique pour clavier de Carl Philip Emanuel Bach est singulier et assez unique dans l’histoire de la musique. En écoutant ces Sonates et Fantaisies, on a vraiment l’impression d’être dans le laboratoire d’un savant qui cherche toutes sortes de combinaisons et d’harmonies nouvelles. Rien de baroque ni même de pré-classique dans cette musique qui semble chercher un nouveau monde dans une véritable alchimie de sons. On y entend des fulgurances sans véritable résolution qui viennent se briser sur le néant. Andreas Staier joue ces pièces, tantôt au clavecin tantôt au pianoforte, avec une aura de mystère comme une sorte d’improvisation mi-onirique, mi-éveillée, qui prolonge encore l’étrangeté de cette musique. FH
11,49 €

Classique - Paru le 31 août 2009 | deutsche harmonia mundi

Distinctions Diapason d'or
« Memelsdorff et Staïer reconstituent un consort de flûte à bec et clavecin dans le Londres des années 1640 à 1680, retrouvant ou imaginant par des transcriptions le répertoire de cet ensemble "domestique", au carrefour des influences du temps, antimasques de cour, symphonies, ayres populaires, ballets et grounds. De Lawes à Locke ou Purcell, en passant par de nombreux anonymes, les deux compères distillent une "battle" amicale, subtile et tendre, puissamment maîtrisée et enivrante à la fois. Traumatisé par la flûte à bec ? Ces soixante-dix minutes de bonheur vous guériront ! » (Diapason / Sophie Roughol)
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Longtemps, longtemps, la péninsule ibérique resta en dehors des grands courants musicaux européens, et la majorité des instrumentistes et compositeurs actifs en Espagne et au Portugal au XVIIIe siècle venait d’Italie ou d’autres pays. Certes, la nouvelle famille royale espagnole – les Bourbon d’Espagne, installés par Louis XIV qui avait placé son petit-fils Philippe duc d’Anjou – avait tété le lait des fastes versaillais, mais il fallait quand même compter avec la tradition aristocratique espagnole des Grands, ses privilèges, sa morgue, ses préséances, son austérité glaçante, sa religiosité extrême, de sorte qu’une fois terminée la guerre de succession, les arts se trouvaient quelque peu négligés. Ce seraient donc l’Italie en Espagne et, pour des raisons plutôt commerciales, l’Angleterre en Espagne, qui mèneraient la danse musicale quelques temps. Scarlatti bien sûr, Boccherini bien évidemment, sont les noms les plus représentatifs de cette influence, il est donc normal que cet album, « Á Portuguesa » (étendu à l’Espagne, il est vrai), leur fasse la part belle. L’ouvrage majeur est et reste l’extraordinaire Nuit de garde à Madrid de Boccherini, initialement conçu comme quintette à cordes, ici redistribué à l’orchestre à cordes avec clavecin par Andreas Staier. Le même Staier reste au clavier pour deux concertos de José António Carlos Vaz de Seixas (1704-1742), compositeur portugais à la tête d’un impressionnant corpus de quelque sept cents toccatas, mais aussi une belle poignée de concertos d’une belle facture. L’Angleterre, elle, nous a fourni quelques ibériades dont l’amusant concerto Alla Portuguesa de William Corbett tiré de son recueil Les bizarreries universelles, preuve que la péninsule ibérique était encore considérée comme le bout du monde bizarre. Quant à Charles Avison, il transcrivit des sonates de Scarlatti pour en faire des concertos grossos, dont voici l’un des exemples les plus éclatants. Staier est accompagné par l’excellent Orchestre baroque de Porto. © SM/Qobuz
11,49 €

Classique - Paru le 23 février 2010 | harmonia mundi

Livret
11,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2008 | harmonia mundi

24,49 €

Classique - Paru le 22 février 2005 | deutsche harmonia mundi

17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 20 octobre 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
11,49 €

Musique de chambre - Paru le 26 août 2010 | harmonia mundi

Livret
Chaconne (Partita n°2 de Bach) pour violon & piano - Sonates pour violon et piano n°1 & n°2 - Chants de l'aube pour piano / Andreas Staier, piano - Daniel Sepec, violon
11,49 €

Classique - Paru le 31 juillet 2007 | harmonia mundi

« Le virginal est mort, vive le clavecin ! Celui conçu en 1734 par le facteur Hieronymus Albrecht Hass se fit émule des registres de l'orgue tout-puissant. Touchant une copie de ce beau monstre par Anthony Sidey afin d'honorer les maîtres de l'Allemagne du Nord (Handel compris), Andreas Staier va jusqu'à susciter un orchestre dans la caisse de l'instrument. Après Georg Böhm (huit minutes sublimes), Telemann triomphe à ce jeu-là, aidé d'une seconde paire de mains (Christine Schornsheim) : Ouverture burlesque, transcriptions de festivités orchestrales (Hamburger Ebb und Fluth et Alster-Ouverture). Enivrant. » (Diapason / Jean-Philippe Grosperrin)
11,49 €

Classique - Paru le 25 mars 2008 | harmonia mundi

24,49 €

Classique - Paru le 22 février 2005 | deutsche harmonia mundi

L'interprète

Andreas Staier dans le magazine