Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2011 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions 3F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Suite au décès d'Amy Winehouse en juillet 2011, certains des plus proches collaborateurs de la chanteuse comme Mark Ronson ou Salaam Remi ont écouté les nombreux enregistrements qu'elle avait fait avant, pendant et après la sortie de Frank et de Back To Black, ses deux opus magistraux de 2003 et 2006. De ces écoutes attentives découle ce troisième album - posthume -, composé de douze titres, versions alternatives de classiques, inédits ou compositions nouvelles. Bref, que des chansons qui mérit[ai]ent d’être entendues ! Un hommage à déguster.
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

R&B - Paru le 27 octobre 2006 | Universal-Island Records Ltd.

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec sa disparition tragique et prématurée, finalement peu surprenante au regard du train de vie d’Amy Winehouse, c’est une voix à part de la soul contemporaine qui s’éteint le 23 juillet 2011. Une voix qui ne doit guère être zappée d’un revers de manche ni par cette vie chaotique d’étoile filante faisant la fortune des tabloïds britanniques, ni par les torrents d’alcool et de stupéfiants et encore moins par ces centaines de vidéos trainant sur YouTube de concerts ratés voire pathétiques… Lorsque le phénomène Winehouse explose réellement avec ce deuxième album, le sublime Back To Black bien supérieur à son premier disque Frank, la soul music n’est pas au mieux, offrant déesses R&B creuses et sirupeuses sur productions aseptisées. Ils sont alors peu nombreux à tenter de faire véritablement évoluer l’idiome sculpté par les Aretha Franklin, Ann Peebles, Nina Simone, Tina Turner, Dinah Washington et autres Marlena Shaw. Amy Winehouse offre alors une voix de panthère, de vraies chansons (qu’elle écrit, contrairement à 90% de ses consœurs), une production aux accents vintage (mais jamais passéistes) et un instrumentarium cuivré à souhait. Pour couronner le tout, même l’image est unique : choucroute 50’s, tatouages de bikeuse et attitude gouailleuse! Back To Black a beau avoir trusté le sommet des charts aux quatre coins du monde durant des mois et des mois, il n’en reste pas moins un vrai chef d’œuvre de soul music et de rhythm’n’blues. Quand l’avis critique rencontre l’avis populaire – phénomène assez rare pour être souligné – le plaisir n’est que décuplé… © Marc Zisman/Qobuz

Bandes originales de films - Paru le 30 octobre 2015 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Grammy Awards
Téléchargement indisponible
La bande originale du documentaire d’Asif Kapadia consacré à Amy Winehouse propose deux types de morceaux. Tout d’abord, les plus grandes chansons de la défunte soul sister britannique dans des versions alternatives (Tears Dry On Their Own, Back To Black et Love Is A Losing Game notamment), mais aussi des sessions live rares, des démos de Stronger Than Me, What Is It About Men et Rehab et pleins d’autres pépites qui combleront les fans de la chanteuse londonienne disparue durant l’été 2011. Cette B.O. comprend également la partition originale écrite spécialement pour Amy par le compositeur brésilien Antônio Pinto qui avait d’ailleurs déjà travaillé avec Kapadia sur son précédent documentaire qu’il avait consacré à Ayrton Senna. © CM/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2007 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec sa disparition tragique et prématurée, finalement peu surprenante au regard du train de vie d’Amy Winehouse, c’est une voix à part de la soul contemporaine qui s’éteint le 23 juillet 2011. Une voix qui ne doit guère être zappée d’un revers de manche ni par cette vie chaotique d’étoile filante faisant la fortune des tabloïds britanniques, ni par les torrents d’alcool et de stupéfiants et encore moins par ces centaines de vidéos trainant sur YouTube de concerts ratés voire pathétiques… Lorsque le phénomène Winehouse explose réellement avec ce deuxième album, le sublime Back To Black bien supérieur à son premier disque Frank, la soul music n’est pas au mieux, offrant déesses R&B creuses et sirupeuses sur productions aseptisées. Ils sont alors peu nombreux à tenter de faire véritablement évoluer l’idiome sculpté par les Aretha Franklin, Ann Peebles, Nina Simone, Tina Turner, Dinah Washington et autres Marlena Shaw. Amy Winehouse offre alors une voix de panthère, de vraies chansons (qu’elle écrit, contrairement à 90% de ses consœurs), une production aux accents vintage (mais jamais passéistes) et un instrumentarium cuivré à souhait. Pour couronner le tout, même l’image est unique : choucroute 50’s, tatouages de bikeuse et attitude gouailleuse! Back To Black a beau avoir trusté le sommet des charts aux quatre coins du monde durant des mois et des mois, il n’en reste pas moins un vrai chef d’œuvre de soul music et de rhythm’n’blues. Quand l’avis critique rencontre l’avis populaire – phénomène assez rare pour être souligné – le plaisir n’est que décuplé… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD8,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2006 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec sa disparition tragique et prématurée, finalement peu surprenante au regard du train de vie d’Amy Winehouse, c’est une voix à part de la soul contemporaine qui s’éteint le 23 juillet 2011. Une voix qui ne doit guère être zappée d’un revers de manche ni par cette vie chaotique d’étoile filante faisant la fortune des tabloïds britanniques, ni par les torrents d’alcool et de stupéfiants et encore moins par ces centaines de vidéos trainant sur YouTube de concerts ratés voire pathétiques… Lorsque le phénomène Winehouse explose réellement avec ce deuxième album, le sublime Back To Black bien supérieur à son premier disque Frank, la soul music n’est pas au mieux, offrant déesses R&B creuses et sirupeuses sur productions aseptisées. Ils sont alors peu nombreux à tenter de faire véritablement évoluer l’idiome sculpté par les Aretha Franklin, Ann Peebles, Nina Simone, Tina Turner, Dinah Washington et autres Marlena Shaw. Amy Winehouse offre alors une voix de panthère, de vraies chansons (qu’elle écrit, contrairement à 90% de ses consœurs), une production aux accents vintage (mais jamais passéistes) et un instrumentarium cuivré à souhait. Pour couronner le tout, même l’image est unique : choucroute 50’s, tatouages de bikeuse et attitude gouailleuse! Back To Black a beau avoir trusté le sommet des charts aux quatre coins du monde durant des mois et des mois, il n’en reste pas moins un vrai chef d’œuvre de soul music et de rhythm’n’blues. Quand l’avis critique rencontre l’avis populaire – phénomène assez rare pour être souligné – le plaisir n’est que décuplé… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD20,49 €

Pop - Paru le 7 mai 2021 | UMC (Universal Music Catalogue)

Dix ans après la disparition tragique et prématurée d’Amy Winehouse, la BBC exhume une impressionnante somme d’enregistrements live de cette voix à part de la soul moderne. Il s’agit en fait d’une version copieusement augmentée de 24 titres d’At the BBC paru à l’origine en novembre 2012. Dans sa version 2021, At the BBC réunit donc 38 chansons (2004/2009) sur plus de deux heures de musique, histoire de bien montrer la force de cette artiste unique comme son rapport parfois ambigu avec la scène. On trouve ici ses prestations dans les émissions de feu Pete Mitchell, Jo Whiley et surtout Jools Holland, qui a toujours été un de ses grands soutiens, comme des extraits de concerts captés par la radio britannique (deux avec le Modfather Paul Weller en guest) et des captations en plus petit comité. Rapport ambigu car, face à son public, Amy force parfois son chant, appuyant sur les enluminures vocales, comme tentée par la pyrotechnie. Mais tout reste contrôlé et classieux, comme lorsqu’elle revisite les standards Lullaby of Birdland et I Should Care. Ou sur cette version brute et puissante de Rehab chez Mitchell en 2006…Durant les années 2000, les soul sisters étaient peu nombreuses à tenter de faire vraiment évoluer la soul music éternelle sculptée par les Aretha Franklin, Ann Peebles, Nina Simone, Tina Turner, Dinah Washington et autre Marlena Shaw. Comme le rappelle At the BBC, Amy Winehouse offrait alors une voix de panthère, de vraies chansons (qu’elle écrivait elle-même, contrairement à 90% de ses consœurs), des productions aux accents vintage (mais jamais passéistes) et un instrumentarium cuivré à souhait. Des singularités qui brillent sur la dernière partie de cette version 2021 d’At the BBC avec un concert de 2007 au Porchester Hall de Londres, qui se termine par une reprise épicée du Monkey Man de Toots And The Maytals, que les Specials – un des groupes préférés de la chanteuse – avaient aussi revisité sur leur premier album. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD13,49 €

Pop - Paru le 26 février 2021 | UMC (Universal Music Catalogue)

Concert datant de 2007, qui, à l’époque, avait été repoussé deux fois, se passant au Shepherd Bush Empire de Londres et qui nous rappelle la flamboyance et l’énérgie de la chanteuse. Ce live intitulé I Told You I Was Trouble, porte bien son titre car Amy Winehouse était imprévisible et nombre de ses apparitions ont été ponctuées par des incidents, et un chaos permanent. Ce n’est heureusement pas le cas pour cet enregistrement où l’on retrouve les tubes planétaires tels Rehab ou Back to Black brillamment interprétés, ainsi que le Valerie, reprise des Zutons, enregistré par la belle avec le producteur Mark Ronson sur son album Version, sorti en 2007. Sur les seize morceaux qui constituent ce live, à noter également trois autres reprises, le Doo Wop (That Thing) de Lauryn Hill qu’Amy Winehouse enchaine à sa propre chanson, He Can Only Hold Her, et deux reprises du groupe mythique de ska mené par le non moins mythique Jerry Dammers, les Specials. Elle offre une belle version de Hey Little Rich Girl et choisit de finir son concert avec une version festive à point et très enlevée de leur Monkey Man… On constate que cette performance londonienne n’a rien perdu de sa fraicheur et immortalise pendant une heure une artiste exceptionnelle, une voix hors du commun, au charisme tel que l’on n’est pas près de l’oublier. Disparu malheureusement en 2011 à l’âge de vingt-sept ans, elle rejoint comme beaucoup l’ont souligné le fameux club des 27, rejoignant là Brian Jones, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison ou encore Kurt Cobain… Mais de celle qui se faisait appeler elle-même Trouble, on ne garde ici pour toujours que le meilleur. © Yan Céh/Qobuz
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

R&B - Paru le 20 octobre 2003 | Universal-Island Records Ltd.

Hi-Res
A partir de :
CD15,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2008 | Universal-Island Records Ltd.

Quelques années avant qu’Amy Winehouse n’attire l’attention internationale avec Back to Black, la chanteuse de soul effrontée fait son entrée dans l’univers musical britannique avec son premier album en 2003, Frank. Cet album, qui a remporté le Mercury Music Prize, s’écoute facilement grâce à la production subtilement jazzy de Salaam Remi, qui met en valeur la voix expressive d'Amy Winehouse, fortement influencée par Billie Holiday et Dinah Washington, particulièrement sur la chanson aux accents trip-hop " Stronger Than Me ", la puissante "You Sent Me Flying" et la sensuelle ""I Heard Love Is Blind". Peut-être pas aussi cohérent ni aussi audacieux que son album suivant, Frank n’en est pas moins un premier opus impressionnant qui convaincra tous ceux qui défaillent à chaque écoute de Back to Black. © Eric Schneider /TiVo
A partir de :
CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 30 octobre 2015 | Universal-Island Records Ltd.

La bande originale du documentaire d’Asif Kapadia consacré à Amy Winehouse propose deux types de morceaux. Tout d’abord, les plus grandes chansons de la défunte soul sister britannique dans des versions alternatives (Tears Dry On Their Own, Back To Black et Love Is A Losing Game notamment), mais aussi des sessions live rares, des démos de Stronger Than Me, What Is It About Men et Rehab et pleins d’autres pépites qui combleront les fans de la chanteuse londonienne disparue durant l’été 2011. Cette B.O. comprend également la partition originale écrite spécialement pour Amy par le compositeur brésilien Antônio Pinto qui avait d’ailleurs déjà travaillé avec Kapadia sur son précédent documentaire qu’il avait consacré à Ayrton Senna. © CM/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 20 novembre 2020 | UMC (Universal Music Catalogue)

A partir de :
CD3,99 €

R&B - Paru le 3 juillet 2015 | Universal-Island Records Ltd.

A partir de :
CD3,99 €

R&B - Paru le 3 juillet 2015 | Universal-Island Records Ltd.

« Tryin’ to get me go to rehab, I say no, no, no »  clame le hit de l’année 2007 avec cette voix époustouflante tout droit sortie d’un standard des Supremes. Qui n’a pas été bluffé d’apprendre après une première écoute que cette voix n’était nullement celle d’une légende soul sur le retour ou d’une fille noire extraite d’un taudis de Detroit et poussée par ses parents, mais bien celle d’une jeune Anglaise de la classe moyenne ? L’illusion se poursuit sur la totalité d’un album à la production rétro, aux rythmiques sautillantes et aux cuivres omniprésents assurés par The Dap-Kings - le groupe de Sharon Jones - qui n’est pas sans évoquer la Dusty Springfield de Dusty In Memphis (1968) enregistré dans les studios Stax. Sur ces onze compositions originales, Amy Winehouse – la fille aux douze tatouages et autant d’addictions – flirte avec les canons du genre : l’infidèle invétérée (« You Know I’m No Good »), la jalouse (« Me & Mr. Jones » qui serait une référence au rappeur Nas, une de ses connaissances), la joueuse amère (« Love Is a Losing Game ») et la veuve fatale (le somptueux « Back to Black »), très à l’aise dans ces langoureuses ballades. Classique instantané, Back to Black recèle dans ses atouts une voix capable de prendre l’auditeur dans ses filets pour ne plus le lâcher. Devant le succès phénoménal de l'album sur la longueur (parallèlement aux frasques de la chanteuse), celui-ci est réédité un an après dans une version double deluxe (sous couverture noire) incluant sept nouveaux titres, dont le classique inattendu « Valerie » popularisé par Mark Ronson. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2021
A partir de :
CD3,99 €

R&B - Paru le 3 juillet 2015 | Universal-Island Records Ltd.

A partir de :
CD13,49 €

R&B - Paru le 20 octobre 2003 | Universal-Island Records Ltd.

Quelques années avant qu’Amy Winehouse n’attire l’attention internationale avec Back to Black, la chanteuse de soul effrontée fait son entrée dans l’univers musical britannique avec son premier album en 2003, Frank. Cet album, qui a remporté le Mercury Music Prize, s’écoute facilement grâce à la production subtilement jazzy de Salaam Remi, qui met en valeur la voix expressive d'Amy Winehouse, fortement influencée par Billie Holiday et Dinah Washington, particulièrement sur la chanson aux accents trip-hop " Stronger Than Me ", la puissante "You Sent Me Flying" et la sensuelle ""I Heard Love Is Blind". Peut-être pas aussi cohérent ni aussi audacieux que son album suivant, Frank n’en est pas moins un premier opus impressionnant qui convaincra tous ceux qui défaillent à chaque écoute de Back to Black. © Eric Schneider /TiVo
A partir de :
CD11,99 €

R&B - Paru le 27 octobre 2006 | Universal-Island Records Ltd.

Publié en 2006, Back to Black voit l'autrice-compositrice-interprète britannique Amy Winehouse délaisser les tonalités jazz de son premier effort de 2003, Frank, au profit d'une formule R&B nourrie de toute son expérience. Faisant de nouveau appel au producteur Salaam Remi, cette fois-ci flanqué de Mark Ronson (Chritina Aguilera, Robbie Williams), Winehouse livre une collection de onze nouveaux titres aux saveurs variées, des reflets Motown de "Tears Dry on Their Own" aux accents reggae de "Just Friends" en passant par la soul de "Some Unholy War" et propulsée en tête des charts mondiaux par les hits "Back to Black", "You Know I'm No Good" et "Rehab". Écoulé à plus de onze millions d'exemplaires, Back to Black constitue le mémorable testament d'une artiste habitée, tragiquement disparue en 2011 à l'âge de 27 ans. © TiVo
A partir de :
CD3,99 €

R&B - Paru le 3 juillet 2015 | Universal-Island Records Ltd.

A partir de :
CD13,49 €

R&B - Paru le 20 octobre 2003 | Universal-Island Records Ltd.

Quelques années avant qu’Amy Winehouse n’attire l’attention internationale avec Back to Black, la chanteuse de soul effrontée fait son entrée dans l’univers musical britannique avec son premier album en 2003, Frank. Cet album, qui a remporté le Mercury Music Prize, s’écoute facilement grâce à la production subtilement jazzy de Salaam Remi, qui met en valeur la voix expressive d'Amy Winehouse, fortement influencée par Billie Holiday et Dinah Washington, particulièrement sur la chanson aux accents trip-hop " Stronger Than Me ", la puissante "You Sent Me Flying" et la sensuelle ""I Heard Love Is Blind". Peut-être pas aussi cohérent ni aussi audacieux que son album suivant, Frank n’en est pas moins un premier opus impressionnant qui convaincra tous ceux qui défaillent à chaque écoute de Back to Black. © Eric Schneider /TiVo
A partir de :
CD13,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal-Island Records Ltd.

A partir de :
CD13,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2007 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

L'interprète

Amy Winehouse dans le magazine
  • Amy Winehouse, bête de scène
    Amy Winehouse, bête de scène Un magnifique tour d'horizon de la chanteuse soul britannique captée en live entre 2004 et 2009...
  • Amy, la B.O.
    Amy, la B.O. Les raretés de la bande originale du documentaire consacrée à la chanteuse britannique...
  • Amy revit !
    Amy revit ! Sortie en salle aujourd'hui du documentaire consacré à Amy Winehouse...
  • Dans le casque de Daymé Arocena
    Dans le casque de Daymé Arocena A l’occasion de la sortie de son premier album, Nueva Era, publié sur le label de Gilles Peterson, Brownswood Recordings, la talentueuse chanteuse Daymé Arocena en a profité pour révéler à Qobuz ce...
  • La vie d'Amy
    La vie d'Amy La bande-annonce du très attendu documentaire consacré à Amy Winehouse...
  • QIBUZ / Lundi 8 juillet 2013
    QIBUZ / Lundi 8 juillet 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 19 novembre 2012
    QIBUZ / Lundi 19 novembre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 24 septembre 2012
    QIBUZ / Lundi 24 septembre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 9 juillet 2012
    QIBUZ / Lundi 9 juillet 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 4 juin 2012
    QIBUZ / Lundi 4 juin 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...