Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Jazz - Paru le 12 octobre 2018 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Après deux albums studio renversants (When the Heart Emerges Glistening en 2011 et The Imagined Savior Is Far Easier to Paint en 2014) et un live épatant (A Rift in Decorum en 2017), tous trois publiés chez Blue Note, Ambrose Akinmusire change de braquet avec une œuvre protéiforme ambitieuse mêlant formation jazz, quatuor à cordes, poètes et rappeurs. Jusqu’ici, le trompettiste californien avait toujours montré son attirance pour les itinéraires bis mais Origami Harvest est sans conteste son œuvre la plus osée. Voire la plus délirante ! A ses côtés, le pianiste Sam Harris, le batteur Marcus Gilmore, le saxophoniste Walter Smith III et, plus inattendu, le quatuor à cordes Mivos et Victor Vázquez alias Kool A.D., ex-MC du groupe de hip-hop Das Racist. Jazz, free, classique, funk, rap, soul et spoken word, tout se carambole et demande une attention soutenue. On pourrait d’ailleurs reprocher à Akinmusire cette vision à 360°. Ce trop-plein esthétique qui le fait passer du free-jazz au R&B avant de revenir à la musique contemporaine ou au funk. La genèse de ce projet explique aussi cette radicalité. Commanditaire de l’œuvre, Judd Greenstein de l’Ecstatic Music Festival de New York a demandé au Californien quelle était son idée la plus folle. « Je veux réaliser un projet sur les extrêmes, lui répondra Akinmusire, et assembler, les unes à la suite des autres, des choses qui semblent opposées. » Pourtant, une véritable fluidité se dégage de cet Origami Harvest qui se transforme en miroir parfait de son époque. Ses contradictions, sa violence, son zapping frénétique… « Origami désigne les différentes manières dont les Noirs, en particulier les hommes, doivent se plier et se coucher, que ce soit à cause d’un échec ou simplement pour s'adapter à un moule. Ensuite, j'ai eu un fils en écrivant cette œuvre et j'ai pensé à ces cycles se répétant : Harvest (récolte). » Prendre le temps de digérer un tel flot créatif est essentiel. Dans une époque peu encline aux parenthèses, aux poses et à la prise de temps, Origami Harvest est un ovni. Une bouffée d’oxygène salvatrice – même lorsqu’elle est étouffante – qu’il est nécessaire de respirer. © Marc Zisman/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Blue Note Records

Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Régulièrement, la jazzosphère semble s’entendre sur la promotion d’un nouveau petit génie. Celui du jour, un protégé de Steve Coleman, est un étonnant trompettiste californien né le 1er mai 1982 à Oakland, et dont cet album, When The Heart Emerges Glistening, laisse bouche bée. Un digne héritier de Clifford Brown et Booker Little, osent crier certains… Ambrose Akinmusire ne débarque pourtant pas de nulle part et son nom a déjà croisé la route de géants tels que Joe Henderson, Joshua Redman, Steve Coleman et Billy Higgins… Diplômé de l’incontournable Berklee School of Music de Boston, il passe ensuite par la case newyorkaise de la Manhattan School of Music. Suivent deux prestigieux premier prix, à la Thelonious Monk Competition (Quincy Jones, Herb Alpert, Terence Blanchard, Hugh Masekela, Clark Terry et Roy Hargrove sont dans le jury…) et à la Carmine Caruso International Jazz Trumpet Solo Competition. L’affaire devient de plus en sérieuse et Ambrose Akinmusire croise le fer avec Michel Portal, Jimmy Heath, Bob Hurst et, son mentor, Jason Moran. En 2007, le label Fresh Sound New Talent publie son premier opus, Prelude To Cora. En 2011, le Californien fait donc ses débuts pour la prestigieuse écurie Blue Note. Entouré du saxophoniste ténor Walter Smith III, du pianiste Gerald Clayton, du bassiste Harish Raghavan et du batteur Justin Brown, il insuffle un air de renouveau grâce à des échanges et des improvisations mêlant tradition et modernité. Bluffant ! © CM/Qobuz
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Jazz - Paru le 9 juin 2017 | Blue Note (BLU)

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le Village Vanguard est un lieu sacré. Une sorte de Mecque jazz ayant vu défiler les plus grands musiciens du genre. Ce club new-yorkais de légende n’a pourtant rien d’incroyable et son aura tient davantage des esprits qui flottent dans l’atmosphère que de son architecture ou son acoustique finalement assez communes. C’est cet esprit qui semble avoir inspiré Ambrose Akinmusire. Avec ses fidèles complices le pianiste Sam Harris, le bassiste Harish Raghavan et le batteur Justin Brown, le trompettiste californien s’est investi comme jamais pour ce A Rift In Decorum: Live At The Village Vanguard qui prend sa source dans le mysticisme que dégage justement le Vanguard. « Je me suis laisser embrasser par les esprits présents dans ce lieu, précise-t-il. Surtout dans l’époque actuelle, c’est assez génial d’avoir un lieu qui existe dans le même état qu’il était autrefois. » Comme sur ces deux précédents albums (studio) pour le label Blue Note, When The Heart Emerges Glistening en 2011 et, trois ans plus tard, The Imagined Savior Is Far Easier To Paint, les compositions d’Akinmusire éblouissent par leur beauté et leur complexité. Le trompettiste ose les écarts, le chatoyant comme le turbulent. Pour ce live, le quartet aborde quatorze nouvelles compositions d’une richesse folle. Et chaque thème comme chaque improvisation, chaque échange comme chaque silence débouche sur un instant de grâce… Lauréat 2007 du Concours International de jazz Thelonious Monk, Ambrose Akinmusire rappelle aussi que l’inspiration d’un trompettiste de jazz en 2017 ne se limite pas au sempiternel tandem Miles/Chet et que d’autres souffles (Kenny Dorham ?) l’inspire tout autant. Enfin, l’enregistrement de ce concert est aussi l’œuvre d’un vrai quartet et non le simple délire d’un leader égoïste. Voilà donc un live qui comptera par la suite ; et compte déjà énormément. © MZ/Qobuz
CD15,49 €

Jazz - Paru le 9 juin 2017 | Blue Note (BLU)

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le Village Vanguard est un lieu sacré. Une sorte de Mecque jazz ayant vu défiler les plus grands musiciens du genre. Ce club new-yorkais de légende n’a pourtant rien d’incroyable et son aura tient davantage des esprits qui flottent dans l’atmosphère que de son architecture ou son acoustique finalement assez communes. C’est cet esprit qui semble avoir inspiré Ambrose Akinmusire. Avec ses fidèles complices le pianiste Sam Harris, le bassiste Harish Raghavan et le batteur Justin Brown, le trompettiste californien s’est investi comme jamais pour ce A Rift In Decorum: Live At The Village Vanguard qui prend sa source dans le mysticisme que dégage justement le Vanguard. « Je me suis laisser embrasser par les esprits présents dans ce lieu, précise-t-il. Surtout dans l’époque actuelle, c’est assez génial d’avoir un lieu qui existe dans le même état qu’il était autrefois. » Comme sur ces deux précédents albums (studio) pour le label Blue Note, When The Heart Emerges Glistening en 2011 et, trois ans plus tard, The Imagined Savior Is Far Easier To Paint, les compositions d’Akinmusire éblouissent par leur beauté et leur complexité. Le trompettiste ose les écarts, le chatoyant comme le turbulent. Pour ce live, le quartet aborde quatorze nouvelles compositions d’une richesse folle. Et chaque thème comme chaque improvisation, chaque échange comme chaque silence débouche sur un instant de grâce… Lauréat 2007 du Concours International de jazz Thelonious Monk, Ambrose Akinmusire rappelle aussi que l’inspiration d’un trompettiste de jazz en 2017 ne se limite pas au sempiternel tandem Miles/Chet et que d’autres souffles (Kenny Dorham ?) l’inspire tout autant. Enfin, l’enregistrement de ce concert est aussi l’œuvre d’un vrai quartet et non le simple délire d’un leader égoïste. Voilà donc un live qui comptera par la suite ; et compte déjà énormément. © MZ/Qobuz
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 12 juin 2020 | Blue Note Records

Hi-Res
Ambrose Akinmusire est le jazzman le plus fascinant de sa génération. Et chaque nouvel album confirme l’étendue de son inspiration, sa passion pour la liberté et la rigueur sans concession de son propos viscéralement engagé. Après un très beau et très osé Origami Harvest avec quatuor à cordes et MC sur lequel il brassait jazz, musique de chambre classique ou contemporaine, soul et spoken word, le trompettiste de la Bay Area, qui pige à l’occasion pour Kendrick Lamar, revient à une formule plus classique avec ses fidèles Sam Harris au piano, Harish Raghavan à la basse et Justin Brown à la batterie. Classique en apparence car la force narrative de sa musique comme son allégeance à l’histoire de la Great Black Music sont des boussoles qu’Akinmusire est le seul à brandir de la sorte. Avec On the Tender Spot of Every Calloused Moment, son cinquième album sous pavillon Blue Note, il prend à bras-le-corps la complexité de la vie des Noirs en Amérique, le meilleur et le pire de sa terre natale, qu’il filtre dans des compositions originales d’essence blues. Une feuille de route qui reste la même depuis ses débuts. « D’une certaine manière, j’ai un peu pensé ce disque comme une suite de mon premier pour Blue Note, comme un retour aux repères de When the Heart Emerges Glistening. »Si l'idée d’altérité dans un pays doté d’une histoire raciale bien chargée demeure au cœur de sa réflexion, elle est ici plus rentrée. Le quartet mijote ses échanges. Les intériorise parfois, sans jamais faire exploser ses sentiments sur le monde qui l’entoure. Ambrose Akinmusire ne baisse évidemment pas la garde. Simplement, le jazz d’On the Tender Spot of Every Calloused Moment est empreint d’une sérénité inédite. Quant à son écriture, elle surpasse celle de ses contemporains, à l’image de Mr. Roscoe (Consider the Simultaneous), hommage dense à Roscoe Mitchell, le saxophoniste de l’Art Ensemble of Chicago (le premier groupe qu’il vit sur scène à seulement 13 ans !), rencontré deux ans avant cet enregistrement. Roy est un autre superbe hommage, au trompettiste Roy Hargrove disparu fin 2018. Hommage feutré cette fois, porté par l’entente quasi télépathique entre les quatre musiciens qui dispensent un post-bop foisonnant d’idées. Comme ce Fender Rhodes solitaire qui porte à bout de bras Hooded Procession (Read the Names Aloud), dernier thème épuré à l’extrême de ce grand disque qui regarde aussi bien loin devant que loin derrière… Tout est dit dans la dernière phrase des notes de pochette signées du saxophoniste Archie Shepp : “This is the Cat !” © Marc Zisman/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Blue Note (BLU)

Un disque d’une richesse impressionnante où son quintet élargit considérablement sa palette musicale. Le trompettiste et compositeur Ambrose Akinmusire revient avec ce nouvel album, The Imagined Savior is The Easier to Paint, bénéficiant de la contribution du guitariste Charles Altura, du OSSO String Quartet et des chanteurs Becca Stevens, Theo Bleckmann et Cold Specks. The Imagined Savior is The Easier to Paint vient confirmer les promesses dont était porteur, When The Heart Emerges Glistenin, le précédent album d’Akinmusire, son premier pour Blue Note, qui avait déjà remporté un succès considérable. Sur ce nouvel album, qu’il a produit lui-même, Ambrose Akinmusire fait subtilement évoluer sa musique en plaçant moins l’accent sur ses époustouflants solos que sur ses compositions (douze des treize que contient l’album sont de son cru), toujours soucieux de laisser suffisamment de place à son groupe pour s’exprimer et improviser. © JMP/Qobuz
CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2007 | Fresh Sound Records

CD13,49 €

Jazz - Paru le 12 juin 2020 | Blue Note Records

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 14 septembre 2018 | Blue Note Records

Hi-Res

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | Blue Note (BLU)

Téléchargement indisponible

L'interprète

Ambrose Akinmusire dans le magazine
  • 75 bougies pour Joni
    75 bougies pour Joni Quand Norah Jones, Diana Krall, Rufus Wainwright et bien d'autres fêtent les 75 ans de la grande Joni Mitchell sur scène...
  • Ambrose Akinmusire, un souffle fou
    Ambrose Akinmusire, un souffle fou Le trompettiste signe un album mêlant jazz, soul, musique contemporaine, spoken word et funk !
  • Ambrose Akinmusire : interview vidéo Qobuz
    Ambrose Akinmusire : interview vidéo Qobuz A l’occasion de la sortie de "The Imagined Savior is Far Easier to Paint" chez Blue Note Records
  • La Minute Qobuz #28
    La Minute Qobuz #28 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale : 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Johnny Cash, Aloe Blacc, Ambrose Akinmusire, Edgar Moreau, Melingo et, pour la séquence Rét...
  • Gros pistons
    Gros pistons L’étonnant trompettiste Ambrose Akinmusire est LA révélation hard bop du moment…
  • Ambrose Akinmusire, souffle
    Ambrose Akinmusire, souffle Le 17 mai, le trompettiste de jazz californien Ambrose Akinmusire est en concert à Paris à la Maison des Cultures du Monde.