Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alfred Brendel

 


Issu d’une famille allemande non musicienne établie en Moravie où il naît le 5 janvier 1931 (à Wiesenberg, actuellement en République tchèque), Alfred Brendel est un musicien qui se distingue par sa culture. Ayant commencé le piano à six ans à Zagreb, il poursuit sa formation au conservatoire de Graz où il prend des cours de composition avec Arthur Michl. C’est dans cette ville qu’il donnera, à l’âge de dix-sept ans, son premier récital (Bach, Brahms, Liszt). Certes, le jeune homme consacre beaucoup de temps à la musique mais comme il est très organisé et d'un naturel curieux, il en trouve encore suffisamment pour se plonger dans la poésie (quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Luciano Berio), la littérature et la peinture, et même les mathématiques (doctorat). Plus tard, la philosophie l’occupera également (il publiera même des recueils).


À l'en croire, certaines qualités lui font défaut : « Je ne suis pas un bon déchiffreur de partition, ni doué d’une mémoire phénoménale… Durant ma jeunesse, ma carrière n’était pas sensationnelle, elle progressait petit à petit ». En partie autodidacte, Alfred Brendel s’est surtout formé par les master classes de Paul Baumgartner, Eduard Steuermann (élève de Ferruccio Busoni) et l’écoute de grands maîtres tels Artur Schnabel et Alfred Cortot, ainsi que Wilhelm Kempff qu'il cite souvent et surtout Edwin Fischer pour lequel il nourrit la plus grande admiration.


En revanche, il veut bien se reconnaître quand même une acuité aiguë de l’oreille propre à saisir toutes les voix, que lui ont apportée la composition et le contrepoint — « l’une de mes forces » dit-il. Mais pourquoi, alors, avoir si peu abordé Bach ? Paradoxe, certes, que Brendel explique par son désir de ne pas s’éparpiller pour mieux approfondir certains domaines ; mais aussi en raison de la "splendeur" des Bach d'Edwin Fischer — "une combinaison de sincérité extrême et de simplicité" et "quelle imagination étonnante !" — et de l'émergence des interprétations dites "historiques". Si son répertoire s’étend de Bach à Schönberg, le pianiste gardera toujours une inclination toute particulière pour Beethoven et Schubert. 


En 2008, une arthrose de plus en plus handicapante soustraira à la scène ce pianiste magnifique. Heureusement, ses nombreux enregistrements sont toujours là pour le faire vivre et rendre compte de la sérénité, de la simplicité et de la profondeur de son jeu d’une perfection absolue, et de son toucher percutant qui n'empêche pas un lyrisme éloquent.


© Qobuz 2016 (GG)


 


 


 

Lire plus

Discographie

220 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 11
1 sur 11

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums