Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Rock - Paru le 5 février 2021 | New West Records

Hi-Res
Aaron Lee Tasjan c’est un peu la connexion Tom Petty/Jeff Lyne du rock’n’roll. Celle des lettrés qui assument à 100.000% leurs influences sixties. En 2016, avec l’album Silver Tears, on découvrait l’artisan doué d’un traité impeccable navigant entre folk nerveux, country rock, pop solaire et soft rock. Le disque d’un natif de l’Ohio installé à Nashville, influencé par des gens de goût et experts en mélodie tels que Tom Petty donc mais aussi Harry Nilsson, Randy Newman, James Taylor, les Raspberries d'Eric Carmen, les Cars de Ric Ocasek voire Willie Nelson. Un peu de piano ici, quelques arpèges de guitare là et surtout des refrains sucrés souvent imparables. Deux ans plus tard, Karma for Cheap avec des mélodies catchy et des guitares ensorceleuses, le faisait légèrement riper vers les Beatles… Plus McCartney que Lennon, Tasjan enfonce à nouveau le clou Petty/Lyne (tendance Traveling Wilburys) sur ce Tasjan! Tasjan! Tasjan!. Mais comme le garçon a désormais pas mal de bouteille, ses obsessions passéistes sont davantage le carburant de sa créativité plutôt que son frein. Surtout que cette cuvée 2021 sonne bien 2021 ! Avec des compositions encore plus soignées et maîtrisées, Aaron Lee Tasjan surpasse ses précédents albums. Sur Another Lonely Day qui fleure bon le Elliott Smith, il rend contemporaines ses préoccupations personnelles. Du classique qui ne sent jamais la naphtaline ou la poussière. Au contraire. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 octobre 2016 | New West Records

Pigiste guitariste pour de nombreuses crèmeries (New York Dolls, Drivin' n' Cryin', Elizabeth Cook…), Aaron Lee Tasjan se transforme en fan de rock seventies quand il s’agit d’œuvrer sous son nom. Avec Silver Tears, ce natif de l’Ohio installé à Nashville signe un traité navigant entre folk nerveux, country rock, pop solaire et soft rock, un disque influencé par des gens de goût et experts en mélodie tels qu’Harry Nilsson, Randy Newman, James Taylor, Tom Petty, Willie Nelson voire les Traveling Wilburys. Un peu de piano ici, quelques arpèges de guitare là et surtout des refrains solides, l’album d’Aaron Lee Tasjan semble indolore de prime abord mais, au fil des écoutes, impose la qualité de son artisanat. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Rock - Paru le 27 novembre 2020 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 mars 2014 | Rockwood Music Hall Recordings

A partir de :
CD11,99 €

Rock - Paru le 31 août 2018 | New West Records

A partir de :
CD9,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 août 2019 | New West Records

A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Rock - Paru le 27 octobre 2020 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 août 2018 | New West Records

« Comment je pourrais me comparer aux Beatles ? Ils ont changé le monde et moi, je ne sais même pas changer un pneu… » Aaron Lee Tasjan est assez lucide – et drôle – quant à son obsession pour les Fab Four. Obsession qui transpire de Karma for Cheap, savoureuse sucrerie sixties avec refrains qui tuent, guitares ensorceleuses et mélodies catchy. En quelques années, Nashville est devenu un aimant à freaks en tous genres. Un îlot salvateur où l’on croise aussi bien des cow-boys de l’espace et des artisans d’une pop à l’ancienne comme ce Tasjan originaire de l’Ohio et qui y a jeté l’ancre en 2013.Le genre d’irréductible qui préfère se réécouter pour la 458e fois l’intégrale des albums Pye des Kinks que de se tenir au jus de toutes les productions quasi mensuelles de Kanye West et Drake réunis… Plus McCartney que Lennon, Aaron Lee Tasjan avait intrigué en 2016 avec Silver Tears, joli disque influencé par des gens de goût comme Harry Nilsson, Randy Newman, James Taylor, Tom Petty, Willie Nelson et les Traveling Wilburys. Un peu de piano ici, quelques arpèges de guitare là et surtout des refrains en béton armé, cet ancien pigiste guitariste dans diverses crèmeries (New York Dolls, Drivin' N Cryin', Elizabeth Cook…) affichait déjà une certaine classe. Plus cru, plus mordant et plus pêchu, son troisième album lorgne aussi vers Bowie, Badfinger, Tom Petty voire Oasis, et pourra servir de doudou rock’n’roll régressif pour affronter le froid hivernal… © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Rock - Paru le 25 décembre 2020 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
CD1,49 €

Country - Paru le 16 septembre 2016 | New West Records

A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Rock - Paru le 11 décembre 2020 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Rock - Paru le 13 janvier 2021 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 juillet 2019 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Rock - Paru le 10 août 2018 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Rock - Paru le 22 juin 2018 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Rock - Paru le 20 juillet 2018 | New West Records

A partir de :
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Country - Paru le 16 septembre 2021 | Royal Potato Family

Hi-Res
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 octobre 2016 | New West Records

Hi-Res
A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 octobre 2016 | New West Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 août 2016 | New West Records