Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

194 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 décembre 2019 | Passacaille

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2019 | Aeolus

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Après quatre siècles, les retrouvailles entre un instrument historique — le clavicythérium magnifiquement conservé du musée de Nuremberg — et les répertoires faits pour lui : des tablatures bavaroises du XVIIe siècle naissant, à la croisée d'une tradition germanique déjà multiséculaire et de l'école italienne florissante. [...] Canzone, ricercari, danses et lieder de Hans Leo Hassler, Jacob Paix ou Johann Staden offrent une riche variété de caractères, que la palette colorée du clavecin vertical rend éclatants. [...] Le toucher subtil de l'interprète illumine ces mille facettes. [...]» (Diapason, mai 2020 / Jacques Meegens)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 2019 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Un tour d'Europe de la toccata sur quatre trésors de la facture instrumentale (deux italiens, un flamand et un allemand), confirme la force tranquille du claveciniste couronné au Concours de Clavecin de Bruges en 2018. Le programme de son premier récital en solo marque une certaine originalité. Il donne un aperçu représentatif de la production de onze compositeurs. [...] Sous ses doigts, une tournure impérieuse n'a pas le même sens chez Weckman ou Froberger, la rhétorique de Buxtehude n'est pas celle de Bach. [...] La tranquille hauteur de vue et la pertinence de la conduite musicale révèlent un artiste hors du commun — qu'il faudra suivre.» (Diapason, janvier 2020 / Philippe Ramin)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
Commencé au début des années 2000, le périple du formidable Pierre Hantaï dans le monde de Domenico Scarlatti se poursuit inlassablement. Après une pause de plus de dix années consécutive au troisième volet, le claveciniste proposait enfin en 2016 un quatrième volume, et voici que cet automne voit fleurir le sixième, une nouvelle fois superbement enregistré à Haarlem aux Pays-Bas par Nicolas Bartholomée. Pierre Hantaï prend son temps pour construire au fil du temps la plus parfaite anthologie de l’œuvre pour clavier de Scarlatti. Ici, il propose des sonates peu célèbres, et son clavier exalte toujours la profonde force rythmique de cet univers : les lignées acérées jaillissent, la tension harmonique éclate en permanence, les couleurs novatrices se dévoilent sans heurts, et l’art de toucher l'instrument – sublime – demeure renversant, avec une main gauche enivrante. Les cinq premières sonates de cette nouvelle livraison, d’allure assez rapide, forment un ensemble représentatif d’un Scarlatti assez intransigeant, avant que ne survienne un moment de plus grande gravité et de méditation, avec la (très) très belle Sonate en fa mineur, K. 69 ; les sonates qui l’entourent, virtuoses, K. 502 et K. 43 – quelle main gauche volatile ! – ont des carrures rythmiques absolument marquées. Changement de style et d’ambiance avec la Sonate en ut majeur, K. 384, dont Pierre Hantaï souligne le ton « français », tendre, et en même temps la modernité presque classicisante, qui dépasse même les plus audacieuses pages de Soler. Fascinant ! Si les sonates de caractère tendre (K. 550, K. 544) distillent, dans leurs « épanchements », un arrière-goût d’amertume légèrement plus relevé que dans les précédents volumes, ce qui continue de surprendre avec Hantaï dans ce répertoire reste sa recherche prolongée d’un sentiment avant tout « hispanique » — une Espagne en transe idéalisée, envoûtante et majestueuse, où, dans une lumière aveuglante, les rythmes s’entrechoquent, les contrastes d’accents et de registres s’hypertrophient. Espérons que Pierre Hantaï n’attende pas désormais dix années pour nous livrer le septième volume ; indéniablement, ces Scarlatti-là demeureront l’une des aventures les plus excitantes, les plus nécessaires sur le plan discographique en ce XXIe siècle débutant. Un univers, un style, un son et un jeu captés à la perfection. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
CD12,49 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
« Ce programme singulier évoque les années d'apprentissage de Claudio Abbado, ses premiers contacts avec le public et surtout le rôle éminent tenu par son père au sein de la vie musicale milanaise des années 1950. Claudio enregistre le Concerto en sol de Cambini en 1955, quelques mois après l'avoir joué devant Toscanini. Il tenait alors le clavecin au sein de l'Orchestra d'archi di Milano, le bel ensemble de chambre fondé par Michelangelo Abbado [...] Il exécutait souvent les concertos de Bach pour deux, trois et quatre claviers, sur pianos modernes, avec ses amis Ballista et Canino. Premier disque entièrement consacré aux concertos pour violon de Tartini : Abbado fils enregistrait pour la première fois en tant que chef. Le jeu naturel, lumineux, sans emphase, la maîtrise instrumentale immaculée, la sensation de permanente facilité de Gulli n'ont pas pris une ride. Claudio trouve le juste équilibre entre lyrisme, humilité expressive et vitalité ryhtmique sans arrogance. À redécourir.» (Diapason, novembre 2019 / Roger-Claude Travers)
CD13,49 €

Classique - Paru le 26 juillet 2019 | Brilliant Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 14 juin 2019 | Cedille

Hi-Res
CD33,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
Trente ans après sa mort prématurée, le claveciniste et organiste américain Scott Ross est toujours présent dans le cœur des mélomanes. Son nom reste attaché à l’enregistrement marathonien des cinq cent cinquante-cinq sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti qu’il avait réalisé pour les Disques Erato. C’est sur cette lancée que Scott Ross avait entrepris l’enregistrement de l’intégrale des œuvres pour clavier (clavecin et orgue) de Johann Sebastian Bach, mais la grande faucheuse en a décidé autrement. Cette nouvelle publication-hommage reprend les enregistrements existants en les complétant avec des inédits provenant des radios françaises, suisses et canadiennes, et comprend des concerts ou enregistrements à la fois au clavecin et à l’orgue. Cet ensemble disparate trouve sa cohérence par la remastérisation des diverses sources due à Christophe Hénault, du Studio Art & Son. Le bonheur de retrouver le jeu intense, fantasque et coloré de Scott Ross comblera tous ses nombreux admirateurs qui le retrouveront en solo, mais aussi en duo avec son ancienne professeure Huguette Grémy-Chauliac ou encore avec l’ensemble Mosaïques sous la direction de Christophe Coin. © François Hudry/Qobuz
CD6,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason
C'est l'éditeur musical Pierre Attaingnant (v.1494-1551) qui, en 1531, a publié les toute premières éditions de musique au clavier de son époque (Pistes 1-30). Un seul exemplaire de chacun de ces sept volumes minuscules mais d'une importance primordiale nous est parvenu, formant un ensemble dans lequel sont rassemblés des arrangements anonymes de chansons, motets ou danses en vogue sous le règne de François Ier. Suivent (Pistes 31-38) d'autres pièces aussi du répertoire français pour clavier du XVIe siècle, qui ne sont pas issues de l'édition Attaingnant. Tous ces recueils montrent que la France était à la pointe des développements dans ce domaine. Glen Wilson a corrigé les innombrables erreurs de ces sources originales avec un sens stylistique très sûr. © Naxos / Qobuz« [...] Attaingnant indique que ses recueils sont destinés à l’orgue, l’épinette (virginal), le manicordion (clavicorde) « et telz semblables instrumentz ». L’interprète a renoncé à la variété, et profité de la libéralité de l’éditeur pour proposer un unique clavecin. [...] L'instrument est fort beau. Le principal atout de ces arrangements est de se fonder sur de l’excellente musique, notamment les chansons de Sermisy et Janequin. [...] (Diapason, juillet-août 2019 / Vincent Genvrin)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 avril 2019 | Passacaille

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Globe

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
« [...] Déplacer un répertoire pianistique vers le clavecin est un exercice délicat, menacé par le kitsch involontaire et l'exotisme anecdotique. Le Concerto d'Horovitz est la seule pièce du programme conçue pour son instrument — Patrick Ayrton s'y entoure d'un petit ensemble de cordes. Dans quelques tubes du jazz classique, Ayton s'impose par une aisance à toute épreuve (délicieux Erroll Garner, et très canaille Artie Shaw à la fois chanté... et sifflé !). Ses retouches sont astucieuses, telle cette spectaculaire Marche royale de l'Histoire du soldat, totalement convaincante. [...] Le Jazz Concerto, d'une ambition étonnante, utilise dans l'Allegro initial un langage néoclassique, où le clavecin nuance un discours calé au millimètre. Le jeu de l'ensemble Les Inventions ne manque ni d'humour ni de précision. [...] Une belle réussite dans un genre difficile. » (Diapason, septembre 2019 / Philippe Ramin)
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2019 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Frescobaldi réunit brillamment improvisation et architecture. Des qualités qui résonnent avec la discographie du claveciniste défricheur Christophe Rousset, dont les choix de répertoire et d’interprétation tiennent autant de l’aventure que de la réflexion la plus savante. Chez Frescobaldi, la science du contrepoint va en effet de pair avec un art consommé du chant, hérité du madrigal italien, et la souplesse du discours met toujours en valeur la virtuosité de ses compositions. Le magnifique clavecin original de la fin du XVIe siècle sur lequel Christophe Rousset a enregistré ces Toccatas et Partitas restitue à la perfection le caractère pionnier de ce Premier Livre de Pièces de clavier le catalogue du compositeur. Si la verdeur de certaines harmonies modales tient de l’ancienne manière, la libre pulsation et la subtilité des mélodies en font un maître incontestable du Baroque, admiré de l’Italie à la France en passant par l’Allemagne : on dit que Bach lui-même possédait une copie de ses Fiori musicali ! Ce nouvel album de Christophe Rousset sonne comme une défense et illustration de l’art du clavecin, servi depuis ses origines par des musiciens dont les audaces expressives rappellent, en peinture, les toiles du Caravage, contemporain de Frescobaldi. © Aparté
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 mars 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Deux ans après la parution d’un premier volume consacré au Premier Livre du Clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach, Céline Frisch présente aujourd’hui le deuxième cahier de cette œuvre emblématique. Bach composa le Deuxième Livre vingt-deux ans après le premier, en 1744. Ces deux volumes ne seront toutefois imprimés qu’en 1801 et inspireront de nombreux compositeurs au fil des siècles. Après une série d’enregistrements avec l’ensemble Café Zimmermann dont elle est la co-fondatrice, la claveciniste revient en solo avec un programme puisé dans sa musique de chevet. A travers ces préludes et fugues, elle nous rappelle qu’au-delà d’un exercice technique, Le Clavier bien tempéré est aussi une œuvre de pur plaisir, comme une constante redécouverte. « Jouez fréquemment les fugues des bons maîtres, particulièrement celle de Jean-Sébastien Bach. Faites votre pain quotidien de son Clavier bien tempéré », déclarait Schumann. © Alpha Classics
CD6,99 €

Musique de chambre - Paru le 8 février 2019 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 25 janvier 2019 | ATMA Classique

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
CD8,09 €

Classique - Paru le 28 décembre 2018 | Brilliant Classics

Livret
CD49,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 novembre 2018 | Alpha

Livret Distinctions 5 de Diapason
En 16 CD Alpha retrace l'aventure du Café Zimmermann à l'occasion du vingtième anniversaire de l'ensemble instrumental. Parmi les albums emblématiques réunis dans ce portrait discographique se glissent les Variations Goldberg de Céline Frisch, unanimement louées lors de leur parution en 2001.
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Le Choix de France Musique - 5 étoiles de Classica
Fidèle à lui-même, le claveciniste Jean Rondeau nous offre encore un brûlot musical. De sa lecture de cette quinzaine de Sonates de Scarlatti se dégage une sauvagerie de tous les instants, sauvagerie poétique, comme s’il venait de les inventer en même temps qu’il les enregistrait – or, non, non, ce sont bien les exactes sonates de l’exact Scarlatti ! Par contre, ce qui est facétieusement apocryphe, c’est – dans le livret d’accompagnement – la lettre de Domenico à la reine doña Marie-Barbara de Bragança, qui fut son élève dès 1720 et qu’il suivit lors de son mariage royal à la cour espagnole ; c’est, semble-t-il, pour elle qu’il écrivit ses quelque cinq-cent-cinquante-cinq sonates, c’est dire qu’il avait trouvé une élève digne de son génie. Apocryphe aussi la farce de la neuvième piste, que Rondeau propose au titre de respiration entre les deux « parties » de son programme : c’est là une rigolote petite improvisation de fausses notes, de clusters, bref, de quoi nettoyer les oreilles entre deux scarlattismes. L’instrument lui-même qu’il utilise ne manquera pas d’étonner ; il s’agit d’un clavecin « d’après des modèles allemands », sans plus de précision, construit en 2006 par Jonte Knif & Arno Pelto ; sonorité richissime, d’une couleur assez inhabituelle, qui donne à penser qu’il ne suffit pas simplement d’appuyer sur les touches d’un clavecin pour les faire sonner. Et Rondeau, avec sa technique si personnelle, rend son clavecin réellement unique, tout en donnant la sensation que c’est là de la musique hyper-moderne d’un compositeur qui se serait amusé à fabriquer du faux baroque ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le premier volume de l’intégrale s’ouvre avec L’art, que Cerasi donne sur une copie d’un Ruckers anversois de 1624 ; il se poursuit avec le Premier Livre qui occupe également les deuxième et troisième volumes. Ce livre comprend cinq ordres ; il fut publié en 1713, même si plusieurs des pièces qu’il contient avaient été écrites des années auparavant. Pour le Premier Livre, Carole Cerasi joue un clavecin anversois d’Andreas Ruckers, construit en 1636 et ravalé en 1763 à Paris par Henri Hemsch : une sonorité franco-flamande donc. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Les volumes 4, 5 et la première moitié du 6e comportent tout le Second Livre, publié en 1717. Ses sept ordres, de taille très variable, contiennent quelque pièces devenues célèbres en-dehors de leur contexte : Les Moissoneurs et surtout Les Baricades Mistérieuses. Quant aux Bergeries, Anna Magdalena Bach l’avait inclus dans son Clavierbüchlein datant de 1725, preuve que Bach tenait Couperin en très grande estime. On trouve aussi dans le Onzième Ordre le morceau satirique Les Fastes de la Grande et Ancienne Mxnxstrxndxsx, une farce de Couperin dans laquelle il convient de lire « Ménéstrandise ». Il s’agissait là d’une confrérie de musiciens fondée en 1321, qui tenta d’imposer une taxe sur les musiciens qui n’en faisaient pas partie, dont les clavecinistes. Couperin fit partie de ceux qui protestèrent devant le Roi et la Ménéstrandise fut dissoute. Le Deuxième Livre est partagé entre deux clavecins, une copie d’un instrument parisien d’Antoine Vater (1738) et à nouveau la copie du Ruckers de 1624 qui avait servi pour L’Art de toucher le clavecin. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)

L'instrument

Clavecin dans le magazine
  • Blandine Verlet s'éclipse...
    Blandine Verlet s'éclipse... Disparition d'une grande claveciniste totalement libre et à part...
  • Justin Taylor : interview & session Qobuz
    Justin Taylor : interview & session Qobuz Rencontre et session avec le jeune et talentueux claveciniste français qui publie La Famille Forqueray: Portrait(s), un premier album qui parait chez Alpha.
  • Elisabeth Joyé, une rencontre-podcast
    Elisabeth Joyé, une rencontre-podcast Discrète mais essentielle, Elisabeth Joyé raconte la recherche de toute sa vie : les nuances au clavecin. Rencontre.
  • Pierre Hantaï & Skip Sempé : interview vidéo Qobuz
    Pierre Hantaï & Skip Sempé : interview vidéo Qobuz Deux clavecinistes majeurs se retrouvent au disque autour de Rameau. L’occasion de parler de leurs parcours, de leur rapport au répertoire et à la musique enregistrée sans oublier d’évoquer la mémo...
  • Benjamin Alard au Salon Crébillon
    Benjamin Alard au Salon Crébillon Le claveciniste et organiste Benjamin Alard était l'invité du Salon Crébillon le 20 juin dernier, à la librairie baroque L'Autre Monde à Paris. Il présente sa prochaine saison à l'église Saint-Loui...
  • Blandine Verlet, une rencontre-podcast
    Blandine Verlet, une rencontre-podcast Grande claveciniste à la conception hors normes de la musique, Blandine Verlet publie un nouvel enregistrement consacré à François Couperin, son « ami de toute une vie ». Cette amitié, sa vie et to...
  • Blandine Verlet, retour à Couperin
    Blandine Verlet, retour à Couperin A l’occasion de la sortie de son nouvel album consacré à François Couperin chez Aparté, la grande claveciniste Blandine Verlet donnera un récital exceptionnel à l’Église des Billettes le 29 mai.
  • Retour à Couperin
    Retour à Couperin La claveciniste Blandine Verlet enregistre pour Aparté…
  • Gustav Leonhardt aux Bouffes
    Gustav Leonhardt aux Bouffes Le 12 décembre, le grand claveciniste hollandais est en concert au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris pour un récital Bach, Purcell, Ritter, Fischer, Böhm, Duphly et Rameau.
  • Hantaï et Sempé, un duo pour Rameau
    Hantaï et Sempé, un duo pour Rameau Le 25 mars, Pierre Hantaï et Skip Sempé sont à la Cité de la Musique pour la transcription inédite pour deux clavecins de la Suite des Indes galantes de Rameau.