Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Comment bien choisir ses enceintes ?

Par Alban Amouroux |

Le cœur de tout système Hi-Fi est représenté par les enceintes. C’est le dernier maillon de la chaîne, celui qui reproduit les ondes sonores arrivant jusqu’à vos oreilles. Les enceintes sont donc la pièce maîtresse, d’où la nécessité de bien faire son choix. Dans tous les cas, la signature de votre système sera avant tout celle de vos enceintes. Alors comment ne pas se tromper ? En suivant nos conseils pour bien choisir vos enceintes.

Écoutez toujours avant d’acheter

Vous êtes à la recherche de nouvelles enceintes. C’est peut-être pour créer votre première installation Hi-Fi. Suite à un déménagement, la nouvelle pièce dédiée à l'écoute musicale est plus grande, ou plus petite et les enceintes ne sont plus adaptées. Ou vous avez tout simplement décidé de faire évoluer votre système. Le premier piège à éviter est celui du choix fondé sur l’esthétique visuelle. Il est tentant d’acheter des enceintes tout simplement parce qu’elles sont sublimes et qu’on les imagine déjà dans le salon. Le risque de déception est grand. Premier conseil : vous ne devriez jamais acheter une paire d’enceintes sans l’avoir écoutée auparavant. Au minimum dans une boutique, au mieux suite à un prêt pour une démonstration à domicile.

Si le but de tout système Hi-Fi est de retranscrire la musique au plus proche la réalité, chaque enceinte prend un chemin différent. Il n’y a pas réellement d’enceintes dédiées à la musique classique ou d’autres au rock : il en existe certaines plus à l’aise dans un genre ou dans un autre. Une nouvelle fois, rien ne remplace une écoute pour vous faire votre propre idée. De plus, il y a des pièges. Certaines petites enceintes bibliothèque délivrent plus d’énergie que des colonnes trois fois plus imposantes. La taille d’une enceinte et le nombre de haut-parleurs visibles en façade ne permettent pas de se faire une idée suffisante de sa signature sonore à l’avance.

Cependant, il ne faut pas balayer aussi vite cette question du design, du coloris et de la finition. Les enceintes, qu’elles soient petites ou massives, ont un impact sur votre intérieur. Il est compliqué d’acheter des enceintes uniquement parce qu’elles nous ont plu à l’écoute alors que l’on ne les apprécie pas visuellement. Il faut donc étudier l’offre et cerner ses goûts : un format plutôt haut ou plutôt large, aux formes arrondies ou aux arêtes saillantes, un placage bois – et quel type de bois –, un coloris mat ou une peinture brillante. Certaines marques peuvent appliquer la couleur de votre choix sur leurs enceintes, contre un surplus visant essentiellement des modèles haut de gamme.

Ensuite se pose la question du budget. Il y aura toujours une limite haute qui vous interdira l’accès à certains modèles de rêve. Les enceintes représentent le poste principal d’un système Hi-Fi mais il faut éviter les déséquilibres. Il sera difficile de tirer le meilleur de grosses colonnes à plusieurs dizaines de milliers d’euros avec un petit amplificateur à 500 euros par exemple. Il existe toujours des associations inattendues réussies, mais globalement, on peut édicter la règle du 50/50 : 50 % du budget dans les enceintes, 50 % dans les électroniques. Ce n’est pas une règle immuable, elle devrait simplement vous éviter les déconvenues des associations impossibles.

Ensuite, les enceintes doivent être adaptées à la pièce d’écoute. Même si vous adorez les grandes colonnes de 1,60 m de haut, elles seront peu à leur aise dans une pièce de 15 mètres carrés. Il en va de même pour les petites enceintes de bibliothèque discrètes qui auront du mal à sonoriser un grand salon. Il faut savoir rester raisonnable et s’orienter vers le bon format pour votre pièce. Nous vous renvoyons à ce sujet vers notre article précédent : Comment (bien) placer ses enceintes dans son salon Hi-Fi.

Écoutez toujours les enceintes avant de les acheter
Choisissez des enceintes cohérentes avec votre budget et les dimensions de votre pièce

Les enceintes passives

Les enceintes dites « passives » nécessitent un amplificateur intégré ou un bloc de puissance pour les faire fonctionner. La seule connexion disponible est le bornier pour câble haut-parleur. C’est le type d’enceinte le plus classique, bien que l’offre se soit énormément diversifiée ces dix ou vingt dernières années vers d’autres propositions détaillées plus loin.

Les enceintes de bibliothèque

L’enceinte de bibliothèque est le plus petit modèle. Il en existe vraiment des minuscules, de moins de 15 cm de côté. Évidemment, elles seront limitées dans les basses fréquences et devront être accompagnées d’un caisson. Plus classiquement, une enceinte de bibliothèque fonctionne en deux voies, avec un tweeter pour les fréquences aiguës et un woofer pour le médium et le grave. Ce dernier mesure entre 10 et 20 cm de diamètre. La bibliothèque est un bon compromis performance/encombrement. Elle peut se poser sur un meuble ou des étagères. Elle n’a pas forcément besoin d’énormément de puissance, bien qu’il y ait toujours des exceptions.

Les enceintes colonnes

Les colonnes sont souvent élancées. Elles démarrent à 80 cm jusqu’à dépasser les 2 mètres pour les plus grandes. Les petites enceintes colonnes demandent à peine plus de place qu’une paire d’enceintes de bibliothèque performantes. Comme ces dernières, les colonnes existent en version simple à deux voies tweeter/woofer. Plus elles s’agrandissent, plus il y a de place pour multiplier les haut-parleurs, surtout dans le grave où se joue la différence. Avec un grand volume de charge, il y a la possibilité de descendre dans les basses fréquences de façon performante jusqu’à rendre le caisson de grave superflu.

Les monitors

Passés de mode depuis les années 80, les monitors sont ces enceintes parallélépipédiques sans grande recherche esthétique, dérivées des enceintes dites de monitoring dédiées aux studios professionnels. Les marques américaines sont spécialisées dans ce domaine. Après avoir quasiment disparu, elles sont de retour en force chez les mêmes fabricants qui les ont toujours supportées. Leur esthétique assez massive correspond à un état d’esprit vintage. Car elles font penser immédiatement à des enceintes des années 70. C’est bien entendu volontaire. Une bonne façon d’associer des enceintes récentes à des électroniques vintage pour une cohérence esthétique.

Les enceintes amplifiées

Les enceintes amplifiées embarquent l’électronique de puissance afin de supprimer un appareil dans la chaîne. Étant commercialisées comme un tout, elles sont construites avec une amplification interne parfaitement adaptée à l’enceinte. Cela évite le casse-tête de l’association du bon ampli avec les bonnes enceintes. Certaines de ces enceintes sont seulement amplifiées, tandis que d’autres intègrent une connectique complète pour relier des sources externes, se connecter en wi-fi ou en Bluetooth.

Les enceintes actives

Les enceintes actives se branchent sur le courant. Le plus souvent, l’enceinte maîtresse embarque l’amplification stéréo des deux enceintes et doit se brancher sur une prise de courant. L’enceinte esclave se raccorde à l’enceinte maîtresse via un câble haut-parleur ou un cordon propriétaire. Les trois formats principaux d’enceintes passives existent en version active, mais pas chez tous les fabricants – loin de là car cette catégorie est encore peu développée.

Les enceintes connectées

L’enceinte connectée est une enceinte active capable d’accéder au réseau, via une connexion filaire Ethernet ou sans fil en wi-fi. Elle intègre un streameur lui permettant de lire directement la musique dématérialisée sans aucun autre appareil. Elle accède par exemple à votre bibliothèque de fichiers musicaux, aux webradios et aux services tels que Qobuz. Ces enceintes sont parfaitement autonomes. Elles existent en tout-en-un mono ou stéréo, également par paires. Ce sont habituellement des enceintes plutôt compactes, faciles à installer.

Les enceintes de monitoring

Les enceintes dédiées aux professionnels de la musique sont la plupart du temps des enceintes actives. Elles sont appelées « de monitoring » car leur objectif est de superviser (monitorer) le son pour la création musicale, l’enregistrement et la production. Ce type d’enceinte est habituellement très transparent. L’ingénieur du son doit pouvoir entendre tous les détails, sans aucun artifice ni parti pris. L’écoute est particulière mais elle trouve de plus en plus sa place dans nos intérieurs. Les enceintes de monitoring présentent rarement une esthétique agréable, mais elles ont le mérite d’aller à l’essentiel. De plus en plus de passionnés et d’audiophiles trouvent dans ces enceintes des réponses à la recherche de la reproduction musicale idéale dans leur salon.

Les modèles particuliers

Il existe d’autres familles d’enceintes qui s’adressent à des usages spécifiques. Certaines possèdent des contraintes d’installation fortes. D’autres présentent une façon de reproduire le son très spécifique ne plaisant pas à toutes les oreilles. Elles ont le mérite de diversifier l’offre pour ceux ne trouvant pas satisfaction dans l’offre d’enceintes traditionnelles, qu’elles soient passives ou actives.

Les panneaux

Les panneaux sont des enceintes souvent imposantes où les haut-parleurs de médium/aigu prennent l’apparence de grandes grilles cachant des transducteurs à rubans. Elles sont complétées dans les basses fréquences par un haut-parleur classique. La musique reproduite par ces enceintes est vraiment différente de ce que proposent les enceintes classiques : à la fois plus rapide mais aussi plus diffus. Le résultat ne plaît pas forcément à tous.

Les enceintes à haut rendement

Elles demandent des connaissances pointues mais aussi de la place. Le haut rendement est souvent indissociable de haut-parleurs de grave de grand diamètre et de médium/aigu associé à des pavillons tout aussi imposants tel qu’on les voit sur les enceintes de concert. Ces enceintes sont rares à la vente, les passionnés préfèrent les construire et les mettre au point eux-mêmes. Elles sont totalement à l’opposé du plug & play.

Les encastrables

Enfin, il reste la famille des enceintes encastrables. Comme leur nom l’indique, elles s’installent directement dans les murs. C’est très pratique lorsque l’on manque de place mais peu envisageable si on est locataire. Les constructeurs proposent des modèles de plus en plus haut de gamme dérivés de leurs meilleures enceintes colonnes. Comme si celles-ci rentraient dans les murs. Les performances sont bien au rendez-vous, l’encombrement au sol en moins.

Des enceintes pour tous les goûts

L’offre est suffisamment large pour répondre à tous les besoins et à toutes les envies en termes de format, de finition et de signature sonore. Il est facile aussi de s’y perdre. Nous ne répéterons donc jamais assez d’aller écouter vos futures enceintes avant l’achat : il n’y a pas d’enceinte universelle plaisant à tout le monde. Vous pourrez ainsi découvrir les différents formats détaillés dans cet article et peut-être opter pour un type d’enceinte auquel vous n’aviez pas pensé initialement. Rappelez-vous de rester raisonnable et cohérent en termes de budget par rapport au reste du système et en taille vis-à-vis de l’espace d’écoute disponible.