NuForce AVP-18 : Qobuzissime pour un processeur audio-vidéo multicanal bien né !

Nous en rêvons si fort depuis des années que NuForce a dû nous entendre en réalisant ce processeur audio vidéo AVP18, pas trop cher, pas trop volumineux, en tous cas moins que la (maigre) concurrence, équipé d'entrées HDMI et sur lequel on pourra brancher les amplificateurs de son choix, voire des enceintes actives. Le pied !

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 20 septembre 2013
Réagir
Qobuz

La reproduction du son multicanal, qui a été rendue possible par l'apparition du DVD pouvant stocker des films et de l'audio sur plusieurs voies discrètes, ne s'est jamais imposée dans le domaine de la Haute-Fidélité malgré la tentative (avortée) du DVD Audio, et celle (semi-réussie) du SACD qui utilise un DVD comme support.

Des amplificateurs pour cinéma domestique ont ainsi vu le jour en nombre pendant une longue période et continuent leur bonhomme de chemin.

Les innombrables possibilités offertes par les différents codages audio ou encore par la génération d'effets d'ambiance sonore, ainsi que l'apparition de nouveaux type de raccordement pour la vidéo (composantes séparées ou liaison numérique DVI issue de l'informatique) durant ces années fastes ont immanquablement conduit à une forme de gigantisme plus ou moins généralisé et déplacer certains de ces appareils s'apparentait parfois à de l?haltérophilie et leur raccordement aux autres éléments ressemblait souvent à un jeu de piste parmi une foultitude de connecteurs hétéroclites.

Les choses se simplifièrent un peu avec l'apparition de la liaison HDMI qui remplaçait à elle seule toutes les liaisons audio et vidéo (et en numérique), mais cette liaison connut sa propre évolution, ce qui ne fut pas sans poser de problèmes entre les différentes générations de sources HDMI et d'amplificateurs chargés de décoder les signaux.


Toutes ces évolutions portées à bras le corps par le cinéma domestique laissèrent cependant plus ou moins de marbre la majeure partie des audiophiles qui restaient fortement attachés à la stéréo et dont certains étaient parfois tout simplement hostiles à la reproduction multicanal.

Il faut dire que l'offre assez restreinte de systèmes multicanal aptes à offrir des qualités audiophiles rimait en général avec tarifs élevés, aussi bien en amplificateurs avec processeur qu'en éléments séparés.

Aussi ne peut-on que se réjouir de l'arrivée de l'AVP-18 de NuForce, proposé à un prix raisonnable, dirons-nous, d'utilisation pas compliquée et qui permettra à chacun de lui adjoindre les amplificateurs de son choix et de se constituer un ensemble multicanal adapté aussi bien au cinéma chez soi qu'à la musique que l'on veut reproduire avec qualité, comme les fichiers 5.1 vendus par Qobuz, bien sûr !


Présentation

Les appareils NuForce, si l'on excepte les DAC portables avec amplificateur pour casque qui arborent une certaine fantaisie dans les coloris, restent d'une relative sobriété esthétique, si ce n'est même une certaine austérité pour ce processeur audio-vidéo AVP-18 taillé à la serpe dans un bloc d'anthracite !

Peut-être la raison de cette façade anguleuse à l'image d'un avion furtif est-elle à chercher dans la lutte contre les réflexions sonores parasites ?


Mais l'habit ne fait pas le moine et à vrai dire cette façade ne comportant que deux gros molettes et un afficheur à deux lignes prend à contre-pied pratiquement tout ce qui existe dans ce domaine et qui fait assez souvent dans la crise d?acné faciale, contre-pied qui, disons-le franchement, n'est pas pour nous déplaire. Ces deux molettes sont multifonction et dispose d'un point central à pression.

Le maintien de la pression sur la molette de droite met en marche ou arrête l'AVP-18. Cette même molette, quant à elle, permet de régler le volume ou de choisir une option dans un menu, sa validation se faisant par une brève pression centrale.

La molette de gauche sert à sélectionner la source ou le menu, celui-ci étant validé par une brève pression centrale.

La télécommande offre un certain nombre d'accès directs à des fonctions, comme la sélection directe de l'une des neufs sources numériques, l'affichage du format du fichier en cours de lecture, le "statut" (source écouté et mode de reproduction), etc.

L'AVP-18 dispose également d'un affichage sur téléviseur (OSD : On Screen Display) facilitant la navigation dans les menus et fournissant un plus grand nombre d'information que les deux lignes de l'afficheur de la façade.

Ci-dessous, le menu de Setup avec la fonction Auto Room EQ qui va égaliser les réponses en fréquences de toutes les enceintes acoustiques afin de les adapter au mieux aux caractéristiques de la salle d'écoute.


La connectique

Avec une hauteur aussi faible, l'AVP-18 ne pouvait pas embarquer une connectique à ne plus savoir qu'en faire. Néanmoins, disposer de quatre entrées et d'une sortie HDMI (avec ARC, ou Audio Return Chanel, c'est-à-dire capable de recevoir le son du téléviseur et de le diffuser) clonant le signal qui est sélectionné pour permettre son raccordement à un téléviseur ou tout autre dispositif de visualisation, est déjà plus que sympathique.

On notera aussi la présence deux quatre entrées numériques S/PDIF (deux optiques et deux coaxiales), d'une sortie S/PDIF optique, d'une prise USB marquée du symbole Bluetooth acceptant un dongle USB optionnel pour streamer de la musique depuis un smartphone ou une tablette et d'une prise USB "B" dont il est précisé dans le manuel d'utilisation qu'elle est principalement utilisée pour les mises à jour du firmware. On remarque également une prise RS232 pour piloter l'AVP-18 avec un ordinateur.


Les sorties des signaux analogiques se font en mode asymétrique sur des prises Cinch et jusqu'en 7.1 canaux. La prise Jack 3,5 mm du micro d'égalisation se trouve à leur côté et une autre prise Jack du même type située dans la partie gauche et notée "trigger" permet de commander la mise en marche d'un autre appareil, un amplificateur multicanal MCA-20 de la marque par exemple.

La fabrication

L'intégration a du bon et la surprise fut plutôt grande à l'ouverture du boîtier de l'AVP-18 en découvrant que celui-ci ne comportait en tout et pour tout que deux circuits, dont l'alimentation, et que ceux-ci bénéficiaient d'un espace vital enviable !

Soit, l'électronique ne s'achète pas au kilo, sinon certains petits objets communicants ne remporteraient pas le succès que l'on sait.


Sinon, la fabrication est de bonne qualité, le fond et la face arrière en tôle d'acier pliée tandis que la façade, les côtés et le dessus du boîtier sont en alliage d'aluminium et respirent la solidité.

L'alimentation

NuForce a opté pour une alimentation à découpage qui s'adapte à toutes les tensions et on note la présence de régulateurs de tension 7812 et 7912, respectivement positif et négatif, servant à stabiliser les alimentations symétriques de la partie analogique.

La tension de 5V destinée aux divers circuits numériques fait appel à un montage utilisant une diode zéner ajustable de type TL431 pour stabiliser cette tension.


Les interfaces numériques

Les entrées HDMI sont commutées et prises en charge par un circuit Analog Devices ADV7623 compatible avec les signaux audio multicanal en Haute Définition, entre autres codés en Dolby TrueHD et DTS-HD Master Audio présents sur les Blu ray Disc.

Il dispose également d'une entrée sortie compatible avec les signaux en DSD des SACD et réplique les signaux audio et vidéo de l'entrée HDMI sélectionnée vers la sortie HDMI de l'AVP-18.


C'est un circuit Cirrus Logic CS497024, un puissant DSP (Digital Signal Processor ou processeur numérique de signal) travaillant sur 32 bits, qui va décoder les signaux numériques audio en provenance des entrées HDMI ou des entrées S/PDIF (interfacées par un circuit récepteur S/PDIF Cirrus Logic CS42528, le petit circuit monté à 45° qui se trouve en haut à droite de la photo) et également se charger des générations d'espaces sonores propres aux Dolby Digital® EX, Dolby® Pro Logic® IIx, Dolby Headphone®, Dolby® Virtual Speaker® ou DTS-ES 96/24?, DTS-ES? Discrete 6.1, DTS-ES? Matrix 6.1 et autres effets d'ambiance.

Un micro contrôleur 32 bits STMicroelectronics STM32F103 (à droite de la sérigraphie NuForce) prend en charge la gestion globale de l'AVP-18.

Egalisation et conversion

Un second DSP Cirrus Logic, de type CS495314 (32 bits double c?ur également), se voit confer la tâche de l'égalisation du système d'enceintes en intégrant le Cirrus Intelligent Room Calibration 2 (IRC2) et comprend pour cela huit égaliseurs paramétriques à onze bandes.

Il dispose de seize sorties PCM sur 32 bits avec deux sorties S/PDIF jusqu'à 192 kHz dont l'une sert pour la sortie numérique optique.

Le niveau des signaux de sortie est réglé par un octuple potentiomètre analogique Cirrus Logic CS3318.


Dans la partie la plus à droite du circuit principal se trouve la prise pour le micro d'égalisation et on remarque les deux amplificateurs opérationnels TL072 servant dans le filtre d'anti repliement (anti aliasing) nécessaire avant la numérisation des signaux captés par le micro afin que ceux-ci soit analysés par le CS495314.

Ce sont les huit convertisseurs numérique analogique intégrés dans le circuit Cirrus Logic CS42528 (voir § précédent "Les interfaces numériques") qui reconstituent les signaux analogiques qui sont ensuite confiés à des filtres construits autour d'amplificateurs opérationnels Burr-Brown OPA2134 à "ultra faible distorsion" et qui se trouvent sur les petites cartes enfichées sur le circuit principal.


Paramétrages pour lecture fichiers 5.1 Qobuz (aller directement à L'écoute)

Afin de pouvoir lire des fichiers 5.1 téléchargés sur Qobuz, il faudra d'une part disposer d'une carte son multicanal (ou d'une carte vidéo mais avec une carte son multicanal intégrée à l'ordinateur) disposant d'une, voire de deux sorties HDMI, et également disposer d'un lecteur logiciel lisant les fichiers multicanal.

Dans notre cas, au domicile de l'auteur, nous disposions d'une carte vidéo NVidia GE Force GS8400 et la lecture se faisait sur Foobar2000 équipé du DSP Andrewlabs ATSurround permettant la lecture en multicanal.

 Paramétrage de la sortie HDMI

- Paramétrer la carte son (ou vidéo) pour que le signal HDMI soit envoyé au NuForce AVP-18 (Kontron AVP-18)


- Choisir "Configurer le son numérique" puis cliquer sur "Changer les paramètres audio de Windows"


- Dans la fenêtre "Propriétés de Sons et périphériques audio", aller dans "Paramètres des hauts-parleurs" et cliquer sur "Paramètres avancés"


- Dans la fenêtre "Propriétés audio avancées" qui s'est ouverte, dans l'onglet "Hauts-parleurs", choisir "Configuration des haut-parleurs", puis "Haut-parleurs à effet surround 5.1" et valider en cliquant sur "OK"


 Paramétrage de Foobar2000 avec ATSurround

- Après avoir téléchargé et installé Andrewlabs ATSurround, aller dans les Préférences de Foobar2000 et Andrewlabs ATSurround apparaît dans la colonne des DSP disponibles (available DSPs)


- Sélectionner "Andrewlabs ATSurround" et double-cliquer dessus ou cliquer sur la flèche entre les deux colonnes pour le passer dans les DSP actifs


- Choisir "DS : NVIDIA High Definition Audio" (le mode KS ne fonctionne pas, très probablement parce que les fichiers 5.1 subissent un traitement ne leur permettant pas la voie "directe" du mode Kernel Streaming)


- Foobar2000 peut maintenant lire les fichiers en 6 canaux


L'écoute

Après une séance automatique d'égalisation automatique qui demande un certain temps pendant lequel il faut rester silencieux pendant que le système génère divers bruit de "chute d'eau" et les analyse, on peut passer à une séance d'écoute bien méritée.

La stéréo c'est bien mais, quoique certains audiophiles "stereo only" puissent en penser, le muticanal c'est mieux, et notre bonne vieille stéréo n'est pas en mesure de recréer cette sensation de véritable espace sonore, et non d'image sonore qui demande de ne pas bouger d'un cheveux de sa place, dont la restitution d'un appareil tel que le NuForce AVP-18 nous a gratifié.

Avec le Blu ray Disc Le Sacre du Printemps par l'Orchestre de Paris sous la direction Paavo Järvi, on est vraiment plongé au c?ur de l?interprétation et la restitution del'AVP-18 se montre fine et précise et la dynamique est restituée avec fidélité.

En SACD multicanal, la restitution par l'AVP-18 de l'Ouverture du Freischütz de Weber par la Württembergische Philharmonie Reutlinger dirigée par Ola Rudner nous transporte au c?ur des mystérieuses forêt des légendes germaniques et il suffit d'appuyer sur la touche stéréo de la télécommande pour que soudainement le charme se dissipe alors que le forte de la reprise dans le final du thème principal après un silence de l'orchestre surprend par son ampleur et sa puissance sans que l'on note de trace de dureté dans cette restitution tout en appréciant le très bon équilibre tonal.

Avec le fichier Qobuz 5.1 du Prélude en sol majeur BWV 550 de Bach par l'organiste Ute Gremmel-Geuchen, l'AVP-18 fait entrer l'orgue dans la pièce et on a réellement l'impression que tous les tuyaux de l'instrument ont pris place dans le plan des trois enceintes avant tandis que les voies arrière recréent efficacement les réverbérations du lieu de l'enregistrement.

Pour conclure, ce processeur multicanal NuForce AVP-18 nous a séduits par son utilisation conviviale et ses performances sonores de très bon niveau, mais aussi par sa technique et sa relative compacité qui en fait un appareil aisément intégrable. Son prix également, qui n'a rien d'excessif, est un bon point et toutes ses qualités nous incitent à décerner à l'AVP-18 notre récompense Qobuzissime.


Spécifications
Manuel d'utilisation (en anglais)
AVP-18 site NuForce
Contact

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters