Votre panier est vide

Rubriques :
News

Nils Petter Molvær, gueule d'atmosphère

Par Marc Zisman |

Avec "Stitches", le trompettiste norvégien signe un album toujours aussi planant et poétique et revisite au passage "True Love Waits" de Radiohead...

Après une parenthèse inattendue en 2018 avec les Jamaïcains Sly & Robbie (Nordub, un disque Qobuzissime !) et un duo, deux ans plus tard, avec Mino Cinelu (SulaMadiana), Nils Petter Molvær rentre dans les rangs avec Stitches, un album qui lui ressemble plus que jamais… En 1997, lorsque le label ECM publia son étonnant Khmer, le grand public découvrait un trompettiste norvégien qui ébranlait la scène jazz en tâtant de l’électronique et de l’ambient. Comme un cousin éloigné de Brian Eno et Jon Hassell

Avec Stitches qui vient juste de paraître, Molvær s’entoure du batteur Erland Dahlen, du bassiste Jo Berger Myhre et du guitariste Johan Lindstrøm pour un trip logiquement hybride, porté par le son ample et spatial de son instrument qu’il maîtrise à la perfection. La spontanéité de son jeu et sa fluidité surtout (magique sur la reprise de True Love Waits de Radiohead) collent parfaitement au caractère poétique de ce nu jazz souvent planant. Dans ses séquences new age, l’album n’est jamais complaisant. Et lorsque l’électronique prend le dessus, c’est souvent pour donner plus de densité aux compositions. Le monde s’agite beaucoup et, tel un sphinx, Nils Petter Molvær le regarde posément, intensément, spirituellement…

ÉCOUTEZ "STITCHES" DE NILS PETTER MOLVÆR SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article