Votre panier est vide

Rubriques :
News

Francesco Tristano, à l'ancienne

Par Pierre Lamy |

Avec "On Early Music", le pianiste luxembourgeois revient à ses premières amours, la musique ancienne, plongeant dans des partitions de la fin de la Renaissance et du début de l’ère baroque, sans oublier d'apporter sa touche très très très personnelle...

On connaît depuis longtemps la versatilité de Francesco Tristano et sa bienheureuse incapacité à choisir entre électro et musiques anciennes. D’album en album, le pianiste luxembourgeois construit une discographie singulière et enchanteresse qui brouille les pistes entre les genres et les époques, où l’on croise aussi bien Jean-Sébastien Bach que Derrick May.

Avec On Early Music qu'il publie chez Sony Classical, Tristano rend hommage aux grands maîtres anglais de la période virginaliste, moment charnière entre la fin de la Renaissance et le début de l’ère baroque. Aux côtés des œuvres de John Bull, Peter Philips ou Orlando Gibbons, on retrouve sur cet album deux compositions de l’italien Frescobaldi, auquel Tristano avait déjà consacré le très beau disque Frescobaldi Dialogues chez Sisyphe en 2007.

On ne se lassera jamais du jeu de Francesco Tristano, dont le toucher si rond et bondissant apporte à la partition un supplément de vitalité presque jazzy sans jamais dénaturer le propos. Mais le plaisir ultime surgit lorsque le pianiste se prête à son tour au jeu de la composition et sème ça et là quelques titres-hommage à ses aînés. Quelque part entre pastiche (Toccata, On Bull Galliard in D), arrangement pour piano percussif (On Girolamo Frescobaldi's Quattro correnti) et variation futuriste (On Cristobal de Morales circumdederunt), Francesco Tristano commet ici le plus beau des sacrilèges !

ÉCOUTEZ "ON EARLY MUSIC" PAR FRANCESCO TRISTANO SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article