Votre panier est vide

Rubriques :
News

Emily Loizeau prend de la hauteur

Par Nicolas Magenham |

Produit par le grand John Parish, le nouvel album de la Franco-Britannique ausculte la fragilité du monde, entre rock lettré et folk planant...

Réalisé comme un journal intime en résonance avec la noirceur du monde contemporain (il a été enregistré dans les premiers mois de la pandémie de 2020), Icare, le cinquième album d’Emily Loizeau, aborde les attentats de 2015 (Le Poids de l’existence), la crise migratoire (Celle qui vit vers le sud), ainsi que les bouleversements climatiques et démocratiques (Renversé). Dans ce dernier morceau, on retiendra ces deux vers qui définissent idéalement l’esprit de l’album : « Le monde est comme un sablier/Sur le point de se retourner ».

Dans chacune de ces chansons engagées, la Franco-Britannique est guidée par la luminosité et la bienveillance, grâce à des mélodies simples et émouvantes, mais aussi une production onirique et délicate. Bref, du Loizeau tout craché. Le titre de l’album peut d’ailleurs être interprété en référence au célèbre mythe grec, mais également en décomposant le mot Icare, afin qu’il devienne I Care (« Je prends soin de »).

Néanmoins, il lui arrive aussi de bousculer ses habitudes, notamment lorsqu’elle explore des contrées plus rock que d’habitude (Eldorado, We Can’t Breathe). Peut-être parce que, pour la première fois de sa carrière, Emily Loizeau a travaillé sur ses terres d’origine : l’album a été enregistré au Pays de Galles, dans les mythiques studios Rockfield, avec John Parish à la réalisation (célèbre collaborateur de PJ Harvey). Entre ces sonorités rugueuses et les berceuses folk et planantes dont elle a le secret, cet album dresse un bilan de la fragilité du monde avec une force créatrice hors-norme. À noter une étonnante reprise françisée du Girl from the North Country de Dylan, ici baptisée Celle qui vit vers le sud...

ÉCOUTEZ "ICARE" D'EMILY LOIZEAU SUR QOBUZ

À découvrir autour de l'article