Votre panier est vide

Rubriques :
News

Damon Albarn, retour à la terre

Par Brice Miclet |

Avec son nouvel album solo aux textures contemplatives, le cerveau de Blur et de Gorillaz chante son amour pour l'Islande où il passe désormais la moitié de son temps, la nature et l'environnement...

En 1997, Damon Albarn tombait fou amoureux de l’Islande. C’est au milieu de ses paysages, de ses terres façonnées par le feu et la glace qu’il vit une partie de l’année, dans une maison dotée d’une vue imprenable sur le spectacle de la nature. Cet album, The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows, a été largement écrit et composé dans un état de contemplation.

Dominé par des morceaux voluptueux, à la fois empreints de calme et de tensions bienveillantes, il est profondément inspiré par ce qui sculpte son environnement. On peut entendre l’eau et la terre sur The Cormorant. On peut entendre l’air et le feu sur Esja.

Au milieu de ses instant suspendus, Albarn se laisse aller aux influences jazz, notamment exprimées grâce à son saxophone, comme sur Giraffe Trumpet Sea. De ses groupes Blur ou Gorillaz, il a ici conservé son côté joueur, détaché, à l’instar du vacarme jouissif de Combustion et aux paroles du serin Draft Water. Cet album respire la quiétude et la puissance, à l’image du pays qui l’a inspiré.

ÉCOUTEZ "THE NEARER THE FOUNTAIN, MORE PURE THE STREAM FLOWS" DE DAMON ALBARN SUR QOBUZ

À découvrir autour de l'article