Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Wynton Marsalis, gardien du temple

Par Marc Zisman |

Le 10 juillet, à Paris, Salle Pleyel, le trompettiste poursuivra son travail sur le patrimoine du jazz tout en le revisitant sans cesse à la tête du big band de référence qu'est le Lincoln Center Jazz Orchestra.

Vendredi 10 juillet, Wynton Marsalis à la tête du Lincoln Center Jazz Orchestra investira la scène de la Salle Pleyel. Comme pour tous les génies, ses fans sont aussi nombreux que ses détracteurs. Mais, au bout du compte, Wynton Marsalis demeure, depuis plusieurs décennies, un acteur clef du jazz américain. Musicien brillant et virtuose éblouissant, le trompettiste de New Orleans a toujours su développer une esthétique et un style très personnels, appuyés sur la tradition de cette musique classique qu’est le jazz.

Point de taxidermie sans âme dans sa démarche contrairement aux dires de ses ennemis. Juste la volonté, intense et quasi-politique, de faire voyager sans cesse ce patrimoine emblématique, le revisiter perpétuellement à la tête d'un orchestre de référence et, plus simplement, le faire connaitre au plus grand nombre en soulignant son impressionnante modernité.

Avec une technique imparable et une véritable sensibilité musicale, le Lincoln Center Jazz Orchestra magnifie depuis une vingtaine d’années, des chefs-d’œuvre plus ou moins connus de Duke Ellington, Count Basie, Fletcher Henderson, Thelonious Monk, Mary Lou Williams, Dizzy Gillespie, Benny Goodman, Charles Mingus, Woody Herman, John Lewis et tant d’autres. Une impressionnante manière de prouver que cette musique est bien vivante et ne demande qu’à être sans cesse célébrée. Dans ce domaine, Wynton Marsalis à la tête du Lincoln Center Jazz Orchestra excelle, capable d’en souligner aussi bien la complexité intellectuelle et formelle que l’essence festive et fraternelle.

Le site officiel de Wynton Marsalis

Le site officiel de la Salle Pleyel

À découvrir autour de l'article