Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Festival de Saintes, six siècles de musique

Par Eva Sauphie |

Du 9 au 18 juillet, la Charente s’éveille pour la 39e édition du Festival de Saintes à l’Abbaye aux Dames pour une trentaine de concerts.

Pendant dix jours, du 9 au 18 juillet, le Festival de Saintes investit l’Abbaye aux Dames et ses alentours pour quatre concerts de musique classique et contemporaine par jour. Depuis quarante ans, l’événement met en lumière la musique ancienne, tout en s’orientant aujourd’hui vers de nouveaux répertoires, valorisant le baroque, le romantique, et le contemporain. Et fédérer ces horizons musicaux différents confère au rendez-vous estival toute sa notoriété.

Le festival s’ouvrira sur trois compositions de Mozart par le Jeune Orchestre Atlantique - sous la direction de Marc Minkowski -, à commencer par la Symphonie n°39, le motet Exultate Jubilate, et l’air de concert Voi avete un corfedele, pour mieux annoncer la couleur des concerts suivants.

Des œuvres d’aujourd’hui entreront donc en résonance avec les plus anciennes. Ensembles, orchestres et directeurs n’hésiteront pas à transcender la musique en faisant cohabiter sonorités modernes et partitions classiques.

Comme son nom l’indique, l’orchestre français Les Siècles, emmené par François-Xavier Roth , fera voyager d’un siècle à l’autre en utilisant un très large instrumentarium - jouant sur les instruments de chaque époque – en reprenant Zender et Schubert. Le chœur de chambre français Les Cris de Paris, créé par Geoffroy Jourdain en 1998, se consacrera pour sa part à l’environnement sonore urbain et aux nouvelles formes de communication orale, de l’expérimentation via l’improvisation, aux formes d’écriture les plus diverses, et s’affairera au registre de Moultaka, Florentz, et Rossi. Ces deux ensembles officieront pour la première fois au Festival de Saintes, au même titre que de nombreux jeunes artistes à l’instar de la prodigieuse soprano russe Julia Lezhneva. La musicienne a fait ses débuts à Moscou sur la scène du Conservatoire, et débute désormais une grande carrière internationale (récitals au Japon, concerts aux côtés de Juan Diego Flores à Pesaro, etc.), et chante Vivaldi, Broschi, Mozart, Bach, Haendel, pour ne citer qu’eux.

Le pianiste Adam Laloum fraîchement récompensé de son Prix Clara Haskil, ou encore Bruno Helstroffer, qui pourtant orienté à ses débuts vers le blues, le jazz ou encore le rock’n’roll, enchantera l’Église Saint-Vivien dans le cadre d’une soirée avec théorbe et poésie de Michaux ou de Bukowski.

Les Talens Lyriques et Zhu Xiao Mei seront également présents cet été, aux côtés des musiciens associés depuis longtemps à l’Abbaye.

Les Talens Lyriques, référence au sous titre de l’opéra de Rameau (Les Fêtes d’Hébé, 1739), est créé en 1991 par Christophe Rousset, et rappelle clairement l’engouement du chef d’orchestre et claveciniste pour les œuvres du XVIIIe siècle. Le répertoire des Talens Lyriques s’étend de Monteverdi à Haendel en passant par Lully, Cimarosa, Traetta, Jommelli, Martin y Soler et Mozart. Rousset s’attachera à illustrer avec son ensemble tout un pan du patrimoine musical français et italien.

Quant à la Chinoise Zhu Xiao Mei, pianiste et professeur au Conservatoire de Paris, elle est une grande interprète de Bach, et reprendra les Variations Goldberg.

Par ailleurs, la musique pour clavier sera proposée en une séduisante déclinaison, notamment avec celle de l’Allemagne du XVe interprétée par Tasto Solo - qui use de diverses formes historiques de diminution, allant de l’alternatim, au contrepoint, en passant par l’alla mente ou l’improvisation -, le pianoforte de Kristian Bezuidenhout et le clavecin de Rousset.

Au stade d’une telle programmation, ces quatre jours s’achèveront sur une pièce du répertoire sacré, La Messe solennelle en ré majeur (Missa Solemnis), de Beethoven, dirigée par Philippe Herreweghe...

Dans les années 70, quelques jeunes musiciens visionnaires redécouvraient la musique de la période 1600 - 1750, proposant une relecture novatrice des partitions. C'est dans ce contexte qu'est né le Festival de Saintes. En pleine euphorie de redécouverte du répertoire baroque, la ville de Saintes a accueilli pour la première fois le festival de musique ancienne en juillet 1972. Les Savall, Christie, Herreweghe, Coin, Staier et bien d'autres devenus depuis lors de grands noms de la musique classique, sont tous passés par Saintes et lui ont donné ses lettres de noblesse.

Site de l'Abbaye aux Dames

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article