Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Deux symphonies pour Mariss Jansons

Par Marc Zisman |

A la tête de l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, la maestro letton dirigera la Symphonie n°9 de Chostakovitch et la Symphonie n°4 de Mahler le 18 décembre au Théâtre des Champs-Elysées.

L'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise dirigé par son actuel directeur musical Mariss Jansons se produiront au Théâtre des Champs-Elysées samedi 18 décembre pour une grande soirée symphonique avec la Neuvième de Chostakovitch et la Quatrième de Mahler.

En septembre 2004, Jansons est devenu le sixième chef principal de l’Orchestre du Concertgebouw. Depuis 1988, il a fait plusieurs apparitions en tant que chef invité à Amsterdam. C’est en septembre 2003, qu’il devint directeur musical de l’Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise. Ces deux prestigieuses phalanges occupent la majeure partie de sa direction.

De 1979 à 2000, il a été le chef principal de l’Orchestre Philharmonique d’Oslo, qu’il a aidé à accéder à une reconnaissance internationale. Il a ensuite occupé le poste de directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Pittsburgh.

Né à Riga en Lettonie le 14 janvier 1943, Mariss Jansons a emménagé à Leningrad à l’âge de 13 ans. Sa mère était cantatrice et son père, le chef Arvid Jansons, a été pendant plusieurs années le suppléant du directeur de l’Orchestre Philharmonique de Leningrad, Yevgeny Mravinsky. Il a étudié le violon, le piano et la direction d’orchestre au Conservatoire de Leningrad.

En 1969, Jansons entreprend des études avec Hans Swarowsky à Vienne et Herbert von Karajan à Salzbourg. Deux ans plus tard, il remporte le Concours Herbert von Karajan de Berlin.

En 1973, Mariss Jansons commence à collaborer avec l’Orchestre de Saint-Pétersbourg, après que Mravinsky lui propose de devenir son assistant. Depuis cette époque, il a dirigé l’ensemble lors de nombreuses tournées. Jansons a en outre été applaudi à la tête de l’Orchestre Philharmonique d’Oslo et de l’Orchestre Symphonique de Pittsburgh dans les lieux les plus prestigieux d’Europe, d’Amérique et du Japon, mais aussi dans des festivals comme le Festival de Lucerne, le Festival d’Édimbourg ou les BBC Proms. Invité régulier du Festival de Salzbourg, il dispose enfin de sa propre série au Musikverein de Vienne.

En tant que chef invité, Jansons s’est produit avec des orchestres comme les Berliner Philharmoniker, le Philharmonique de Vienne, l’Orchestre Symphonique de Boston, l’Orchestre Symphonique de Chicago, les orchestres de Cleveland et de Philadelphie, l’Orchestre Philharmonique de New York, l’Orchestre Philharmonique d’Israël et le London Symphony Orchestra.

Ancien chef principal invité du London Philharmonic Orchestra, Mariss Jansons a par ailleurs dirigé le concert du Nouvel An à Vienne en 2006. En plus des nombreux disques et CD qu’il a gravés avec l’Orchestre Philharmonique d’Oslo et l’Orchestre du Concertgebouw, il a enregistré avec les Berliner Philharmoniker, le Philharmonique de Vienne, l’Orchestre de Philadelphie et le London Philharmonic Orchestra.

Certains de ses disques ont été récompensés par des prix internationaux, dont un Prix Edison et un Grammy Award. La série qu’il a réalisée avec l’Orchestre du Concertgebouw pour son propre label, RCO Live, a quant à elle reçu un excellent accueil public et critique.

Membre de la Royal Academy of Music de Londres et de la Société des Amis de la Musique de Vienne, Mariss Jansons a reçu de nombreuses récompenses, parmi lesquelles la Grand-Croix de l’Ordre du Mérite, qui lui a été remise par le roi Harald de Norvège en personne, la Croix d’honneur autrichienne pour la Science et les Arts. En mai 2006, il a aussi été décoré de l’Ordre des Trois Étoiles, la plus haute distinction de l’État letton.

En avril 2010, le maestro de Riga, qui vit essentiellement à Saint-Pétersbourg, avait subi une intervention chirurgicale dont l’origine est inconnue… Depuis plusieurs années, Jansons souffre de problèmes au cœur, ayant même fait une crise cardiaque en 1997 en plein milieu d’un concert qu’il dirigeait.

Le site de l’Orchestre Symphonique de la Radiodiffusion Bavaroise

Le site du Théâtre des Champs-Elysées

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article