Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Avishai Cohen, bass attacks !

Par Marc Zisman |

Le 28 juin, le furibard contrebassiste Avishai Cohen

Lundi 28 juin, Avishai Cohen et sa contrebasse mi-feu, mi-velours seront sur la scène de la Salle Pleyel. Pour ce concert parisien, le musicien israélien sera épaulé par Karen Malka au chant, Shai Maestro au piano, Itamar Doari aux percussions et Amos Hoffman à la guitare et au oud.

Contrebassiste et compositeur, Avishai Cohen propose un jazz visionnaire qui décloisonne le genre. Après avoir accompagné Chick Corea ou Herbie Hancock, il est à la tête de son quintette et se révèle comme un des musiciens les plus excitants du jazz actuel.

La contrebasse est un instrument respectable, respecté même, mais rarement accueilli dans le Livre d’Or du jazz. Le panthéon des contrebassistes existe pourtant bien, et de Charles Mingus à Dave Holland, la route fut riche en rencontres. Nombreux sont les bassistes qui prirent de l’ascendant et qui chamboulèrent l’art : ajoutons donc au panorama Paul Chambers, Stanley Clarke, Ray Brown, Jimmy Garrisson ou Charlie Haden...

Mais l’instrument fait rarement la une des magazines. L’exception Avishai Cohen vient remédier à ce manque. Au point que le mensuel américain Bass Player l’a installé dans sa liste des cent bassistes les plus influents du XXe siècle. Le siècle a changé, et le nom de cet Israélien à la fois instrumentiste, compositeur, leader et même chanteur, est pourtant sur toutes les lèvres…

Avishai Cohen, découvert aux côtés du pianiste Chick Corea, né à Jérusalem en 1970, se permet les mélanges les plus osés. Jazz évidemment, mais aussi classique, flamenco, voire pop ! De Stevie Wonder à Gabriel Fauré, il tient à s’affirmer sans ornière, sans frontière. Un éclectisme qui l’a amené à jouer avec Brad Mehldau, Danilo Perez, Roy Hargrove, Herbie Hancock, Bobby McFerrin, Claudia Acuna, Paquito D’Rivera et même Alicia Keys. Un jazz visionnaire qui aime brouiller les pistes.

Sans compter qu’Avishai Cohen est gourmand, même dans le partage. Ainsi, il crée son propre label (Razdaz Recordz) pour colporter les bonnes nouvelles de ses amis. Consciente de tant de créativité, la prestigieuse maison Blue Note a signé ce virtuose hors du commun. Plus qu’un signe.

Le site d’Avishai Cohen

Le MySpace d’Avishai Cohen

Le site de la Salle Pleyel

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article