Catégories :
Interview

Cecilia Bartoli : interview vidéo Qobuz

Cecilia Bartoli sort de son sarcophage la musique de l’oublié Agostino Steffani, compositeur pré-baroque auquel elle consacre son nouvel album, Mission. L’occasion pour la mezzo-soprano romaine de parler de ses disques construits comme on écrit une histoire mais aussi d’évoquer l’enthousiasme, toujours intacte, qui l’habite aujourd’hui encore.

Par Marc Zisman | Interview | 2 octobre 2012
Réagir
Écouter ce podcast :
Télécharger ce podcast :   m4a  |  mp3
Suivre ce podcast par :   RSS  |  iTunes

On le dit et c’est vrai. Oui elle est simple, humaine, enthousiaste, intègre, gentille, virtuose, naturelle, disponible… Les stars du classique ne semblent plus être légions et pourtant, Cecilia Bartoli est inamovible. Sur le sommet de l’olympe vocale qu’elle occupe depuis plusieurs années, la mezzo-soprano romaine brille et ravit tous ses publics, néophyte ou expert. Musicalement comme humainement, difficile de na pas l’aimer… Objet de sa nouvelle obsession, l’oublié Agostino Steffani (1654 – 1728), auquel elle consacre son nouvel album, Mission. Qui est ce mystérieux compositeur pré-baroque, diplomate et ecclésiastique ? Pourquoi choisit-elle de construire ses disques comme on écrit une histoire ? Et quel est son secret pour non seulement rester au sommet de cet olympe mais aussi garder cette flamme qui l’habite depuis plus de deux décennies ? Cecilia Bartoli livre ici les clés de sa nouvelle mission.



Écoutez la playlist du podcast audio de Cecilia Bartoli

Propos recueillis par Marc Zisman

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures