Votre panier est vide

Rubriques :
News

Une semaine de Dépêches Notes - France Musique

Par Yannick Fage |

Retour sur l'actualité musicale de la semaine, par Rodolphe Bruneau-Boulmier - France Musique.

Une semaine de Dépêches Notes


Lundi 4 Mars 2013

Le Stradivarius volé de Min-Jin Kym retrouvé

Un violon, volé à Min-Jin Kym dans un café de la gare de Euston, par un irlandais, a été retrouvé lors d’une descente de police dans la maison d'un chef de gang en Bulgarie. Ne connaissant pas la valeur du Stradivarius, le violon n’a été revendu que 100 livres par l’irlandais en question.

* * *

Lundi 4 Mars 2013

Décès du claveciniste Rafael Puyana

Le claveciniste Rafael Puyana est mort le 01 mars à Paris. Il était né en 1931 à Bogota. Tout d'abord pianiste, il a étudié le clavecin avec Wanda Landowska et la composition avec Nadia Boulanger. Premier claveciniste de renom d'origine sudaméricaine, il a été le maître de Christopher Hogwood, Elizabeth de la Porte et de Martine Roche. Il était aussi collectionneur de clavecins historiques. Plusieurs compositeurs lui avaient dédié leurs partitions. La carrière musicale de Rafael Puyana commence en 1957 avec son récital au Town Hall de New York, qui le consacre comme l’une des personnalités les plus marquantes de sa génération. L’Académie du Disque Français a décerné par deux fois son « Grand Prix International du Disque » à Rafael Puyana qui a joué en concert avec des artistes aussi célèbres qu’André Segovia, Leopold Stokowski, Yehudi Menuhin, David Oistrakh et John Williams. Sur France Musique, Marcel Quillivéré lui avait consacré une semaine dans son émission Les traverses du temps. La presse Sud Américaine, aujourd’hui, consacre de longues pages à la mort du claveciniste.

El Colombiano évoque le créateur qu’était Rafael Puyana, interprète engagé des œuvres de Mompou, Montsalvatge ou Alain Louvier. L’article le plus complet et le plus passionnant on le trouvera dans le quotidien Colombien El Tiempo. Le journaliste revient sur l’enfance à Bogata de Puyana, là où il a choisi de se faire inhumé. Mais aussi sa rencontre à Boston avec Wanda Landowska. Il était lui-même un enseignant qui n’avait pas de patiente. Mais le musicien était admiré de Tous, Jordi Savall doit beaucoup à Puyana, l’article en question revient sur les liens de Saval avec le claveciniste. Au disque on lui doit l’intégrale des sonates de Scarlatti pour Harmonia Mundi, les Partitas de Bach et plusieurs disques de musique espagnole enregistrés sur sa collection de clavecin.

RetrouvezRéécoutez Rafael Puyana se raconter au micro de Marcel Quillévéré dans les Traverses du temps.



* * *

Jeudi 28 Février 2013

Décès du pianiste Van Cliburn

Dans le New-York Times, le journaliste Anthony Thomassini, revient sur les premiers pas du pianiste, son contrat avec la columbia, une période faste pour les pianistes américains : Cliburn était contemporain de Léon Fleisher et Byron Janis.
Il avait un son énorme grâce à de très grandes mains, a ses meilleurs moments il y avait dans ses interprétation une flamme romantique. A partir des années 60, le pianiste a tenté d’élargir son répertoire pour sortir des grands concertos romantiques, sans véritablement rencontrer son public, ni la critique. En 1961, le New-York Times lui reprochait d’avoir perdu son esprit de jeunesse et de jouer comme un vieux monsieur.

* * *
Le pianiste Harvey Lavan Cliburn, plus connu sous le nom de Van Cliburn est mort le 27 février. Né en 1934, en Louisiane, il était célèbre pour avoir remporté, en 1958 à Moscou, en pleine Guerre froide, la première édition du Concours international Tchaïkovski.
La légende veut que les juges soviétiques auraient été alors contraints de demander à Nikita Khrouchtchev la permission de donner le premier prix à cet Américain. « Est-il le meilleur ? » leur aurait demandé le dirigeant soviétique. « Alors donnez-lui le prix ! ».
Cliburn obtient donc le premier prix et devint une véritable star lors de son retour aux Etats-Unis. Le magazine TIME fait de l'évènement sa couverture et titre « Le Texan qui a conquis la Russie ». Quatre ans plus tard, en 1962, Cliburn devient le conseiller artistique du Concours international de piano Van-Cliburn.
Son enregistrement du premier concerto de Tchaïkovski, qu'il joua lors du concours moscovite, fut le premier disque de musique classique à devenir album de platine, restant pendant plus d'une décennie parmi les meilleures ventes.
Physiquement épuisé par une carrière très remplie, Cliburn s'était éloigné de la scène en 1978, ne faisant que des apparitions épisodiques à la fin des années 80 et au début des années 90.

À découvrir autour de l'article