Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Un récital Schubert pour Andreas Staier

Par Clotilde Maréchal |

Andreas Staier jouera Schubert sur piano viennois d’époque, le 12 novembre à la Cité de la Musique.

Pour les aficionados du clavecin et du pianoforte, chaque concert d’Andreas Staier est un événement. Samedi 12 novembre, à 15h, le musicien de Göttingen se produira à l’Amphithéâtre de la Cité de la Musique pour un récital Schubert composé de l’Impromptu D 899/1, de la Sonate pour piano D 894 et de la Sonate pour piano D 960. Il jouera pour l’occasion sur un fac-similé de piano Conrad Graf 1826.

On doit à Staier de beaux enregistrements Schubert (notamment chez Teldec, en 1996 et 1997). Du compositeur viennois, il disait en 1998, dans un entretien pour le magazine Classica : « Schubert se caractérise peut-être par un langage musical émotionnellement très direct. Il parle à son auditeur comme à un ami ; c’est rarement de la musique représentative ou festive. C’est intime. C’est l’opposé du sentimentalisme qui est entré dans la musique à peu près à son époque. Schubert, c’est la langue émotionnelle la plus directe que je connaisse. »

Dans les chefs-d’œuvre tardifs de Schubert, que Staier interprète sur un piano viennois d’époque, cette expression directe et dépouillée prend la forme de véritables bijoux mélodiques. Comme par exemple le début du deuxième mouvement, l’Andante sostenuto, de la Sonate D 960, une plainte d’une bouleversante nostalgie…

Né en 1955 à Göttingen, Andreas Staier a étudié le piano et le clavecin à Hanovre et Amsterdam, et a été pendant trois ans le claveciniste de l'ensemble Musica Antiqua de Cologne. En 1986, il a commencé sa carrière de soliste au clavecin et au piano-forte. Il est rapidement devenu l'un des interprètes les plus influents dans son domaine : de Haydn à Schumann, il a su non seulement présenter différents compositeurs sous un jour nouveau tant sur le plan intellectuel qu'émotionnel, mais aussi convaincre avec des œuvres qui sortent du répertoire courant (Hummel, Field) et des concepts créatifs (Delight In Disorder, Hamburg 1734).

En tant que musicien de chambre, Staier coopère avec des artistes comme Anne Sofie von Otter, Pedro Memelsdorff, Alexej Lubimov, Christine Schornsheim, et a fondé un trio avec Daniel Sepec et Jean-Guihen Queyras. Un partenariat musical de longue date avec le ténor Christoph Prégardien a donné naissance à des CD avec, entre autres, des Lieder de Schubert, Schumann, Mendelssohn, Beethoven et Brahms. Pour le cycle de Brahms La Belle Maguelonne, Staier a également coopéré avec Senta Berger et Vanessa Redgrave comme récitantes.

En tant que soliste, Andreas Staier donne régulièrement des concerts avec le Concerto Köln, le Freiburger Barockorchester, l'Akademie für Alte Musik de Berlin ou l'Orchestre des Champs-Élysées Paris pour n'en citer que quelques uns. Il est l'hôte des grands festivals de musique internationaux (Festival de La Roque d'Anthéron, Festival de Saintes, Festival de Montreux, Styriarte Graz, Schubertiade de Schwarzenberg, Schleswig-Holstein Musik Festival, Bach-Fest Leipzig, Bachtage Berlin, Bachwoche Ansbach, Kissinger Sommer etc.) et joue dans les salles de renom international, de Berlin à Tokyo.

Le site officiel d’Andreas Staier

Le site officiel de la Cité de la Musique

À découvrir autour de l'article