Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Un carré d’as pour Blechacz

Par Max Dembo |

Bach, Beethoven, Debussy et Chopin au menu du récital parisien du jeune virtuose polonais Rafal Blechacz le 12 juin à Pleyel.

Mardi 12 juin, Rafal Blechacz est sur la scène de la Salle Pleyel pour y interpréter Bach (Partita n°3), Beethoven (Sonate n°7 op.10 n°3), Debussy (Suite bergamasque) et Chopin (Sonate op.58 n°3). Un Debussy au programme, en partie, de son dernier album en date paru en février dernier. Son jeu léger et fluide convenait à merveille dans les deux cycles fondateurs de l'œuvre de Debussy que demeurent Pour le piano (1894) et Estampes (1903). Complété par la méconnue Sonate, op. 8 de Szymanowski, ce programme original donnait au final un fort bel album.

Encore auréolé de son Premier Prix au Concours Chopin en 2005, Rafal Blechacz ne cesse d’impressionner par sa maturité, sa profondeur, son jeu ample, d’une justesse de ton, d’une beauté sonore et d’une clarté qui sont déjà ceux d’un maître. Sa sagesse l’empêche de bruler les étapes, il se confronte pour l’instant aux œuvres de jeunesse, si l’on peut dire, de Beethoven et Debussy. Nulle esbroufe dans ses interprétations, mais une rigueur qui se marie à une virtuosité jamais ostentatoire. Cette hauteur de vue où rien n’est laissé au hasard, chaque note et chaque accent semblant avoir été mûrement réfléchis, cette sophistication alliée à beaucoup de vie relève du tour de force. La certitude d’une brillante démonstration, tant instrumentale que musicale.

En 2005, lors de ce fameux 15e Concours International Chopin de Varsovie, Blechacz, à peine âgé de vingt ans, remporte tous les suffrages. Non seulement il est le premier Polonais depuis Krystian Zimerman à gagner, trente ans plus tard, la suprême distinction, mais aussi à obtenir quatre Prix spéciaux dont celui des Mazurkas, récompense qui installe un candidat au firmament de l’âme polonaise. Avec humilité mais détermination, il s’est imposé dans le paysage musical, se donnant les moyens d’aborder la carrière avec une réflexion sur son art qui ne brûle pas les étapes.

Un enregistrement des 24 Préludes de Chopin chez Deutsche Grammophon a, d’entrée de jeu, séduit la critique pourtant habituée aux versions de référence.

Né en Pologne à Naklo nad Notecia le 30 juin 1985, Rafal Blechacz remporte donc à l’unanimité ce fameux Concours International de Piano Frédéric Chopin à Varsovie en octobre 2005. Lors de cette compétition, il gagne également trois autres prix : le Prix de la Radio Polonaise pour la meilleure interprétation des Mazurkas, le Prix de la Société Polonaise de Chopin pour la meilleure interprétation des Polonaises et le Prix du Philharmonique de Varsovie pour la meilleure interprétation du Concerto. En octobre 2005, il a également reçu la récompense créée par Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation des Sonates.

Blechacz commence ses études de piano à cinq ans et continue ses études au Conservatoire Feliks Nowowiejski à Bydgoszcz avec Katarzyna Popowa-Zydron. Il a déjà remporté plusieurs prix dans les plus grands concours internationaux notamment le deuxième prix du Concours Arthur Rubinstein à Bydgoszcz (2002), le deuxième prix du Cinquième Concours International de Jeune Pianiste à Hamamatsu, au Japon en 2003 (cette année-là, il n’y eut pas de Premier Prix), le premier prix du 4è Concours International de Piano au Maroc (2004) ainsi que le premier prix du Concours Chopin à Varsovie en 2005.

Sa victoire au Concours Chopin en 2005 lui ouvre les portes des salles les plus prestigieuses du monde entier : Philharmonie de Varsovie, Conservatoire de Moscou, Tonhalle de Zurich, Suntory Hall et Opéra de Tokyo, Concertgebouw d’Amsterdam, Herkules Saal à Munich, Wigmore Hall, Auditorium National à Madrid, Palais des Beaux Arts à Bruxelles, etc.

En 2010, pour l’année Chopin, Rafal Blechacz enregistre les concertos de Chopin avec l’Orchestre du Concertgebouw sous la direction de Jerzy Semkov. Des concertos qu’il a interprétés avec différents orchestres tels que l’Orchestra dell’Academia di Santa Cecilia à Rome, l’Orchestre National Philharmonique de Varsovie, l’Orchestre de Cracovie, le Tokyo Symphony Orchestra…

Les temps forts de l’année 2011 pour Blechacz furent le Concerto pour piano n°4 de Beethoven avec l’Orchestre de Paris, le Concerto pour piano n°2 de Chopin avec l’Orchestre National de Belgique ainsi que de très nombreux récitals aux quatre coins du monde (Canada, Danemark, France, Italie, Espagne, Allemagne, suisse et États-Unis).

Le site officiel de Rafal Blechacz

Le site de la Salle Pleyel

À découvrir autour de l'article