Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Staier et Melnikov face à Bach et Chostakovitch

Par Clotilde Maréchal |

Bach face à Chostakovitch avec Andreas Staier face à Alexander Melnikov le 21 octobre à la Cité de la Musique.

Informations pratiques

Date : le 21 octobre 2012 à 16:30

Région : Île-de-France

Département : Paris (75)

Ville : Paris

Dimanche 21 octobre, la Cité de la Musique accueillera Andreas Staier et Alexander Melnikov, à 16h30, pour un programme Préludes et fugues composé de pièces signées Bach et Chostakovitch…

En 1950, à Leipzig, Chostakovitch siégeait comme membre du jury pour le prix Bach, à l’occasion du bicentenaire de la mort de celui-ci. Et l’on raconte qu’il fut impressionné de voir la jeune pianiste Tatiana Nikolaïeva se présenter en maîtrisant l’ensemble du Clavier bien tempéré. De retour à Moscou, il entreprit la composition de son propre cycle de Vingt-quatre préludes et fugues, au sein duquel les tonalités s’enchaînent toutefois selon un principe différent : elles suivent le cycle des quintes, comme dans les Préludes de Chopin.

Ce monumental hommage à Bach fut écrit en moins de six mois, à raison d’environ un prélude et fugue tous les trois jours. La partition est dédiée à Tatiana Nikolaïeva, qui en fut la première interprète à Leningrad, le 23 décembre 1952. Le programme de ce concert du 21 octobre fait dialoguer ces deux styles, Staier et Melnikov étant sur scène, l'un face à l'autre…

Andreas Staier a porté l'art d'interpréter le répertoire baroque, classique et romantique sur instruments anciens à une certaine apogée. Reconnu par ses pairs et un public toujours plus nombreux, il défend avec une exigence intellectuelle et artistique les pièces connues du répertoire et les œuvres des compositeurs plus négligés comme notamment Clementi, Hummel et Field. Né en 1955 à Göttingen, Staier a étudié le piano et le clavecin à Hanovre et Amsterdam, et a été pendant trois ans le claveciniste de l'ensemble Musica Antiqua de Cologne. En 1986, il a commencé sa carrière de soliste au clavecin et au piano-forte. Il est rapidement devenu l'un des interprètes les plus influents dans son domaine : de Haydn à Schumann, il a su non seulement présenter différents compositeurs sous un jour nouveau tant sur le plan intellectuel qu'émotionnel, mais aussi convaincre avec des œuvres qui sortent du répertoire courant (Hummel, Field) et des concepts créatifs (Delight In Disorder, Hamburg 1734).

En tant que musicien de chambre, Staier coopère avec des artistes comme Anne Sofie von Otter, Pedro Memelsdorff, Alexej Lubimov, Christine Schornsheim, et a fondé un trio avec Daniel Sepec et Jean-Guihen Queyras. Un partenariat musical de longue date avec le ténor Christoph Prégardien a donné naissance à des CD avec, entre autres, des Lieder de Schubert, Schumann, Mendelssohn, Beethoven et Brahms. Pour le cycle de Brahms La Belle Maguelonne, Staier a également coopéré avec Senta Berger et Vanessa Redgrave comme récitantes.

En tant que soliste, Andreas Staier donne régulièrement des concerts avec le Concerto Köln, le Freiburger Barockorchester, l'Akademie für Alte Musik de Berlin ou l'Orchestre des Champs-Élysées Paris pour n'en citer que quelques uns. Il est l'hôte des grands festivals de musique internationaux (Festival de La Roque d'Anthéron, Festival de Saintes, Festival de Montreux, Styriarte Graz, Schubertiade de Schwarzenberg, Schleswig-Holstein Musik Festival, Bach-Fest Leipzig, Bachtage Berlin, Bachwoche Ansbach, Kissinger Sommer etc.) et joue dans les salles de renom international, de Berlin à Tokyo.

En 2001, il donnait en création mondiale la Kontra-Sonate de Brice Pauset, enregistrée par Aeon. Sa collaboration avec le compositeur s'intensifie puisqu'il partagera avec lui une résidence à l'Opéra de Dijon à partir de la saison 2011/2012, en tant qu'Artiste Associé, et pendant laquelle il donnera le concerto du compositeur français, Kontra-Concert, avec le Freiburger Barockorchester. Staier a déjà à son actif une cinquantaine d’enregistrements pour BMG/Deutsche Harmonia Mundi, Teldec et Harmonia Mundi France. Nombreux sont ceux qui ont reçu les éloges de la presse internationale et de nombreuses récompenses dont un Diapason d'Or de l'Année pour Am Stein vis-à-vis avec Christine Schornsheim (œuvres de Mozart) et un Prix d'honneur de la critique discographique allemande en 2002 (Preis der Deutschen Schallplattenkritik).

Né a Moscou en 1973, Alexander Melnikov commence ses études de musique a l’âge de 6 ans et les achève en 1997 avec son Prix obtenu au Conservatoire Tchaïkovski, dans la classe de Lev Naumov. Régulièrement invite par Sviatoslav Richter a participer aux Nuits de décembre de Moscou et au festival de La Grange de Meslay, il se perfectionne ensuite avec Elisso Virssaladze à Munich.

De 2000 à 2002, Melnikov a fait partie du programme BBC New Generation Artists. Il se produit régulièrement en soliste dans les grandes salles et dans les festivals internationaux. Il a joue avec l’Orchestre National de Russie, le Tokyo Philharmonic (Pletnev), le Gewandhaus de Leipzig et l’Orchestre de Philadelphie (Dutoit), les Orchestres philharmoniques de Rotterdam (Gergiev) et de Saint-Petersbourg, l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, le BBC Symphony Orchestra, le BBC Philharmonic…

Il accorde une place essentielle à la musique de chambre, dans le cadre de son duo avec Isabelle Faust ou encore avec Vadim Repin, Natalia Gutman, Alexander Roudine, Victor Tretiakov, le Quatuor Borodine, Jean-Guihen Queyras, Truls Mork ou avec d’autres pianistes comme ici Andreas Staier mais aussi Boris Berezovsky et Alexei Lubimov. Il se produit régulièrement au pianoforte avec le Concerto Koln.

Alexander Melnikov a à son actif plusieurs disques parus chez Harmonia Mundi, en solo (Rachmaninov, Scriabine, Chostakovitch) ou en musique de chambre (Isabelle Faust, Jean-Guihen Queyras). Son enregistrement des Préludes et Fugues de Chostakovitch a été distingué par la presse anglaise (BBC Music Magazine Award 2011) et française (Choc de l’année 2010).

Le site officiel d’Andreas Staier

Le site de la Cité de la Musique

À découvrir autour de l'article