Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Disparition d’Ali Akbar Khan

Par Marc Zisman |

Ami de Ravi Shankar, Yehudi Menuhin et George Harrison, le grand maître de la musique hindoustani était âgé de 87 ans.

Ali Akbar Khan est décédé le 18 juin à San Francisco. Né le 14 avril 1922 au Bengale de l’Est, actuel Bangladesh, il était l’un des musiciens et compositeurs indiens les plus vénérés, et un joueur renommé de sarod.

Fils et l'élève d'Allauddin Khan, Ali Akbar Khan est considéré en Inde comme un trésor vivant. Pour transmettre sa culture et son enseignement, il a fondé le Ali Akbar College of Music à Calcutta en 1956, dont des branches ont été ouvertes en Suisse et en Californie. Son fils, Aashish Khan, est lui aussi un joueur de sarod renommé.

Le sarod est cet instrument de musique à cordes pincées apparu au XIXe siècle au nord de l'Inde et utilisé en musique indienne classique. C'est un luth hybride issu du dhrupad rabâb, un instrument indien ancien et du rabâb afghan. Le nom dérive peut-être du persan sarûd (chanter) car nombre de chanteurs s'accompagnaient ainsi.

De son premier concert de musique classique indienne alors qu’il n’a que treize ans à ses collaborations diverses avec son ami d’enfance Ravi Shankar ou George Harrison, en 1971, pour le célèbre concert de soutien au Bangladesh, la carrière d’Ali Akbar Khan fut jalonnée d’événements majeurs. Il sera notamment le plus jeune directeur musical d’All India Radio durant les années 40 mais aussi le premier musicien indien à jouer aux Etats-Unis en tant que concertiste soliste en 1955 grâce au violoniste Yehudi Menuhin.


Le site officiel d’Ali Akbar Khan



 Lire aussi

À découvrir autour de l'article