Rubriques :
Bancs d'essai

Yulong Sabre DA8II : fabrication et restitution sonore solides pour ce DAC compatible 24 bits à 384 kHz et DSD !

Par Philippe Daussin |

Solidement construit comme un petit amplificateur, ce convertisseur numérique analogique Yulong Sabre DA8ll dispose d'un amplificateur pour casque transistorisé fonctionnant en classe A et sa puce de conversion ES9018 Sabre, qui lui a valu son appellation, accepte de décoder les signaux PCM jusque 24 bits à 384 kHz, et aussi DSD64 et DSD128.

Après le DA200, testé dans nos colonnes, nous avons choisi de réaliser le banc d'essai du modèle Sabre DA8ll offrant des capacités de décodage équivalente puisqu'il utilise une puce ESS Sabre ES9018 comme le DA200 mais étant une évolution du modèle Sabre DA8 dont il se différencie assez peu esthétiquement.

Cependant, si nous avons cru découvrir à l'ouverture du Sabre D8ll une certaine ressemblance interne avec le DA200, celle-ci n'était qu'apparente car de nombreux éléments se révélèrent assez différents, à commencer par l'interface USB, tout droit venue du Vieux Continent, d'Italie exactement, puisqu'il s'agit du modèle Amanero que nous commençons à découvrir sur divers convertisseurs numérique analogique et utilise un oscillateur à très faible bruit de phase Crystek que l'on ne trouvait pas dans le DAC Sabre DA8.

Le DAC Yulong DA8ll permet à l'utilisateur de mettre en service un jitter eliminator ou encore d'inverser la phase des signaux, ce qui peut être utile en cas d'utilisation de ses sorties numériques avec un amplificateur dont les entrées symétriques n'utiliseraient pas un câblage standard, ces informations étant indiquées par un afficheur couleur bien lisible.


Présentation

Le DAC Yulong Sabre DA8ll est disponible avec un boîtier en aluminium massif en finition entièrement noire ou entièrement argentée et s'impose par son sérieux, faute d'une certaine fantaisie. Le brossage de la façade massive de 8 mm d'épaisseur est plus discret que celui du reste du boîtier.


La façade accueille dans sa partie gauche le bouton de mise en marche et la prise casque au standard Jack 6,35 mm. Dans sa partie centrale un afficheur indique, du haut en bas, l'entrée en service et la fréquence d'échantillonnage du signal ou DSD, sans préciser si celui-ci est du DSD simple ou double, la phase des signaux en sortie, normale ou inversée, le filtre en service, slow ou fast pour le PCM, et 50, 60 ou 70 kHz pour le DSD, l'intervention du, jitter eliminator ou non, et enfin le volume avec indication par barrgraph et chiffrée de - 60 à 0 dB, cette ligne indiquant également, après maintien d'une pression centrale sur le bouton de volume, la désactivation de la fonction Pure DAC.

Hormis le volume, commandé par un bouton rotatif à impulsions, les commandes prennent forme de boutons situés à droite de l'affichage, ceux-ci adoptant le même ordre que l'affichage et on notera aussi que le rétro éclairage de celui-ci n'est effectif que durant une action sur une quelconque des commandes et une vingtaine de secondes après. Ce rétro éclairage peut être réactivé momentanément pour visualisation des réglages par une pression centrale sur le bouton de volume.


Réalisation

Si l'aspect extérieur du DAC8ll de Yulong respire le sérieux, l'intérieur de cet appareil est de la même veine et l'épaisseur des divers éléments de son boîtier est tout à fait rassurante d'autant que celui-ci accueille un pesant transformateur toroïdal présidant à la fourniture d'énergie à une électronique assez copieuse occupant une carte de bonnes dimensions. On remarquera aussi le connecteur Jack 6,35 mm en métal massif !


Le secondaire du transformateur délivre deux tensions alternatives de 10 V qui sont redressées par des ponts de diodes moulés et deux tensions de 15 V avec un points milieu qui sont redressées par des diodes en boîtier traversant.


Le filtrage après redressement est assuré par six condensateurs électrochimiques de 1800 ?F/35V, deux étant dédiés aux filtrages des tensions redressées obtenues avec les enroulements de 9 V tandis que quatre de ces condensateurs sont affectés par groupe de deux aux filtrage des deux tensions de 15 V qui sont destinées à la partie analogique.

Celles-ci sont stabilisées à + ou - 15 V par des régulateurs LM317 et LM337, montés sur radiateur, tandis qu'un régulateur de type LM340T5, également sur radiateur, fournit le + 5 V et qu'un régulateur à montage en surface Linear Technology LT1129-3.3, à faible dropout (différence entre les tensions d'entée et de sortie) et disposant d'une broche de désactivation, délivre une tension de 3,3 V. Les découplages de ces diverses tensions sont confiés à des condensateurs MKC de marque Wima qu'on rencontre dans de nombreuses réalisations audiophiles.

L'interface USB provient de chez Amanero, le fabricant italien qui monte, et est compatible 32 bits à 384 kHz et DSD64, DSD128. Elle utilise un processeur Atmel SAM3U à c?ur ARM Cortex travaillant sur 32 bits ainsi qu'un CPLD (Circuit Logique Complexe Programmable) Xilinx XC2C64A.


Les oscillateurs à quartz à 22,579 et 24,576 MHz destinés respectivement à la synchronisation avec les fichiers audio numériques à 44,1 kHz et multiples et ceux à 48 kHz et multiples sont des modèles à faible bruit de phase.

Les entrées S/PDIF, coaxiale et optique, ainsi que l'entrée AES (utilisant un transformateur d'isolation et d'adaptation d'impédance), sont prises en charge par un driver différentiel National Semiconductor DS90LV.


On peut voir également le connecteur où vient s'enficher l'interface USB et trois régulateurs de tension de type AMS1117 (3,3 V et 5 V) en boîtier à montage en surface. Deux circuits 74VHC257 (multiplexeurs trois états, soit "1" et "0" logiques, et haute impédance équivalent à un interrupteur ouvert) assurent la commutation des signaux S/PDIF et I2S vers la puce de conversion numérique analogique.

Cette puce est un modèle ES9018 du fabricant ESS qui intègre un récepteur S/PDIF et utilise la technologie propriétaire Hyperstream qui procède à une conversion de taux d'échantillonnage sur les signaux numériques, quels qu'ils soient, PCM ou DSD. Il dispose de deux filtres pour les signaux PCM (Slow et Fast) et de trois choix de fréquence de coupure pour le DSD (50, 60 ou 70 kHz). A ses côtés, soigneusement blindé et bénéficiant de larges plans de masse, se trouve son oscillateur à très faible bruit de phase Crystek qui lui permet d'avoir une horloge très stable et d'obtenir un jitter très faible.


Le filtrage après conversion est assuré par des filtres construits autour de deux amplificateurs opérationnels à bruit ultra faible AD797 fabriqués par Analog Devices. Ensuite, des étages de pré amplification utilisant des amplificateurs opérationnels différentiels à très hautes performances Burr-Brown OPA1632 attaquent les sorties sur prises XLR en mode symétrique, tandis que le signal non inversé va également sur les sorties asymétriques sur prises Cinch ainsi que sur l'amplificateur pour casque.

L'amplificateur pour casque utilise un amplificateur opérationnel double OPA2134, à faible bruit et vitesse de balayage élevée de la série Sound Plus de Burr-Brow, afin de fournir un gain en tension aux signaux, tandis que le courant est délivré par des étages de sortie faisant appel à des transistors complémentaires MJD243 et MJD253 polarisés en classe A.


Le réglage de volume se fait via un encodeur géré par le micro contrôleur (situé sur la même carte que l'afficheur) et commandant le contrôle de volume intégré au chip ES9018.

Ecoute

Les concepteurs du DAC Sabre DA8ll semblent avoir fait en sorte d'estomper un peu la signature sonore de la puce ES9018 dont nous avons à quelques reprises pu constater le caractère familiale consistant à enjoliver quelque peu la restitution sonore dans le haut du spectre.

Ici il n'en est rien, et que ce soit en écoute avec notre casque orthodynamique "noname" ou avec un amplificateur Sony UDA-1 raccordé à des enceintes Triangle Antal Esprit ES, nous n'avons pas remarqué cette caractéristique ESS et aurions même eu tendance à trouver que la restitution manquait d'un peu de luminosité, mais en tout cas celle-ci ne s'est pas révélée fatigante ni agressive et son caractère qu'on pourrait presque trouver un peu sombre par moments n'était pas pour nous déplaire avec certaines ?uvres.

Ce qui a été le cas avec la Symphonie N°40 de Mozart, dans l'interprétation de l'Ensemble Tafelmusik dirigé par Bruno Weil et jouée sur instruments anciens, avec, semble-t-il, un diapason plus bas (ce qui est courant avec cet orchestre), et écoutée depuis un iPad, acquiert une solennité inhabituelle, et ce même avec le célèbre premier mouvement qu'on a connu plus joyeux !


Ainsi on ne note pas ces coquetteries dans l'aigu dont nous ne raffolons pas toujours mais un message sonore plutôt dense et tenu véhiculant une profonde émotion avec une certaine efficacité.

Cela nous a semblé encore plus vrai à l'écoute du premier mouvement de la Symphonie Cévenole de Vincent d'Indy par Martin Helmchen au piano et l'Orchestre de la Suisse Romande dirigé par Marek Janowski où le caractère éminemment chantant du début de l??uvre et particulièrement bien mis en valeur et où la pâte sonore est d'une belle densité.


Moins brillant qu'à l'accoutumée également, en particulier sur les accords de guitare, le titre de l'album All Things Must Pass de George Harrison, ne manque néanmoins pas de punch ni d'ampleur, et le passage du filtre Slow au filtre Sharp apporte un léger gain en termes de vivacité mais, parallèlement, semble enlever un peu de douceur à la restitution.

Quant au percutant Roar de l'album Prism de Katy Perry, il se montre assez peu sensible à la traversée de l'électronique du Sabre DA8ll et garde une grande partie de sa vivacité et de ses vives couleurs dans le haut du spectre.

Gain d'intensité appréciable et très agréable pour le titre The Upsetter de l'album Love Letters de Metronomy où les accords de guitare n'ont pas toute la brillance que l'on peut parfois leur connaître mais où l'ensemble de la restitution véhicule une émotion très prenante. Tiens, pour la peine, on va se le remettre !

Pour conclure, ce DAC Yulong DA8ll est un appareil qui inspire confiance par sa fabrication sérieuse et solide. Ses capacités de décodage sont assurément parmi les plus complètes à l'heure actuelle et sa restitution sonore ample et pleine se montre très prenante, que ce soit via son amplificateur pour casque puissant ou utilisé sur ses sorties ligne.

Spécifications
Configuration lecture DSD Foobar2000 et J.River
Site Yulong
Contact (Contact Audiophonics, importateur)

Capacités de lecture


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du DAC Yulong Sabre DA8ll.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com