Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Yamaha HPH-MT8 : Qobuzissime pour ce casque aux performances sonores à couper le souffle !

A côté de sa gamme d'écouteurs intra-auriculaires et de casques tendance présentés dans ses réalisations Hi-Fi, Yamaha dispose de casques référencés dans ses réalisations destinés aux professionnels, comme le modèle HPH-MT8 que le constructeur nous a prêté, et il a bien fait car nous lui avons décerné notre récompense Qobuzissime.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 4 décembre 2017
Réagir
Qobuz

Dans le monde de l'audio professionnelle, certaines enceintes de contrôle (ou monitoring) Yamaha jouissent d'une excellente réputation. en particulier la NS10M, une enceinte compacte passive à deux voies plus que trentenaire et parfaite pour mixer les voix, à ce qu'en disent les spécialistes.

C'est dans cet esprit et à destination des professionnels du son, et pourquoi pas des amateurs, que le constructeur japonais a conçu les casques de la MT Series. Celle-ci se compose de cinq modèles, les HPH-MT5 et HPH-MT5w, HPH-MT7 et HPH-MT7w, deux modèles en versions avec oreillettes noires ou blanches, et du HPH-MT8 disponible uniquement avec des oreillettes noires.

Les deux premiers modèles, assez différents dans leur présentation, en particulier la forme des oreillettes, sont équipés de transducteurs de 40 mm de diamètre et offrent respectivement des bandes passantes de 20 à 20.000 Hz et de 15 à 25.000 Hz.

Quant au modèle HPH-MT8, objet de ce banc d'essai, il est équipé de transducteurs de 45 mm de diamètre et affiche une bande passante de 15 à 28.000 Hz. Comme ses deux congénères, il peut être plié, oreillettes emprisonnées dans l'arceau, afin d'être transporté plus facilement, mais nous n'irons pas jusqu'à dire que c'est un casque recommandé pour la balade, son poids et son encombrement, et dans une moindre mesure son isolation acoustique, ne le destinent pas vraiment à cela. Yamaha axe d'ailleurs son discours sur le studio, ce qui est assez loin de la vie au grand air. Quant à utiliser chez soi un modèle visant en premier lieu les professionnels du son, cela, selon nous, n'a rien d'une hérésie.

Présentation

On ne pourra pas reprocher au casque Yamaha HPH-MT8 son manque de sérieux, c'est un modèle professionnel et il le montre ! Ce casque fermé circumaural (autour de l'oreille) offre un certain encombrement dû à l'utilisation de transducteur de 45 mm de diamètre et il reste d'une présentation sobre, sa couleur noire satinée étant simplement rompue par la couleur aluminium, satinée également, de la matière composant les cardans maintenant les oreillettes, qui bénéficient d'une grande liberté dans le plan horizontal et limitée, mais suffisante, dans le plan vertical.


Les oreillettes, en ABS moulé sous pression, sont de forme oblongue et munies d'épais coussinets en cuir synthétique englobant bien les oreilles, même lorsque celles-ci ont une bonne taille. Le large bandeau serre-tête est bien rembourré et son système de réglage, qui utilise des glissières en acier et offre une très large latitude, est simple, efficace et semble solide. On peut dire que la prise en main de ce casque Yamaha HPH-MT8 inspire confiance, et les matériaux utilisés, y compris la matière plastique, sont de très bonne qualité.


Deux cordons sont livrés avec ce casque, un modèle droit de 3 m de longueur et un modèle spiralé de 1,2 m, tous deux munis à leurs extrémités côté casque d'une prise Jack 2,5 mm stéréo mâle se verrouillant dans l'oreillette gauche, et côté amplificateur d'une prise Jack 3,5 mm stéréo mâle équipée d'un filetage pour visser l'adaptateur 3,5 mm vers 6,35 mm, aucun risque donc que la moindre tension sur le câble le décroche de l'oreillette.


Sur la vue ci-dessous on peut apercevoir la membrane de l'un des transducteurs, celui-ci faisant corps avec sa façade en n'étant pas montée à plat dans l'oreillette mais en étant légèrement incliné vers les conduits auditifs des oreilles. On peut aussi remarquer que la face avant de l'oreillette est moulée afin d'offrir une sorte d'amorce de pavillon pour l'onde avant du transducteur.


Celui-ci est équipée d'une bobine CCAW (Copper-clad aluminium wire), fabriquée à partir de fil d'aluminium recouvert de cuivre hautement conducteur et d'un aimant en néodyme, puissant et compact. La conjugaison d'un équipage mobile léger (membrane et bobine) et d'un champ magnétique puissant permet de procurer une grande vivacité au transducteur, celui-ci couvrant par ailleurs une bande de fréquences allant de 15 à 28.000 Hz.

On peut découvrir, en ouvrant l'oreillette gauche que la charge et l'amortissement du transducteur de 45 mm de diamètre sont inhabituels et évolués puisque le transducteur lui-même est déjà encapsulé dans son système de fixation et que l'onde arrière est décompressée par de la mousse alvéolaire, celle-ci étant de plus chargée par le volume de l'oreillette dans le fond de laquelle on trouve un disque de matériau amortissant, tandis que la façade arbore une série de trous recouverts d'un genre de "papier filtre" de part et d'autre du transducteur et qui ont probablement un comportement semblable à celui d'une charge bass-reflex.


Ecoute

Nous avons utilisé pour nos écoutes l'application Qobuz pour Mac/PC avec un DAC USB Leaf Audio équipé d'une puce de conversion Burr-Brown PCM5102 sans post filtrage, donc sans contre-réaction, ce DAC étant relié à un amplificateur pour casque NuForce HA-200.

C'est clair, à l'écoute, le casque Yamaha HPH-MT8 montre tout de suite qu'il est un modèle de monitoring, c'est-à-dire qu'il est conçu pour contrôler la qualité d'un enregistrement, et aussi qu'il est bien membre à part entière de la famille Yamaha. Pour être plus clair, on dira qu'il est précis dans sa restitution sonore et que celle-ci a un petit côté aérien, ou aéré, comme les amplificateurs de la marque que nous avons déjà pu écouter, ceci trouvant très certainement son explication dans les principes de charge adoptés, tant pour l'onde arrière que pour l'onde avant.

Mais précis ne signifie pas pour autant que la musique est négligée au profit de ce paramètre, et ce casque est très agréable à écouter, et aussi à porter car il n'est pas très lourd et ne chauffe pas les oreilles grâce à ses larges coussinets qui laissent de la place pour les pavillons et ne portent pas sur ceux-ci.

Ce Yamaha HPH-MT8 nous a donc livré en direct les impressions sonores de l'ingénieur du son ayant présidé à la réalisation de l'excellente version de la Symphonie N°6 de Dvořák par Yannick Nézet-Séguin dirigeant le London Philharmonic Orchestra (version Hi-Res 24 bits à 96 kHz) qu'il a restituée avec précision et aération, comme nous le disions précédemment, cette fort belle aération du message sonore étant assez (agréablement) surprenante pour un casque fermé, et aussi en respectant bien les couleurs instrumentales, avec en particulier des cordes filant bien, dans le plus pur style Yamaha, et des cuivres majestueux et réalistes, sans oublier un suivi impeccable de la dynamique, même à niveau sonore soutenu.

A l'écoute de l'album culte The Wall de Pink Floyd, on se régale bien aussi et ce casque se montre diabolique dans ses capacités à suivre le message musical en en révélant tous les détails, des sons les plus graves, restitués avec un excellent impact, aux plus aigus, et ceci à niveau d'écoute raisonnable comme à niveau élevé où il ne s'embrouille pas, parce qu'en plus il encaisse sans broncher, comme on dit ! Et sans être oppressant.

On notera aussi la très bonne inertie des oreillettes qui tremblaient à peine alors que nos tympans vibraient intensément sous les graves quasi-sismiques des titres North Star et Silent Space de l'album Tale Of Us qui ne perturbaient pas le moins du monde les fréquences situées dans des les autres registres, et ce de manière assez exceptionnelle oserions-nous dire, ces registres restant d'une grande clarté et parfaitement détachés.

Pour conclure, voilà un casque qui ne cherche pas à en mettre plein la vue mais en met plein les oreilles, et ceci avec une qualité sonore de premier ordre. Casque de monitoring n'usurpant aucunement son appellation, le Yamaha HPH-MT8 saura aussi sans problème combler les amateurs exigeants, et c'est aussi parce qu'il nous a comblés que nous lui avons décerné un Qobuzissime !

Prix : environ 190 euros

Caractéristiques
HPH-MT8 sur site Yamaha

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters