Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

S.M.S.L A8 : Qobuzissime pour cet amplificateur à découpage offrant des prestations sonores exceptionnelles !

Les constructeurs chinois se sont faits les champions des amplificateurs à découpage, et bien que nous pensions avoir entendu ce qui se faisait probablement de mieux en la matière, à savoir le S.M.S.L AD18, c'est un autre amplificateur du même constructeur, le récent modèle A8, qui vient jeter le trouble dans notre esprit après l'avoir transporté par sa restitution sonore de très très haute volée.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 5 novembre 2018
Réagir
Qobuz

Parmi les amplificateurs avec DAC du fabricant chinois S.M.S.L nous ne connaissions que des appareils de formats minuscules ou à peine plus encombrants, aussi le modèle A8 se présente-t-il presque comme un géant, bien que celui-ci soit encore loin d'avoir la taille que connaissent la plupart des réalisations traditionnelles dans ce domaine.

En effet, contrairement à ces amplificateurs de petite taille dits FDA (Full Digital Amplifier) de la marque (et d'autres) utilisant des puces travaillant directement avec les signaux numériques en provenance d'entrées USB et S/PDIF, pas excessivement puissantes et ne nécessitant pas de gros boîtiers, cet amplificateur S.M.S.L A8 utilise un amplificateur ICEpower du fabricant Bang & Olufsen se présentant sous forme d'une carte équipée de tous ses composants, y compris l'alimentation, et pouvant délivrer une puissance de 2x125W/4Ω.

C'est donc une carte de dimensions un peu plus grandes que celles de la carte d'amplification qui va se joindre à celle-ci pour donner naissance à l'amplificateur S.M.S.L A8, ainsi que quelques autres beaucoup plus petites prenant place en faces avant et en arrière. Cette carte va ainsi pouvoir accueillir, entre autres, trois entrées analogiques, dont une phono, et cinq entrées numériques, parmi lesquelles une USB B, et disposer d'alimentations particulièrement élaborées fabriquées à partir d'une alimentation symétrique disponible à cette fin sur le module ICEpower. Et maintenant partons à la découverte de tout ce beau monde.


Présentation

Tout de noir vêtu avec un boîtier entièrement réalisé en aluminium dont la façade inclinée est peu chargée, nous trouvons que l'amplificateur avec DAC S.M.S.L A8 a une sacrée allure, un peu futuriste et à la limite de l'agressivité. Son unique commande se résume à une molette de volume munie d'un embossage pour le bout d'un doigt et émettant un cliquetis lorsqu'on la tourne.


La prise casque au standard Jack 6,35 mm prend place dans un fraisage de la façade afin d'être positionnée en retrait et verticalement. Au-dessus se trouve le «Function Button» permettant la mise en marche et l'arrêt ainsi que l'entrée dans les menus (écoute sur HP ou sur casque, réglage des graves, des aigus, mise en service du convertisseur de taux d'échantillonnage..). Le récepteur de la télécommande infrarouge se trouve dans la partie gauche de la fenêtre de l'afficheur couleur.

La connectique du S.M.S.L A8 est plutôt riche et celui-ci pourra être le cœur d'un système Hi-Fi comportant un certain nombre de sources, analogiques comme numériques. On dispose ainsi de trois entrées analogiques, dont une phono, et de cinq entrées numériques, deux S/PDIF coaxiales et deux optiques, ainsi qu'une entrée USB B pour un ordinateur. Les borniers pour les enceintes acceptent les fiches banane comme les fils dénudés, mais pas de diamètre important.


Réalisation

Deux cartes se partagent l'intérieur du boîtier du S.M.S.L A8, l'une intégrant les entrées, la conversion numérique analogique, l'amplification pour le casque, etc, et l'autre étant la platine d'amplification stéréo, un modèle en classe D (amplification à découpage) Bang & Olufsen ICEpower 125ASX2 délivrant 2x125W/4Ω.


Cette carte ICEpower intègre également son alimentation ainsi qu'une alimentation auxiliaire fournissant des tensions symétriques de ±24V qui vont être ici utilisées sur l'autre carte. Ces tensions vont être nettoyées préalablement en passant dans un réseau passe-bas constitué d'une résistance et d'une self puis être filtrées par un condensateur électrochimique Nichicon de 680 μF/25V avant d'être stabilisées par un transistor Mosfet International Rectifier IRF7509 (en boîtier double) dont la tension de grille est fixée par une diode zéner. Des condensateur électrochimique de 270 μF/25V filtrent ensuite les tensions ainsi obtenues.


Celles-ci sont ensuite abaissées à ±7,5V par des régulateurs ajustables LM317 et LM337, montés sur des radiateurs, afin d'alimenter l'amplificateur pour casque (dont la prise Jack 6,35 mm occupe une petite carte déportée), un TPA6120A2 de Texas Instruments, ainsi que les divers amplificateurs opérationnels utilisés sur la carte, dont le modèle Burr-Brown OPA2134 précédant le TPA6120A2. On voit que le constructeur a porté beaucoup de soin aux alimentations des circuits analogiques. Pour les alimentations des parties numérique et de conversion, ce sont deux convertisseurs à découpage Texas Instruments TPS54331 qui sont chargés de fabriquer les alimentations de +3,3V et +5V.

Sur le visuel ci-dessous on peut voir les entrées numériques et analogiques. L'entrée USB est gérée par un processeur USB XMOS XU208 auprès duquel on peut voir sa mémoire programme Winbond W25Q40BW. Vient ensuite le récepteur S/PDIF Cirrus Logic CS8422 qui commute et traite les entrées S/PDIF et possède un convertisseur de taux d'échantillonnage débrayable, et prend aussi en charge le bus I2S en provenance du processeur USB. Le bus I2S issu du CS8422 est ensuite tamponné par un circuit Texas Instruments 74LVC244 avant d'être transmis à la puce de conversion numérique analogique.


L'étage phono est conçu de manière classique autour d'un amplificateur opérationnel dont le fabricant a effacé le marquage pour le préserver des curieux... Les condensateurs électrochimiques utilisés dans cet étage sont des modèles Elna.

Ci-dessous, on peut découvrir l'étage de conversion numérique analogique qui utilise une puce de course AK4490 du fabricant Asahi Kasei. Elle est compatible avec les signaux PCM jusque 24 bits à 768 kHz et DSD jusqu'à 11,2 MHz. Les signaux décodés sont ensuite nettoyés par un filtre actif construit autour d'un amplificateur opérationnel double Texas Instruments OPA1602 de la série SoundPlus ™ offrant un niveau de bruit et une distorsion très faibles. Les condensateurs utilisés sont des modèles réputés à couches polypropylène de marque Wima.


Enfin, un circuit de contrôle de volume JRC (New Japan Radio Company) NJW1194, suivi d'un amplificateur opérationnel double Texas Instruments OPA1652, également de de la série SoundPlus ™, délivre les signaux à l'amplificateur pour casque ou au circuit d'amplification de puissance ICEpower, la commutation étant assurée par des transistors Toshiba 2SC3326.

Ecoute

L'amplificateur S.M.S.L A8 disposant d'un mode Direct (pas d'interventions sur le signal), c'est celui-ci que nous choisissons pour nos écoutes, les enceintes utilisées étant nos fidèles Triangle Antal Anniversary.

Et là, cet amplificateur nous a gratifié d'une restitution pleine de vie et de couleurs de la Symphonie N°9 de Dvořák par le NDR Sinfonieorchester dirigé par Krzysztof Urbanski en se montrant d'une vivacité diabolique, mais jamais brusque, lors du premier mouvement, faisant preuve d'une douceur infinie en déroulant le sublime Largo, redoublant de vivacité lors du Scherzo pétillant comme du Champagne et explosant dans l'Allegro con Fuoco final en faisant virevolter les pupitres et déclamer les cuivres avec bonheur, le tout avec une présence et une image sonore allant bien au-delà de ce que l'on obtient communément lorsque l'on commence à taquiner le volume (ça commence à devenir franchement très jouissif au-delà de 25/40...).

On en vient à se demander ce que va donner une telle électronique avec la diabolique interprétation de l'Allegro moderato du Concerto pour violon de Tchaikovski par Patricia Kopatchinskaja au violon et l'ensemble MusicAeterna sous la direction Teodor Currentzis. Et bien là, comme on dit, c'est le festival ! Et nous ne nous souvenons pas avoir entendu cet Allegro moderato restitué avec une telle vie, oui une telle vie, avec une véritable respiration, des instants où la musique retient son souffle puis où elle se libère de son énergie dans un déluge de notes déferlant vers nos tympans trop heureux d'être inondés de cette écume sonore bienfaisante.

Un intermède beaucoup plus tendre et reposant avec les titres Heat Like Mine et From Whom The Bell Tolls de l'album Size Isn't Everything des Bee Gees dont le S.M.S.L A8 offre une restitution comme nous en avons rarement entendue, d'une densité et d'une beauté qu'aucune aspérité ne vient ternir, mais attention, surtout bien se garder avec ce groupe légendaire aux voix grimpant haut d'activer le SRC, on vous aura prévenus ! D'ailleurs on se demande pourquoi le constructeur n'a pas muselé ce SRC.

Et pour terminer, un petit test pour réveiller les sismographes de l'Institut Géographique National avec les titres North Star et Silent Space de l'album Tale Of Us. On ne peut pas vraiment dire que l'harmonie soit au programme et déferle pour le bonheur des tympans, ce serait plutôt un tsunami de graves que le S.M.S.L A8 se fait un malin plaisir à générer autant qu'on lui demande, semblant inépuisable et capable d'atteindre des niveaux sonores très très élevés ! On parvient malgré tout à bien percevoir le (maigre) message sonore situé au-delà des 100 Hz...

Quelques mots sur la sortie casque offrant de bonnes performances et une puissance suffisante pour bien remuer notre casque Hifiman Sundara, mais qui ne parviennent pas à faire oublier les exploits sonores de cet amplificateur sur enceintes acoustiques.

Pour conclure, c'est clair, et même s'il n'est pas aisé de dire cela à distance, le S.M.S.L A8 fait au moins aussi bien que le S.M.S.L AD18 tout en se montrant plus puissant et plus riche en connectique, mais aussi moins bon marché. Quoi qu'il en soit, une bombe comme ce S.M.S.L A8, d'une telle puissance et dotée de ces qualités sonores de haute volée, et à ce prix, ça ne doit pas courir les rues ! Encore un Qobuzsisime pour S.MS.L.

Caractéristiques
Manuel d'utilisation
Site S.M.S.L
Contact


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du S.M.S.L A8.

Capacités de lecture

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Si vous êtes constructeur, importateur, distributeur ou acteur dans le domaine de la reproduction sonore et que vous souhaitez nous contacter, merci de le faire à l'adresse suivante : newstech@qobuz.com

Si vous êtes un passionné de la rubrique Hi-Fi Guide et que vous souhaitez nous contacter, faites-le uniquement à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Pour toute question ou remarque à la Rédaction sur cet article, contactez-nous directement, en ajoutant son URL si possible, à l'adresse suivante : rubriquehifi@qobuz.com

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters