Catégories :

Matrix Audio element M : Qobuzissime pour ce lecteur réseau avec DAC USB à l'esthétique et la restitution sonore raffinées !

Le lecteur réseau est l'arme ultime des amateurs de musique dématérialisée. De plus, quand il est équipé d'un DAC USB et sait lire la plupart des formats de fichiers audio existants, il devient universel. C'est ce que nous offre le modèle Matrix Audio element M, un bel appareil offrant une restitution sonore de très haut niveau.

Par Philippe Daussin | Bancs d'essai | 4 septembre 2019
Réagir

Au sein du catalogue du constructeur chinois Matrix Audio constitué d'une petite douzaine d'appareils, principalement des DAC avec ou sans amplificateur pour casque et des lecteurs réseau, parmi lesquels le modèle element P qui intègre un amplificateur stéréo numérique, le modèle element X disposant d'un amplificateur pour casque pouvant fonctionner en mode symétrique, et le modèle element M possédant une sortie casque standard, c'est ce dernier que nous avons choisi de vous présenter dans ce banc d'essai.

Cet appareil peut fonctionner en lecteur réseau comme en DAC USB ou encore S/PDIF et HDMI et dispose de ce fait de nombreuses entrées numériques et est également compatible AirPlay et UPnP. Ses sorties audio, sur prises Cinch en mode standard ou sur XLR en mode différentiel (encore appelé symétrique), peuvent fonctionner à niveau fixe ou variable et on peut donc piloter directement des blocs d'amplification de puissance ou encore des enceintes amplifiées en réglant le volume sonore depuis ce lecteur réseau.


Présentation

Le lecteur réseau Matrix Audio element M est un bel appareil à la présentation élégante et sans tape à l’œil. La face avant et le dessus du boîtier sont réalisés en un seul bloc d'épais aluminium anodisé naturel, la face inférieure de ce boîtier, qui n'est pas solidaire de cet ensemble, se composant pour sa part d'une plaque de même nature. Quant aux faces latérales, ce sont des radiateurs à ailettes en aluminium anodisé noir.


Dans la partie gauche de la façade prend place le bouton de mise en marche, suivi par une LED témoin de couleur bleutée et d'une prise casque combinée Jack 6,35mm et XLR trois contacts. Vient ensuite une fenêtre où se trouvent le récepteur de la télécommande et l'afficheur à partir duquel on pourra réaliser le paramétrage de l'appareil, aidé en cela par la touche située en haut sur sa droite et la molette à pression centrale. La touche du bas peut être affectée à la sélection des entrées (avec la possibilité d'une détection automatique des sorties, ou encore à celle de l'un des sept filtres numériques).

La source en lecture (ainsi que l'échantillonnage le cas échéant) est indiquée dans la zone gauche de l'affichage, tandis que dans la zone droite sont visualisés, la sortie utilisée (ligne ou casque) ainsi qu'une barre de niveau si l'on a choisi celui-ci en mode variable (il apparaît fugitivement en clair lorsque l'on tourne la molette de volume).


Connectique

Étant en présence d'un lecteur réseau faisant également office de DAC, on se trouve face à une connectique assez riche, en particulier au niveau des entrées numériques.


On dénombre ainsi, hormis le connecteur réseau RJ45 doublé par deux antennes Wifi permettant d'accéder à son réseau Ethernet en mode filaire ou en mode sans fil, une entrée USB asynchrone compatible avec les signaux PCM jusque 768 kHz et DSD64/128/256/512, une entrée HDMI recevant les signaux numériques sous forme I2S, et deux classiques entrées S/PDIF, une coaxiale et une optique. A tout ceci viennent s'ajouter deux connecteurs USB A pour le branchement de supports de stockage USB et un slot pour carte mémoire micro SDHC.

Les signaux analogiques stéréo sont disponibles en mode standard (asymétrique) sur prises Cinch ou en mode symétrique (ou différentiel) sur prises XLR trois broches.

Réalisation

Sur la vue ci-dessous, on peut découvrir l'ensemble de l'électronique du lecteur réseau Matrix Audio element M qui est solidaire d'un châssis en acier enchâssé dans une structure en aluminium constituant le boîtier externe, et qui, selon le constructeur élimine la fréquence de résonance fixe de chaque matériau et réduit de manière importante l'impact sonore négatif que peut avoir la résonance sur le boîtier.


Lors du démontage de cet appareil, nous avons pu apprécier sa grande qualité de fabrication, en particulier l'usinage par machine à commande numérique de la partie supérieure du boîtier en aluminium qui comporte des zones de fixation du châssis en acier afin d'offrir une excellente rigidité et dont les vis seront masquées par les radiateurs latéraux dont le montage est particulièrement discret.

La carte principale occupe la quasi totalité de la surface du boîtier et la carte réseau est montée en mezzanine et interconnectée sur celle-ci via un connecteur multibroche tandis que les cartes en face avant sont reliées par des circuits souples.


Le cœur de l'alimentation est constitué d'un très beau transformateur toroïdal muni d'enroulements séparés. Deux d'entre sont destinés respectivement aux alimentations +5V de la carte réseau (au-dessus du connecteur multipoint) et de l'électronique numérique (à gauche de l'étiquette avec le numéro de série sur la vue ci-dessous). Ces deux alimentations sont quasi identiques et font appel à un convertisseur à découpage MonoliticPower MP1584 et ne différent que par les ponts de diodes et les condensateurs électrochimique de filtrage (2 x 22OOµF/16V Nichicon standard pour la première et 1 x 33OOµF/25V Nichicon Gold pour la seconde).


Les deux derniers enroulements disposent d'un point milieu et servent à la fabrication des tensions symétriques destinées à la partie analogique de l'électronique. Les filtrages sont confiés à des condensateurs électrochimiques Nichicon Gold de 33OOµF/25V et des régulateurs LM317 etLM337 montés sur refroidisseur assurent les régulations des tensions symétriques.

On peut voir à côté de ces alimentations le microcontrôleur de gestion de l'électronique, un modèle Microchip PIC18F87 ainsi que le circuit de traitement des signaux audio numérique, un réseau de portes programmable (FPGA) Xilinx X2C64A accompagné de deux oscillateurs, l'un pour la synchronisation avec les signaux à 44,1 kHz et multiples, et l'autre pour celle avec les signaux à 48 kHz et multiples.

Un processeur XMOS XU216 se charge du streaming des signaux USB ainsi que de la gestion des entrées numériques S/PDIF coaxiale et optique tandis que l'entrée HDMI fait appel à un classique driver différentiel National Semiconductor DS90LV.


La carte réseau est équipée d'un module Wifi double bande Intel N7260 tandis que la partie RJ45 utilise un contrôleur Hub à haute vitesse Microchip USB2514B et un émetteur récepteur Ethernet Microchip LAN8720A.


L'autre face est équipée d'un microcontrôleur Freescale à quatre cœurs (dont nous avons ôté le refroidisseur) supportant tous les formats audio populaires provenant du streaming en réseau ou des supports de stockage connectés sur les prises USB A.


La conversion numérique analogique fait appel à une puce ES9028Pro du fabricant américain ESS qui utilise la technologie propriétaire Hyperstream™ qui recalcule sur 32 bits à fréquence élevée tous les signaux entrants, PCM comme DSD, ainsi que le processus Time Domain Jitter Reduction. Ce convertisseur est associé à un oscillateur à faible bruit de phase de marque SiTime.


Après leur nettoyage par des filtres réalisés autour d'amplificateurs opérationnels (que nous ne sommes pas parvenu à identifier), les signaux sont commutés par des relais vers les sorties ligne et l'amplificateur pour casque.


Celui-ci est constitué d'un étage de gain employant un amplificateur opérationnel double à bruit ultra faible Analog Devices ADA4075-2 associé à un montage transistorisé dont les étages de puissance utilisent deux paires de transistors complémentaires d'origine On Semiconductor BCP52 et BCP55 supportant un courant de 1A et dont nous avons ôté les refroidisseurs pour réaliser la vue ci-dessous.


Enfin, ce sont des amplificateurs opérationnels à hautes performances Texas Instruments LME49720 qui assurent l'amplification des sorties ligne et la symétrisation des signaux.

Utilisation, écoute

Le lecteur réseau Matrix Audio element M est d'une utilisation relativement aisée, son manuel d'utilisation étant par ailleurs bien fait, et si la télécommande permet entre autres de sélectionner les entrées numériques USB, S/PDIF et HDMI, il faudra veiller à désactiver l'USB via le menu pour que l'appareil passe en mode réseau.

Dans ce mode, et si l'accès au réseau se fait par un câble RJ45, la connexion est automatique et l'on peut utiliser le Matrix Audio en liaison AirPlay avec un appareil Apple ou en DLNA sous Android (applications BubbleUPnP et mconnect intégrant Qobuz, par exemples), il faudra, pour se connecter en mode Wifi, paramétrer cette liaison en utilisant l'application MA Remote, actuellement uniquement disponible pour Android. Cette application sera également nécessaire pour accéder à la lecture de fichiers audio en réseau. Elle propose également des fonctionnalités de télécommande semblables à celles du modèle infrarouge fourni.

A noter que cette application affiche un avertissement si le mode USB est actif alors que l'on veut utiliser les fonctionnalités réseau, ce qui n'est malheureusement pas le cas sur l'affichage de l'appareil !

Pour l'écoute, et comme l'auteur, désormais en retraite, collabore maintenant ponctuellement avec Qobuz, c'est avec ses enceintes personnelles, des modèles trois voies à filtrage actif tri-amplifiés qu'il a procédé à l'écoute de ce lecteur réseau Matrix Audio element M en utilisant directement les sorties ligne en niveau variable. Ce sont aussi bien les liaisons AirPlay et DLNA que l'entrée USB qui ont été utilisées.

Notre préférence est allée au filtre 1 et c'est celui que nous avons sélectionné pour nos écoutes (comme on peut changer de filtre à la volée durant l'écoute, on se rend assez bien compte des différences, les filtres 2 et 4 coupant nettement sous le 20 kHz, adoucissant un peu trop la restitution à notre gout, quant au filtre 7, il manifeste une petite pointe de dureté dans le haut du spectre, tandis que le filtre 3 est pas mal aussi).

Bon, retraite ou pas retraite, on ne se refait pas et bien que la restitution sonore de ce lecteur réseau Matrix Audio element M affiche un grand raffinement avec un beau piqué de l'aigu, pas vraiment typé "Hyperstream", et une belle aération sur l'ensemble du spectre sonore, nous nous posons la question de l'attribution d'un Qobuzissime, d'autant que les fonctionnalités de ce bel appareil nous plaisent bien.

Et comme une appréciation ne vaut selon nous que si elle est motivée, nous dirons qu'avec notre système très analytique, il manquait au raffinement et à la précision de la restitution sonore un rien (nous disons bien un rien) de présence, d'âme presque, ce qui nous a très légèrement chagriné à l'écoute de divers titres de l'album Size Isn't Everything des Bee Gees (How To Fall In Love, Heart Like Mine, For Whom The Bell Tolls) ou encore le très beau Eternal Source Of Light Divine de Haendel interprété par Elin Manahan Thomas. Mais reconnaissons une fois de plus que nous pinaillons et que la restitution sonore ne manquait assurément pas de beauté !

Pour aller plus loin, et comme en général nous aimons comprendre le pourquoi du comment, nous sommes convaincu et même quasiment certain, par expérience dirons-nous, que l'emploi de nombreux amplificateurs opérationnels, aussi bons soient-ils, dans une électronique audio, n'est pas sans incidence sur la qualité sonore, cela étant dû, selon nous, à leur structure même (transistors en grand nombre et gain intrinsèque en boucle ouverte très élevé, gain que l'on réduit, dans le cas présent, par application de forts taux de contre réaction).

La restitution sonore de ces mêmes titres, écoutés sur la sortie casque avec un modèle Oppo PM3, se révèle également d'une grande beauté, avec un large spectre sonore, une puissance largement suffisante et une plénitude qui nous transporte et apporte une très grande satisfaction auditive à nos oreilles un tant soit peu exigeantes !

Pour conclure, on peut assurément classer le lecteur réseau Matrix Audio element M parmi les réalisations haut de gamme de la catégorie, tant par sa fabrication extrêmement soignée, ses possibilités étendues et ses résultats sonores raffinés proches de l'excellence, avec, au final, notre récompense Qobuzissime.

Spécifications
Manuel d'utilisation
Site constructeur
Contact

Capacités de lecture


Nos remerciements à Audiophonics pour le prêt du Matrix Audio element M.

***

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !
www.facebook.com/qobuz

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters