Catégories :

Audiolab 6000N Play : test d’un lecteur audio réseau Hi-Fi vraiment accessible

Depuis une quarantaine d’années, le fabricant anglais Audiolab propose du matériel électronique Hi-Fi simplifié dans ses fonctions mais aux performantes reconnues, permettant d’accéder à la qualité sonore sans se compliquer la vie ni se ruiner. Suivant la tendance actuelle, Audiolab possède désormais un lecteur audio réseau dans son catalogue. Inséré dans la série 6000, il fonctionne soit en liaison directe avec un amplificateur Audiolab, soit de façon totalement autonome au sein de n’importe quel système.

Par Alban Amouroux | Bancs d'essai | 19 mars 2020
Réagir


Audiolab est un des dignes représentants de la haute-fidélité à l’anglaise. Des produits simples et durables à l’esthétique dépouillée. L’actuelle gamme 6000 ne déroge pas à la règle. Les commandes sont réduites au minimum pour aller à l’essentiel. Et une disponibilité en gris clair ou gris anthracite afin de se fondre dans la décoration de votre salon.

Le 6000N Play complète l’amplificateur intégré 6000A et le lecteur CD 6000CDT. Cet ensemble de trois appareils couvre tous les besoins actuels grâce à sa connectivité. Le 6000N Play est responsable de la partie réseau. Il donne accès à la musique en ligne, webradios et services de streaming, ainsi qu’à la musique locale grâce au DLNA. L’amplificateur et le lecteur CD sont équipés d’un écran en façade tandis que le lecteur 6000N Play en est dépourvu. Avec lui, tout passe par l’application mobile DTS Play-Fi, utilisée par des fabricants de produits Hi-Fi concurrents.

Caractéristiques

Prix : 499 €
Fonctionnalités : lecteur réseau Hi-Fi 192 kHz/24 bits, DAC ES9018K2M, services de musique en streaming, webradios, lecture DLNA, présélections en façade
Connectivité : Wi-fi, Ethernet, 1x sortie RCA, 1x sortie numérique optique, 1x sortie numérique coaxiale, 1x port USB de synchro avec le 6000A
Poids : 4,9 kg
Dimensions (L x H x P) : 445 x 655 x 313 mm

Présentation générale du 6000N Play

Ce lecteur réseau se présente sous la forme d’un appareil Hi-Fi à la largeur traditionnelle de 44 cm. Il ne dénotera pas au sein d’un système classique. Sa face avant est simplifiée à l’extrême : un bouton de mise sous tension et six touches numérotées de 1 à 6 pour les présélections. Il n’y a aucun afficheur. Seule une petite LED nous informe de l’état du 6000N, s’il est relié au réseau, en veille ou en cours de mise à jour.

A l’arrière, la connectique suffit à répondre aux besoins avec ce type de lecteur. Nous trouvons sur la droite une sortie analogique sur prise RCA. Elle est configurable en mode fixe ou variable via une manipulation spécifique sur les touches de présélection. Par défaut, la sortie est configurée en mode variable.

Alternativement, il est possible de sortir via les prises numériques : une optique et une coaxiale. Juste à côté, des prises trigger 12V ont pour but de synchroniser l’allumage et l’extinction du lecteur à celle d’un amplificateur. Deux ports USB sont présents, mais aucun d’eux ne permet la lecture de fichiers audio. Le port USB-A sert aux mises à jour manuelles. Le port USB-B est dédié à la liaison avec l’amplificateur Audiolab 6000A. Si le cordon est relié entre les deux, alors l’application mobile du lecteur réseau pilote automatiquement le volume de l’amplificateur.

La connectivité réseau est assurée par une prise Ethernet RJ45 et deux antennes wi-fi détachables. A ce propos, toujours en face arrière, une petite touche sert à basculer le lecteur en mode sans fil pour la connexion à votre réseau wi-fi. En cas de liaison filaire, la connexion est automatique et quasiment immédiate.

A l’intérieur, peu de composants, mais des composants reconnus pour leurs qualités et leur fiabilité. La conversion repose sur une puce ESS Sabre ES9018K2M. Elle autorise la lecture et la conversion des flux et fichiers audio jusqu’à 192 kHz et 24 bits. Tout tient sur une seule carte électronique, mis à part la section wi-fi gérée par une carte superposée. L’alimentation bénéficie d’un petit transformateur toroïdal maison bien suffisant pour un lecteur réseau.

Fonctionnalités du 6000N Play

Audiolab a choisi de se reposer sur le protocole DTS Play-Fi pour la gestion réseau du 6000N. Un grand nombre de fabricants l’a déjà adopté : Pioneer, Onkyo, Klipsch, McIntosh… Le Play-Fi offre une certaine universalité puisque tous les produits équipés sont capables de fonctionner ensemble. Il est donc possible de se créer un système multipièce avec plusieurs appareils DTS Play-Fi de fabricants différents. Ou uniquement avec des Audiolab 6000N, pourquoi pas !

L’application DTS Play-Fi s’installe sur les smartphones iOS et Android, sur les tablettes d’Amazon ou sur un PC. Il manque seulement une application Mac à ce jour. Mais ça, Audiolab n’y est pour rien.

L’application reconnaît tout de suite le lecteur 6000N sur notre réseau car nous l’avons relié en Ethernet.

Le menu général permet de personnaliser le lecteur et le système. Des fonctions affichées, comme le mode surround, sont compatibles uniquement avec d’autres appareils Play-Fi.

L’écran principal liste les lecteurs et les sources de lecture : les radios Internet, les dossiers partagés sur notre réseau, la musique contenue dans notre smartphone et le service Qobuz.

Qobuz est intégré au DTS Play-Fi avec l’accès aux dernières sorties, à vos playlists et à vos favoris ainsi qu’au moteur de recherche.

Comme toujours, et avant toute chose, il faut bien penser à régler la qualité audio selon votre abonnement car ce n’est pas automatique.

En cours de lecture, la petite icône représentant un doigt appuyant sur une touche correspond aux présélections. Vous pouvez ainsi associer une playlist Qobuz ou une webradio à l’une des six touches en façade du 6000N.

L’utilisation de l’application DTS Play-Fi est plutôt simple dans l’ensemble. Il est facile de revenir à la page d’accueil en appuyant sur le petit logo Play-Fi toujours présent en bas à droite de l’écran de lecture.

Nous avons laissé la sortie audio du lecteur en mode variable. L’application nous permet de piloter le volume. Dans ce cas, le 6000N joue le rôle de préamplificateur. Il peut être relié directement à un amplificateur de puissance ou à une paire d’enceintes amplifiées pour simplifier à l’extrême votre système.

A l’écoute

Le 6000N Play fait dans la précision. Il n’occulte aucune micro-information, ce qui permet de bien saisir les limites du lieu d’enregistrement. Il est très à l’aise sur les registres médium-aigu, où il n’a aucun mal à différencier les éléments avec finesse. Sur le titre Fever, chanté par Petra Magoni en Live à FIP, la voix est entourée des différents instruments avec une extrême lisibilité. Chacun d’eux est ressenti avec la moindre nuance. La contrebasse bénéficie d’une belle assise sans occulter à aucun moment la rondeur des notes et les résonances de l’instrument.

Sur la reprise d’Uptown Funk par les Ayoub Sisters, la masse orchestrale prend place bien en arrière des enceintes avec une sensation d’ampleur importante. Une fenêtre s’ouvre sur la musique. Les fins de note de chaque instrument filent en douceur jusqu’à l’extinction. Sur la version acoustique du titre Agitations tropicales de L’Impératrice, la voix de la chanteuse est parfaitement détourée au centre tandis que les instruments jouent au ping-pong dans l’espace en se répondant les uns aux autres. Le lecteur réseau 6000N Play n’a aucun mal à recréer une scène sonore tridimensionnelle.

Nous avons été charmés par le respect des timbres. Le 6000N parvient à une sorte de plénitude à l’écoute. Il n’y a jamais aucune agressivité ni mise en avant abusive, et en même temps, le résultat est vivant, avec une sensation de réalisme dans la restitution. Évidemment, il existe des appareils plus performants, plus chaleureux, plus rentre-dedans. Pourtant, le 6000N fait ce que l’on attend de lui : reproduire de la façon la plus fidèle les fichiers audio qu’on lui donne à jouer. Et l’on écoute, en arrêtant de se poser des questions.

LES +
Ecoute audiophile
Scène sonore tridimensionnelle
Respect des timbres


LES -
Manque d’information en façade
Pas de lecture audio via l’USB
Ni AirPlay, ni Chromecast



Conclusion

Ce lecteur audio réseau est une réussite au prix auquel il est proposé. D’une part, le 6000N Play intègre directement les services de musique principaux, dont Qobuz en Hi-Res. Son application simple d’usage offre la possibilité de l’écoute multipièce et multimarque. D’autre part, il excelle sur la reproduction musicale en étant vraiment agréable à l’écoute. Sa restitution est posée sans être terne. Des flux audio, il extrait toutes les micro-informations sur l’ambiance du lieu et les fins de notes, rendant l’expérience plus que réussie. Le 6000N pourra devenir sans aucune arrière-pensée le cœur d’un système Hi-Fi d’un bon niveau.

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !


Vos lectures