Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Micromega MyZic : Test amplificateur pour casque

Par Philippe Daussin |

Test Micromega MyZic : Découvrez l'amplificateur pour casque de la marque Myzic à l'aide de notre banc d'essai Qobuz réalisé par nos professionnels du son. Certains amateurs ne souhaitent pas écouter au casque depuis leur amplificateur de salon et préfèrent utiliser un amplificateur dédié, mieux adapté à la fonction et consommant aussi beaucoup moins. Le Micromega MyZic a beaucoup d'atouts pour répondre à leur besoin, et aussi à celui de tous ceux souhaitant acquérir un amplificateur pour casque.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même dit le proverbe, aussi, la société française Micromega conçoit et fabrique elle-même les appareils de sa gamme "My" (!) qui partagent un même esprit, une même esthétique, et aussi une même position tarifaire très concurrentielle.

Le premier appareil de cette gamme à être mis sur le marché il y a environ 18 mois fut le convertisseur numérique analogique MyDAC, un appareil 100% français, vendu moins de 300 euros, dont le succès fut immédiat, et qui continue une belle carrière.

Plus récemment, début 2013, apparut l'amplificateur pour casque MyZic (au prix de 199 euros), que nous avions pu écouter en avant première, et dont nous vous proposons ici un banc d'essai complet.


Notons qu'un amplificateur phono baptisé MyGroov (positionné à 199 euros) vient juste de rejoindre la petite famille "My" de Micromega.

A quand la prochaine naissance ?


Présentation

L'aspect de l'amplificateur Micromega Myzic est moderne et tranche de manière radicale avec les canons habituels en matière d'esthétique dans le domaine de la Hi-Fi pour rappeler de manière indéniable le monde du multimédia.


Son boîtier est réalisé par un assemblage de pièces en résine injectée de couleur blanche ou noire satinées, solidement maintenues entre elles par quatre vis dissimulées par les quatre petits pieds autocollants situés sur la face inférieure du boîtier.

L'entrée audio est doublée par une sortie afin de récupérer les signaux pour les raccorder à son ensemble Hi-Fi.


Ci-dessous la carte du MyZic d'où a été ôtée la molette du réglage de volume en aluminium massif.

L'alimentation

L'amplificateur MyZic utilise une alimentation à découpage à faible bruit pouvant fonctionner sur une gamme de tensions secteur allant de 85 à 265 Vac avec une fréquence de 50 ou 60 Hz, c'est-à-dire partout dans la galaxie.

Hormis un très bon rendement, ce type d'alimentation ne nécessite pas de transformateur secteur et procède directement à un "redressement" (1) (les parties positive et négative de l'onde secteur se retrouvent toutes deux dans le quadrant positif) de celui-ci après avoir été nettoyé par un filtre condensateur-inductance (2). On remarque aussi sur l'alimentation du MyZic une résistance de limitation de courant (3).


Cette tension redressée subit alors un lissage par condensateur (4) afin de devenir une tension continue qui est découpée à une fréquence élevée par un circuit intégré spécialisé (5) et les signaux découpés se trouvent alors injectés au primaire d'un transformateur (6) de faibles dimensions.

On récupère alors au secondaire de ce transformateur diverses basses tensions à la fréquence de découpage. Celles-ci vont être à leur tour redressées et lissées pour donner les tensions continues nécessaires au fonctionnement de l'électronique (7A) pour, semble-t-il, le relai de commutation du casque et (7B) pour l'alimentation de la partie amplification (tensions symétriques).

On remarque également le potentiomètre de réglage de volume du casque (8) qui semble d'excellente facture.

La partie amplificateur

Celle-ci est réalisée avec de performants amplificateurs opérationnels LME49880 de National Semiconductor associés à des buffers en boîtier de puissance LME49600 du même constructeur (ces buffers sont situés sous les pièces métalliques à droite).


Les performances du LME49600 sont impressionnantes, en particulier sa vitesse de balayage (slew rate) qui est de 2000V/us ! La vitesse de balayage, à ne pas confondre avec le temps de montée (un temps et une vitesse sont bien deux choses différentes), correspond à la faculté d?un amplificateur à suivre les variations du signal.

Cela signifie que plus la vitesse de balayage est élevée, plus l?amplificateur, à tension de sortie égale, peut monter en fréquence sans déformation du signal, ou, à l?inverse, plus il peut délivrer un niveau de sortie élevé à fréquence constante, toujours sans déformation du signal.

Le LME49600 est également capable de débiter un courant de 250 mA, ce qui est élevé pour un amplificateur pour casque. Cela permet d?obtenir une puissance de 1 W avec un casque d?impédance de 16 ?, ce qui est très confortable ou 0,5 W pour 32 ?, ce qui est également fort appréciable, le tout avec un très faible taux de distorsion et en bénéficiant de protections thermiques intégrées.

La prise casque Jack 6,35 de marque Neutrik, très prisée des professionnels du son, est équipée d?un système de détection de présence de casque. Le MyZic est mis en veille en absence de casque (LED éclaire en blanc), quelle que soit la position du volume, et l'insertion de la prise Jack d'un casque le réveille via l'activation d'un relai (LED éclaire en rouge). De même le MyZic repasse en veille lorsque le volume est ramené au minimum, et la LED en façade passe du blanc au rouge.

L'écoute

S'il sait faire parler la poudre en restituant avec un punch incroyable et sans essoufflement ni traces de saturation le très expansif Gloria in excelsis Deo extrait du fameux Gloria RV589 de Vivaldi par le Concerto Italiano dirigé par Rinaldo Alessandrini, et dans sa version Studio Masters 24 bits à 44,1 kHz, le Micromega MyZic sait tout aussi bien faire montre de douceur et d'une grande délicatesse avec le Domine Deus Rex coelestis de la même ?uvre.

Bref c'est très beau dans les deux cas et on notera que la restitution offre une très bonne définition et ne présente pas de bruit de fond, de même qu'on ressent une assez bonne impression d'espace, assez peu courante lors d'une restitution par casque, impression que l'on remarque également l'écoute du titre The Golden Age de l'album Sea Change de Beck en Studio Masters 24 bits à 88,2 kHz.

Quant à la restitution du titre Giorgio by Moroder de l'album événement Random Access Memories de Daft Punk, le Micromega MyZic en extrait la quintessence musicale, ce qui permet d'apprécier le moindre détail du travail d'orfèvre du groupe français et aussi, même pour un non expert anglophone, de comprendre, si ce n'est le sens, du moins le texte de cette chanson !

Juste pour finir, et pour le plaisir, un petit extrait de L'allegro moderato du Concerto pour violon Op. 35 de Tchaïkowski (musique du film Le Concert,) pour savourer le jeu tout en finesse du violoniste Ray Chen accompagné par le Swedish Radio Symphony Orchestra dirigé par Daniel Harding, et également apprécier l'ampleur et les couleurs de l'orchestration de cette ?uvre ainsi que l'extraordinaire et trépidant thème principal de ce mouvement que le Micromega MyZic restitue avec un brio réjouissant.

Un excellent appareil, ça se récompense, et ce d'autant plus qu'il fait honneur au "conçu et fabriqué en France", aussi décernons-nous un Qobuzissime à cet amplificateur pour casque Micromega MyZic. Qu'on se le dise !